Articles dans
le temps
Criminalité des étrangers: Hausse de 20 % !
04.07.2003

Criminalité des étrangers: Hausse de 20 % !

L'UDC est extrêmement inquiète devant la forte augmentation de la criminalité des étrangers. Cela fait des années que des bandes criminelles étrangères contrôlent le trafic de drogues. La violence...

(UDC) L'UDC est extrêmement inquiète devant la forte augmentation de la criminalité des étrangers. Cela fait des années que des bandes criminelles étrangères contrôlent le trafic de drogues. La violence prend des proportions alarmantes. Pendant ce temps, le Conseil fédéral continue de minimiser le problème et d'embellir la situation en présentant le rapport "Sécurité intérieure de la Suisse". L'UDC exige au contraire une position dure et sans compromis. Des peines plus sévères - prison, expulsion - doivent être prononcées contre les malfaiteurs.

En 2002, des étrangers ont commis en Suisse plus de 164'000 délits contre 137'000 en 2001. Ainsi, plus de la moitié des délits commis en Suisse sont le fait de malfaiteurs étrangers. Dans le trafic de drogues, la proportion de criminels étrangers dépasse même 80%. Par rapport à l'année précédente, les délits commis par des étrangers ont progressé de 20% environ. Si cette tendance se poursuit, la criminalité étrangère double tous les quatre ans! La sécurité publique en Suisse est de plus en plus minée. Cette situation est alarmante.

Contrairement au Conseil fédéral, l'UDC refuse d'admettre tout simplement cette évolution. Cela fait des années qu'elle demande des mesures plus rigoureuses pour combattre cette situation inacceptable. Il est grand temps que la Suisse durcisse sa position dans les domaines de la politique des étrangers, de la politique d'asile, de la surveillance des frontières et, surtout, du droit pénal. Il faut non seulement renforcer les lois, mais aussi appliquer avec plus de sévérité le droit en vigueur. Les peines prononcées doivent retrouver un effet dissuasif.

Concrètement, l'UDC demande des peines d'emprisonnement de plusieurs années sans sursis en cas d'atteintes à l'intégrité physique et à la vie, de trafic de drogues, de trafic d'êtres humaines et d'autres crimes graves. Les étrangers qui ont commis de tels crimes doivent être absolument privés de leur autorisation de séjour après avoir purgé leur peine. Ils doivent être expulsés et immédiatement renvoyés dans leur pays.

Berne, le 4 juillet 2003

 

04.07.2003

Criminalité des étrangers: Hausse de 20 % !

L'UDC est extrêmement inquiète devant la forte augmentation de la criminalité des étrangers. Cela fait des années que des bandes criminelles étrangères contrôlent le trafic de drogues. La violence...

(UDC) L'UDC est extrêmement inquiète devant la forte augmentation de la criminalité des étrangers. Cela fait des années que des bandes criminelles étrangères contrôlent le trafic de drogues. La violence prend des proportions alarmantes. Pendant ce temps, le Conseil fédéral continue de minimiser le problème et d'embellir la situation en présentant le rapport "Sécurité intérieure de la Suisse". L'UDC exige au contraire une position dure et sans compromis. Des peines plus sévères - prison, expulsion - doivent être prononcées contre les malfaiteurs.

En 2002, des étrangers ont commis en Suisse plus de 164'000 délits contre 137'000 en 2001. Ainsi, plus de la moitié des délits commis en Suisse sont le fait de malfaiteurs étrangers. Dans le trafic de drogues, la proportion de criminels étrangers dépasse même 80%. Par rapport à l'année précédente, les délits commis par des étrangers ont progressé de 20% environ. Si cette tendance se poursuit, la criminalité étrangère double tous les quatre ans! La sécurité publique en Suisse est de plus en plus minée. Cette situation est alarmante.

Contrairement au Conseil fédéral, l'UDC refuse d'admettre tout simplement cette évolution. Cela fait des années qu'elle demande des mesures plus rigoureuses pour combattre cette situation inacceptable. Il est grand temps que la Suisse durcisse sa position dans les domaines de la politique des étrangers, de la politique d'asile, de la surveillance des frontières et, surtout, du droit pénal. Il faut non seulement renforcer les lois, mais aussi appliquer avec plus de sévérité le droit en vigueur. Les peines prononcées doivent retrouver un effet dissuasif.

Concrètement, l'UDC demande des peines d'emprisonnement de plusieurs années sans sursis en cas d'atteintes à l'intégrité physique et à la vie, de trafic de drogues, de trafic d'êtres humaines et d'autres crimes graves. Les étrangers qui ont commis de tels crimes doivent être absolument privés de leur autorisation de séjour après avoir purgé leur peine. Ils doivent être expulsés et immédiatement renvoyés dans leur pays.

Berne, le 4 juillet 2003