Articles dans
le temps
Conséquence de l'immigration incontrôlée: prÈs de 10 millions d'habitants en 2035
29.03.2011

Conséquence de l'immigration incontrôlée: prÈs de 10 millions d'habitants en 2035

L'Office fédéral de la statistique annonce dans un pronostic publié aujourd'hui une croissance démographique allant jusqu'à 25% jusqu'en 2035. Il s'agit là d'une conséquence directe de...

L'Office fédéral de la statistique annonce dans un pronostic publié aujourd'hui une croissance démographique allant jusqu'à 25% jusqu'en 2035. Il s'agit là d'une conséquence directe de l'immigration incontrôlée. Cette croissance est sans doute sous-estimée, mais elle aura de toute manière des effets graves sur les infrastructures, les loyers, le prix du sol, l'aménagement du territoire, la consommation d'énergie, les écoles, la santé publique et les assurances sociales. L'UDC exige que la Suisse rétablisse sa capacité d'agir dans le domaine migratoire. Elle doit à cet effet remettre en question et renégocier la libre circulation avec l'UE et l'accord de Schengen.

Le 1er mai prochain, les contingents d'immigration pour les "nouveaux" Etats membres de l'UE - Estonie, Lettonie, Lituanie, Pologne, Slovaquie, Slovénie, Tchéquie et Hongrie - seront levés. A partir de cette date, les ressortissants de ces Etats qui disposent d'un contrat de travail ou qui se déclarent indépendants pourront s'établir librement en Suisse et y travailler. Ainsi, l'immigration sera encore plus difficile à contrôler que jusqu'ici. Les conséquences de la libre circulation des personnes et de l'ouverture des frontières sont graves. L'an passé également, le nombre de personnes immigrant en Suisse a dépassé de plus de 68 000 celui des émigrants. Ce chiffre correspond approximativement à la population de la ville de St-Gall. Il serait grand temps que le Conseil fédéral cesse d'enjoliver la situation et qu'il fasse honnêtement analyser les conséquences de cette immigration illimitée.

Les perspectives publiées aujourd'hui par l'Office fédéral de la statistique partent d'une croissance de la population allant jusqu'à 25% selon les divers scénarios. La Suisse pourrait ainsi compter 10 millions d'habitants. Tout donne à penser que cette croissance est sous-estimée. Mais même une croissance de 25% aurait des conséquences imprévisibles pour de nombreux secteurs de la vie publique. Par exemple, l'actuel débat sur le climat et sur l'énergie doit aussi être considéré dans la perspective de cette immigration massive en Suisse.

Il est évident pour l'UDC que la Suisse doit retrouver sa capacité d'agir dans le domaine migratoire. Les clés de cette compétence s'appellent libre circulation des personnes et accord de Schengen (frontières ouvertes). Les deux conventions doivent donc être réexaminées sans idée préconçue et renégociées.

29.03.2011

Conséquence de l'immigration incontrôlée: prÈs de 10 millions d'habitants en 2035

L'Office fédéral de la statistique annonce dans un pronostic publié aujourd'hui une croissance démographique allant jusqu'à 25% jusqu'en 2035. Il s'agit là d'une conséquence directe de...

L'Office fédéral de la statistique annonce dans un pronostic publié aujourd'hui une croissance démographique allant jusqu'à 25% jusqu'en 2035. Il s'agit là d'une conséquence directe de l'immigration incontrôlée. Cette croissance est sans doute sous-estimée, mais elle aura de toute manière des effets graves sur les infrastructures, les loyers, le prix du sol, l'aménagement du territoire, la consommation d'énergie, les écoles, la santé publique et les assurances sociales. L'UDC exige que la Suisse rétablisse sa capacité d'agir dans le domaine migratoire. Elle doit à cet effet remettre en question et renégocier la libre circulation avec l'UE et l'accord de Schengen.

Le 1er mai prochain, les contingents d'immigration pour les "nouveaux" Etats membres de l'UE - Estonie, Lettonie, Lituanie, Pologne, Slovaquie, Slovénie, Tchéquie et Hongrie - seront levés. A partir de cette date, les ressortissants de ces Etats qui disposent d'un contrat de travail ou qui se déclarent indépendants pourront s'établir librement en Suisse et y travailler. Ainsi, l'immigration sera encore plus difficile à contrôler que jusqu'ici. Les conséquences de la libre circulation des personnes et de l'ouverture des frontières sont graves. L'an passé également, le nombre de personnes immigrant en Suisse a dépassé de plus de 68 000 celui des émigrants. Ce chiffre correspond approximativement à la population de la ville de St-Gall. Il serait grand temps que le Conseil fédéral cesse d'enjoliver la situation et qu'il fasse honnêtement analyser les conséquences de cette immigration illimitée.

Les perspectives publiées aujourd'hui par l'Office fédéral de la statistique partent d'une croissance de la population allant jusqu'à 25% selon les divers scénarios. La Suisse pourrait ainsi compter 10 millions d'habitants. Tout donne à penser que cette croissance est sous-estimée. Mais même une croissance de 25% aurait des conséquences imprévisibles pour de nombreux secteurs de la vie publique. Par exemple, l'actuel débat sur le climat et sur l'énergie doit aussi être considéré dans la perspective de cette immigration massive en Suisse.

Il est évident pour l'UDC que la Suisse doit retrouver sa capacité d'agir dans le domaine migratoire. Les clés de cette compétence s'appellent libre circulation des personnes et accord de Schengen (frontières ouvertes). Les deux conventions doivent donc être réexaminées sans idée préconçue et renégociées.