Articles dans
le temps
Crise financiÈre: le concept de l'UDC
23.10.2008

Crise financiÈre: le concept de l'UDC

L'UDC a tenu une conférence de presse aujourd'hui pour présenter son concept de renforcement de la place financière suisse. Elle demande de renon-cer à des régulations précipitées comme celles...

(UDC) L'UDC a tenu une conférence de presse aujourd'hui pour présenter son concept de renforcement de la place financière suisse. Elle demande de renon-cer à des régulations précipitées comme celles suggérées par le PS. Les droits des actionnaires doivent être renforcés dans le cadre de la révision du droit des sociétés anonymes. Cette crise doit être saisie comme une opportunité de ren-forcer durablement la compétitivité de la place financière suisse.

La crise des marchés financiers dans le monde entier et, surtout, les massives interven-tions des pays étrangers - Etats-Unis en tête - minent la compétitivité de la place finan-cière suisse. L'UDC apporte donc son soutien au programme de mesures de la Confédé-ration pour renforcer la place financière et l'économie suisses.

Le concept adopté à cet effet par l'UDC se distingue clairement du monstrueux projet de nationalisation lancée par le PS. Il faut éviter dans tous les cas que la Confédération tombe dans des excès de régulation et agisse dans le sens d'une étatisation des grandes banques. Des actions législatives précipitées seraient contreproductives en premier lieu pour la place financière helvétique et en second lieu pour l'économie suisse dans son en-semble.

Le contrôle étatique de secteurs importants de l'économie ne peut être une solution à long terme. Il s'agit au contraire de tout entreprendre pour que les lois du marché puis-sent à nouveau jouer librement, même face aux interventions étrangères. La stabilité et la confiance dans le système bancaire sont à la base de ce développement.

Pour atteindre cet objectif, l'UDC dépose les exigences suivantes:

  • les droits des actionnaires doivent être renforcés dans le cadre de la révision du droit de la société anonyme. L'assemblée générale doit pouvoir dorénavant pré-voir dans les statuts des dispositions concernant la rémunération du conseil d'administration et les plans d'actions et d'options. En outre les membres du conseil d'administration doivent faire l'objet d'une élection individuelle et annuelle. Ainsi les actionnaires pourront-ils décider chaque année et de manière indirecte de la rémunération de chaque membre du conseil d'administration puisque ceux-ci portent la responsabilité de la direction de l'entreprise.
  • dans les entreprises qui recourent à l'argent de l'Etat et qui appliquent des systè-mes de bonus excessifs, il faut mettre immédiatement fin aux incitations contre-productives dans le système de rémunération et exiger une nouvelle réglementa-tion.
  • la réduction du risque de congestion macroéconomique pour l'économie nationale suisse (structures de holding, transférer dans les filiales les affaires conclues à l'étranger): on veille ainsi à ce que l'économie suisse ne doive pas assumer la responsabilité de crédits accordés par des instituts aux Etats-Unis ou en Asie ou ailleurs.
  • les réserves monétaires de la Banque nationale doivent être augmentées pour ac-croître sa marge de manœuvre face à des situations de crise.
  • le secret protégeant les clients des banques doit être renforcé, donc inscrit dans la Constitution fédérale.

Berne, le 23 octobre 2008

 

23.10.2008

Crise financiÈre: le concept de l'UDC

L'UDC a tenu une conférence de presse aujourd'hui pour présenter son concept de renforcement de la place financière suisse. Elle demande de renon-cer à des régulations précipitées comme celles...

(UDC) L'UDC a tenu une conférence de presse aujourd'hui pour présenter son concept de renforcement de la place financière suisse. Elle demande de renon-cer à des régulations précipitées comme celles suggérées par le PS. Les droits des actionnaires doivent être renforcés dans le cadre de la révision du droit des sociétés anonymes. Cette crise doit être saisie comme une opportunité de ren-forcer durablement la compétitivité de la place financière suisse.

La crise des marchés financiers dans le monde entier et, surtout, les massives interven-tions des pays étrangers - Etats-Unis en tête - minent la compétitivité de la place finan-cière suisse. L'UDC apporte donc son soutien au programme de mesures de la Confédé-ration pour renforcer la place financière et l'économie suisses.

Le concept adopté à cet effet par l'UDC se distingue clairement du monstrueux projet de nationalisation lancée par le PS. Il faut éviter dans tous les cas que la Confédération tombe dans des excès de régulation et agisse dans le sens d'une étatisation des grandes banques. Des actions législatives précipitées seraient contreproductives en premier lieu pour la place financière helvétique et en second lieu pour l'économie suisse dans son en-semble.

Le contrôle étatique de secteurs importants de l'économie ne peut être une solution à long terme. Il s'agit au contraire de tout entreprendre pour que les lois du marché puis-sent à nouveau jouer librement, même face aux interventions étrangères. La stabilité et la confiance dans le système bancaire sont à la base de ce développement.

Pour atteindre cet objectif, l'UDC dépose les exigences suivantes:

Berne, le 23 octobre 2008