Articles dans
le temps
Dehors, Les brebis galeuses!
13.07.2007

Dehors, Les brebis galeuses!

Notre quotidien est marqué par la hausse de la criminalité, la violence juvénile, par des étrangers refusant de s'intégrer et des abus croissants dans les œuvres sociales. L'hospitalité de la...

(UDC) Notre quotidien est marqué par la hausse de la criminalité, la violence juvénile, par des étrangers refusant de s'intégrer et des abus croissants dans les œuvres sociales. L'hospitalité de la Suisse est abusée sans gêne aucune. Cette situation, nous la devons à la gauche et ses alliés: nombre de politiques préfèrent détourner les yeux, se taire, voire enjoliver ou dissimuler. La mauvaise humeur augmente au sein de la population. L'UDC a donc décidé d'agir: elle lance aujourd'hui son initiative pour le renvoi des étrangers criminels. Celles et ceux qui ne respectent pas nos règles n'ont plus droit à l'hospitalité de la Suisse.

Les chiffres de la statistique criminelle sont effrayants: la part des étrangers aux délits d'effraction est supérieure à 60% et dépasse même 80% pour le trafic de drogues et les crimes violents. Quelque 70% de la population carcérale sont des étrangers. Mais il y a aussi une forte disproportion d'étrangers parmi les bénéficiaires des assurances sociales et de l'aide sociale: 40% des prestations de l'AI et plus de 40% des versements de l'aide sociale vont aux étrangers. Alors que la Suisse connaissait autrefois une immigration dans son marché du travail, elle doit se battre aujourd'hui contre une immigration dans son système social. Voilà le résultat de la politique de gauche qui expose la Suisse à une immigration en masse. Nous subissons aujourd'hui les conséquences du laisser-faire, des illusions multiculturelles et des conceptions irréalistes défendues par la gauche.

Les problèmes sont graves, mais ils sont solubles - à condition qu'il y ait une volonté politique. La gauche et les rêveurs multiculturels ont la majorité au Conseil fédéral et au Parlement. Régulièrement, les propositions de l'UDC sont bloquées par une coalition de politiques qui refusent de voir la réalité. Il faut donc que le peuple agisse par le biais d'une initiative populaire.

L'initiative UDC sur le renvoi clarifie la situation:

  • le principe selon lequel les étrangers criminels doivent être renvoyés de Suisse sera ancré dans la Constitution. Il sera ainsi plus fortement légitimé.
  • la formule potestative de la loi sur les étrangers sera remplacée par une disposition contraignante: les étrangers criminels doivent être obligatoirement expulsés. La pratique complaisante des autorités sera ainsi stoppée.
  • l'expulsion ne sera plus simplement une mesure de police des étrangers, mais servira de punition du coupable (comme autrefois la mesure pénale d'expulsion du pays).

Grâce à l'initiative UDC le peuple peut mettre fin à la politique de l'autruche menée actuellement face à ce problème lancinant. Les auteurs d'actes criminels et les parasites qui vivent aux frais des autres ou de l'aide publique n'ont pas leur place en Suisse. Nous ne voulons pas de ces brebis galeuses chez nous.
Berne, 13 juillet 2007

13.07.2007

Dehors, Les brebis galeuses!

Notre quotidien est marqué par la hausse de la criminalité, la violence juvénile, par des étrangers refusant de s'intégrer et des abus croissants dans les œuvres sociales. L'hospitalité de la...

(UDC) Notre quotidien est marqué par la hausse de la criminalité, la violence juvénile, par des étrangers refusant de s'intégrer et des abus croissants dans les œuvres sociales. L'hospitalité de la Suisse est abusée sans gêne aucune. Cette situation, nous la devons à la gauche et ses alliés: nombre de politiques préfèrent détourner les yeux, se taire, voire enjoliver ou dissimuler. La mauvaise humeur augmente au sein de la population. L'UDC a donc décidé d'agir: elle lance aujourd'hui son initiative pour le renvoi des étrangers criminels. Celles et ceux qui ne respectent pas nos règles n'ont plus droit à l'hospitalité de la Suisse.

Les chiffres de la statistique criminelle sont effrayants: la part des étrangers aux délits d'effraction est supérieure à 60% et dépasse même 80% pour le trafic de drogues et les crimes violents. Quelque 70% de la population carcérale sont des étrangers. Mais il y a aussi une forte disproportion d'étrangers parmi les bénéficiaires des assurances sociales et de l'aide sociale: 40% des prestations de l'AI et plus de 40% des versements de l'aide sociale vont aux étrangers. Alors que la Suisse connaissait autrefois une immigration dans son marché du travail, elle doit se battre aujourd'hui contre une immigration dans son système social. Voilà le résultat de la politique de gauche qui expose la Suisse à une immigration en masse. Nous subissons aujourd'hui les conséquences du laisser-faire, des illusions multiculturelles et des conceptions irréalistes défendues par la gauche.

Les problèmes sont graves, mais ils sont solubles - à condition qu'il y ait une volonté politique. La gauche et les rêveurs multiculturels ont la majorité au Conseil fédéral et au Parlement. Régulièrement, les propositions de l'UDC sont bloquées par une coalition de politiques qui refusent de voir la réalité. Il faut donc que le peuple agisse par le biais d'une initiative populaire.

L'initiative UDC sur le renvoi clarifie la situation:

Grâce à l'initiative UDC le peuple peut mettre fin à la politique de l'autruche menée actuellement face à ce problème lancinant. Les auteurs d'actes criminels et les parasites qui vivent aux frais des autres ou de l'aide publique n'ont pas leur place en Suisse. Nous ne voulons pas de ces brebis galeuses chez nous.
Berne, 13 juillet 2007