Articles dans
le temps
CFF Cargo - L'UDC exige une CEP
11.03.2008

CFF Cargo - L'UDC exige une CEP

Bien que CFF Cargo produise depuis des années des déficits massifs, les responsables de la société n'ont cessé de clamer que l'entreprise était sur la bonne voie. Une fausse appréciation de la...

(UDC) Bien que CFF Cargo produise depuis des années des déficits massifs, les responsables de la société n'ont cessé de clamer que l'entreprise était sur la bonne voie. Une fausse appréciation de la situation, comme il s'avère aujourd'hui. L'UDC, qui autrefois déjà avait attiré l'attention sur les dysfonctionnements provoqués par le copinage socialiste à la tête des CFF et de CFF Cargo - avec Leuenberger, Weibel et Nordmann - exige maintenant que la situation soit rapidement et totalement clarifiée. Il faut donc qu'une commission d'enquête parlementaire (CEP) se mette à l'œuvre pour procéder à des vérifications détaillées et que le rapport toujours attendu de la task force soit enfin publié. Partant de ces constats, il faudra examiner plusieurs solutions possibles, par exemple une privatisation complète ou partielle de la société. Pour empêcher d'autres débâcles, le Conseil d'administration des CFF ne devra être élu que pour une année et, surtout, composé de personnes compétentes.

Les informations parues ces derniers jours sur les gros déficits de la division des transports de marchandises des CFF (CFF Cargo) ont suscité une grande émotion. La situation est dramatique puisqu'un emploi sur dix devra être supprimé. Mais si on remonte dans l'histoire, on constate que ces pertes et les suppressions d'emplois qui en résultent ne sont pas des cas isolés. Les mesures prises jusqu'ici n'ont eu aucun effet, des véritables mécanismes de contrôle font toujours défaut. Pourquoi n'a-t-on pas réagi plus tôt? Voilà une des nombreuses questions qui attendent une réponse. Un assainissement aurait dû être entrepris bien plus tôt, mais les responsables au niveau de la Confédération et la direction proche du Parti socialiste de CFF Cargo, ne voulaient ou ne pouvaient pas donner des chiffres concrets. Voilà pourquoi cette entreprise a glissé lentement vers l'abîme.

Pour surmonter efficacement cette crise, il faut disposer de bases de décision solides et rendre la situation actuelle totalement transparente. Il semble évident que les principaux problèmes se situent au niveau de la direction de l'entreprise. A côté de la publication rapide du rapport annoncé de la task force chargée de restructurer CFF Cargo, il faut immédiatement faire toute la lumière sur la mauvaise gestion socialiste de ces dernières années. Pour cela, il est indispensable de réunir une CEP. Tous les partis politiques qui refusent la constitution d'une CEP ont forcément des choses à cacher.

L'UDC a déposé une intervention parlementaire exigeant que le DETEC et les CFF examinent des variantes d'assainissement de CFF Cargo, en particulier une privatisation partielle ou totale de la société. Ces propositions doivent ensuite être soumises au Parlement. En revanche, il est exclu pour l'UDC de faire fusionner CFF Cargo avec BLS Cargo, qui a du succès sur le marché.

L'UDC a encore déposé une autre intervention parlementaire exigeant que le conseil d'administration des CFF ne soit élu que pour une année et qu'il soit occupé par des personnes professionnellement qualifiées. L'unique critère qui compte est la compétence des candidats et non pas le carte de parti et le copinage politique.

Les services responsables de la Confédération et la direction des CFF ont le devoir d'agir pour réellement mettre CFF Cargo sur la bonne voie. Cela fait assez longtemps que les petits copains socialistes sous la conduite du conseiller fédéral Leuenberger donnent un mauvais cap à cette entreprise.

Bern, 11 mars 2008

11.03.2008

CFF Cargo - L'UDC exige une CEP

Bien que CFF Cargo produise depuis des années des déficits massifs, les responsables de la société n'ont cessé de clamer que l'entreprise était sur la bonne voie. Une fausse appréciation de la...

(UDC) Bien que CFF Cargo produise depuis des années des déficits massifs, les responsables de la société n'ont cessé de clamer que l'entreprise était sur la bonne voie. Une fausse appréciation de la situation, comme il s'avère aujourd'hui. L'UDC, qui autrefois déjà avait attiré l'attention sur les dysfonctionnements provoqués par le copinage socialiste à la tête des CFF et de CFF Cargo - avec Leuenberger, Weibel et Nordmann - exige maintenant que la situation soit rapidement et totalement clarifiée. Il faut donc qu'une commission d'enquête parlementaire (CEP) se mette à l'œuvre pour procéder à des vérifications détaillées et que le rapport toujours attendu de la task force soit enfin publié. Partant de ces constats, il faudra examiner plusieurs solutions possibles, par exemple une privatisation complète ou partielle de la société. Pour empêcher d'autres débâcles, le Conseil d'administration des CFF ne devra être élu que pour une année et, surtout, composé de personnes compétentes.

Les informations parues ces derniers jours sur les gros déficits de la division des transports de marchandises des CFF (CFF Cargo) ont suscité une grande émotion. La situation est dramatique puisqu'un emploi sur dix devra être supprimé. Mais si on remonte dans l'histoire, on constate que ces pertes et les suppressions d'emplois qui en résultent ne sont pas des cas isolés. Les mesures prises jusqu'ici n'ont eu aucun effet, des véritables mécanismes de contrôle font toujours défaut. Pourquoi n'a-t-on pas réagi plus tôt? Voilà une des nombreuses questions qui attendent une réponse. Un assainissement aurait dû être entrepris bien plus tôt, mais les responsables au niveau de la Confédération et la direction proche du Parti socialiste de CFF Cargo, ne voulaient ou ne pouvaient pas donner des chiffres concrets. Voilà pourquoi cette entreprise a glissé lentement vers l'abîme.

Pour surmonter efficacement cette crise, il faut disposer de bases de décision solides et rendre la situation actuelle totalement transparente. Il semble évident que les principaux problèmes se situent au niveau de la direction de l'entreprise. A côté de la publication rapide du rapport annoncé de la task force chargée de restructurer CFF Cargo, il faut immédiatement faire toute la lumière sur la mauvaise gestion socialiste de ces dernières années. Pour cela, il est indispensable de réunir une CEP. Tous les partis politiques qui refusent la constitution d'une CEP ont forcément des choses à cacher.

L'UDC a déposé une intervention parlementaire exigeant que le DETEC et les CFF examinent des variantes d'assainissement de CFF Cargo, en particulier une privatisation partielle ou totale de la société. Ces propositions doivent ensuite être soumises au Parlement. En revanche, il est exclu pour l'UDC de faire fusionner CFF Cargo avec BLS Cargo, qui a du succès sur le marché.

L'UDC a encore déposé une autre intervention parlementaire exigeant que le conseil d'administration des CFF ne soit élu que pour une année et qu'il soit occupé par des personnes professionnellement qualifiées. L'unique critère qui compte est la compétence des candidats et non pas le carte de parti et le copinage politique.

Les services responsables de la Confédération et la direction des CFF ont le devoir d'agir pour réellement mettre CFF Cargo sur la bonne voie. Cela fait assez longtemps que les petits copains socialistes sous la conduite du conseiller fédéral Leuenberger donnent un mauvais cap à cette entreprise.

Bern, 11 mars 2008