Articles dans
le temps
Chasse aux pirates somaliens: la Suisse violerait sa neutralité
19.12.2008

Chasse aux pirates somaliens: la Suisse violerait sa neutralité

Pascal Couchepin, président de la Confédération, a annoncé aujourd'hui dans la presse dominicale que l'armée suisse devrait contribuer à sécuriser l'espace maritime au large de la Corne de...

(UDC) Pascal Couchepin, président de la Confédération, a annoncé aujourd'hui dans la presse dominicale que l'armée suisse devrait contribuer à sécuriser l'espace maritime au large de la Corne de l'Afrique et de la Somalie. Le Conseil fédéral est prêt à engager des soldats suisses dans une action internationale contre ces pirates, a-t-il affirmé. Même si des bateaux battant pavillon suisse naviguent dans cette région, un tel engagement viole la neutralité suisse et ne peut donc en aucun cas être accepté.

Le fait que le Conseil fédéral prenne lors de sa dernière séance dans l'ancienne composition une décision de principe en faveur d'une mission aussi délicate confine à un affront à l'égard du nouveau chef du DDPS.

L'engagement de soldats de milice suisses devant la côte africaine est incompatible avec la neutralité suisse et complètement insensé. Notre armée doit se souvenir de sa mission centrale et redevenir une armée défensive bien équipée et formée qui protège le pays et sa population et qui contribue à la réputation de la Suisse en tant qu'Etat fiable et œuvrant pour la paix. La coopération internationale voulue et imposée de plus en plus par les partis du centre-gauche contre la volonté du peuple, la tendance constante à engager l'armée suisse à l'étranger et ladite stratégie d'intervention sont en contradiction avec les valeurs essentielles de la Suisse.

L'envoi de troupes suisses en Somalie viole la neutralité de notre pays. Il s'agit de tout évidence d'une action militaire dans le cadre d'un engagement international et non pas uniquement d'une défense des intérêts de la Suisse. On ne voit d'ailleurs pas pourquoi la Suisse enverrait son armée et non pas des forces spéciales (par exemple des unités de police) alors qu'il s'agit prétendument d'une mission de protection. L'UDC se battra avec détermination contre cet engagement.

Berne, 19 décembre 2008

19.12.2008

Chasse aux pirates somaliens: la Suisse violerait sa neutralité

Pascal Couchepin, président de la Confédération, a annoncé aujourd'hui dans la presse dominicale que l'armée suisse devrait contribuer à sécuriser l'espace maritime au large de la Corne de...

(UDC) Pascal Couchepin, président de la Confédération, a annoncé aujourd'hui dans la presse dominicale que l'armée suisse devrait contribuer à sécuriser l'espace maritime au large de la Corne de l'Afrique et de la Somalie. Le Conseil fédéral est prêt à engager des soldats suisses dans une action internationale contre ces pirates, a-t-il affirmé. Même si des bateaux battant pavillon suisse naviguent dans cette région, un tel engagement viole la neutralité suisse et ne peut donc en aucun cas être accepté.

Le fait que le Conseil fédéral prenne lors de sa dernière séance dans l'ancienne composition une décision de principe en faveur d'une mission aussi délicate confine à un affront à l'égard du nouveau chef du DDPS.

L'engagement de soldats de milice suisses devant la côte africaine est incompatible avec la neutralité suisse et complètement insensé. Notre armée doit se souvenir de sa mission centrale et redevenir une armée défensive bien équipée et formée qui protège le pays et sa population et qui contribue à la réputation de la Suisse en tant qu'Etat fiable et œuvrant pour la paix. La coopération internationale voulue et imposée de plus en plus par les partis du centre-gauche contre la volonté du peuple, la tendance constante à engager l'armée suisse à l'étranger et ladite stratégie d'intervention sont en contradiction avec les valeurs essentielles de la Suisse.

L'envoi de troupes suisses en Somalie viole la neutralité de notre pays. Il s'agit de tout évidence d'une action militaire dans le cadre d'un engagement international et non pas uniquement d'une défense des intérêts de la Suisse. On ne voit d'ailleurs pas pourquoi la Suisse enverrait son armée et non pas des forces spéciales (par exemple des unités de police) alors qu'il s'agit prétendument d'une mission de protection. L'UDC se battra avec détermination contre cet engagement.

Berne, 19 décembre 2008