Articles dans
le temps
Die neue Verfassungsgrundlage über die Familienpolitik hätte die Eigenverantwortung der Familie gesc
03.03.2013

Die neue Verfassungsgrundlage über die Familienpolitik hätte die Eigenverantwortung der Familie gesc

L'UDC Suisse prend acte des résultats des votations fédérales de ce weekend. L’échec de l’article constitutionnel sur la politique familiale à la majorité des cantons renforce le fédéralisme et est...

L'UDC Suisse prend acte des résultats des votations fédérales de ce weekend. L'échec de l'article constitutionnel sur la politique familiale à la majorité des cantons renforce le fédéralisme et est un signal clair contre le gonflement des coûts de l'Etat social.

Le NON à l'article sur la famille exprime la conviction de la population suisse que ce projet constitutionnel affaiblit la responsabilité individuelle de la famille et entraîne une hausse des impôts en raison des milliards de francs qu'exige le subventionnement des crèches publiques. L'UDC se réjouit de ce signal clair et net donné par le peuple suisse en faveur du fédéralisme et de la liberté des familles. Aussi, l'UDC attend-elle des milieux qui se sont engagés pour le projet refusé - en tête desquels le PDC - qu'ils soutiennent son initiative pour les familles qui sera sans doute soumise au vote cette année encore. Ce projet vise à offrir aux familles, qui s'occupent elles-mêmes de la garde de leurs enfants, les mêmes avantages fiscaux qu'aux parents qui confient leurs enfants à des tiers. Aujourd'hui, les parents qui paient pour la garde extrafamiliale de leurs enfants profitent d'allègements fiscaux - ce que l'UDC soutient - alors que ceux qui assument eux-mêmes cette tâche sont exclus de cet avantage. Pour l'UDC, cette discrimination n'est pas acceptable.

Le OUI à la révision de la loi sur l'aménagement du territoire témoigne du souci que se fait la population pour le paysage suisse menacé par la dispersion de l'habitat. Pour l'UDC, il est central que la garantie de la propriété privée soit respectée même avec cette nouvelle loi. Il s'agit là d'un devoir des cantons et de la Confédération. Il faut rappeler qu'à côté des exigences croissantes en surface habitable, la forte immigration est la principale responsable du boom de la construction de ces dernières années qui a conduit au bétonnage du pays. Or, la nouvelle loi sur l'aménagement du territoire n'offre aucune solution à ce niveau. La Confédération doit enfin reprendre le contrôle d'une immigration de quelque 80 000 personnes par an, chiffre qui correspond à la population de la ville de St-Gall. L'UDC exige donc que son initiative contre l'immigration de masse, qui demande la réintroduction des contingents pour contrôler l'immigration, soit soumise au peuple aussi rapidement que possible.

Le OUI à l'initiative sur les rémunérations abusives était prévisible. Les prétentions démesurées et la perte du sens des réalités de nombre de dirigeants d'entreprises de Suisse, mais aussi dans le reste du monde, ont fait un tort considérable à l'industrie et au secteur financier. Soutenu par l'UDC Suisse, le contreprojet indirect contre les rémunérations abusives sera donc classé. L'initiative populaire, c'est-à-dire la volonté du peuple, devra être concrétisée rapidement et de manière pragmatique en impliquant les auteurs de l'initiative. L'UDC invite le Conseil fédéral à agir vite - éventuellement en constituant une commission d'experts - afin d'empêcher dans les plus brefs délais les excès en termes de rémunération, grâce notamment à un renforcement des droits des propriétaires des entreprises.

03.03.2013

Die neue Verfassungsgrundlage über die Familienpolitik hätte die Eigenverantwortung der Familie gesc

L'UDC Suisse prend acte des résultats des votations fédérales de ce weekend. L’échec de l’article constitutionnel sur la politique familiale à la majorité des cantons renforce le fédéralisme et est...

L'UDC Suisse prend acte des résultats des votations fédérales de ce weekend. L'échec de l'article constitutionnel sur la politique familiale à la majorité des cantons renforce le fédéralisme et est un signal clair contre le gonflement des coûts de l'Etat social.

Le NON à l'article sur la famille exprime la conviction de la population suisse que ce projet constitutionnel affaiblit la responsabilité individuelle de la famille et entraîne une hausse des impôts en raison des milliards de francs qu'exige le subventionnement des crèches publiques. L'UDC se réjouit de ce signal clair et net donné par le peuple suisse en faveur du fédéralisme et de la liberté des familles. Aussi, l'UDC attend-elle des milieux qui se sont engagés pour le projet refusé - en tête desquels le PDC - qu'ils soutiennent son initiative pour les familles qui sera sans doute soumise au vote cette année encore. Ce projet vise à offrir aux familles, qui s'occupent elles-mêmes de la garde de leurs enfants, les mêmes avantages fiscaux qu'aux parents qui confient leurs enfants à des tiers. Aujourd'hui, les parents qui paient pour la garde extrafamiliale de leurs enfants profitent d'allègements fiscaux - ce que l'UDC soutient - alors que ceux qui assument eux-mêmes cette tâche sont exclus de cet avantage. Pour l'UDC, cette discrimination n'est pas acceptable.

Le OUI à la révision de la loi sur l'aménagement du territoire témoigne du souci que se fait la population pour le paysage suisse menacé par la dispersion de l'habitat. Pour l'UDC, il est central que la garantie de la propriété privée soit respectée même avec cette nouvelle loi. Il s'agit là d'un devoir des cantons et de la Confédération. Il faut rappeler qu'à côté des exigences croissantes en surface habitable, la forte immigration est la principale responsable du boom de la construction de ces dernières années qui a conduit au bétonnage du pays. Or, la nouvelle loi sur l'aménagement du territoire n'offre aucune solution à ce niveau. La Confédération doit enfin reprendre le contrôle d'une immigration de quelque 80 000 personnes par an, chiffre qui correspond à la population de la ville de St-Gall. L'UDC exige donc que son initiative contre l'immigration de masse, qui demande la réintroduction des contingents pour contrôler l'immigration, soit soumise au peuple aussi rapidement que possible.

Le OUI à l'initiative sur les rémunérations abusives était prévisible. Les prétentions démesurées et la perte du sens des réalités de nombre de dirigeants d'entreprises de Suisse, mais aussi dans le reste du monde, ont fait un tort considérable à l'industrie et au secteur financier. Soutenu par l'UDC Suisse, le contreprojet indirect contre les rémunérations abusives sera donc classé. L'initiative populaire, c'est-à-dire la volonté du peuple, devra être concrétisée rapidement et de manière pragmatique en impliquant les auteurs de l'initiative. L'UDC invite le Conseil fédéral à agir vite - éventuellement en constituant une commission d'experts - afin d'empêcher dans les plus brefs délais les excès en termes de rémunération, grâce notamment à un renforcement des droits des propriétaires des entreprises.