Articles dans
le temps
Dix commandements pour assainir le budget d'état
15.08.2006

Dix commandements pour assainir le budget d'état

Le Conseil fédéral présentera la semaine prochaine le budget 2007 qui prévoit certes un excédent de recettes de 900 millions de francs, mais qui n'arrête pas pour autant l'endettement de la caisse...

(UDC) Le Conseil fédéral présentera la semaine prochaine le budget 2007 qui prévoit certes un excédent de recettes de 900 millions de francs, mais qui n'arrête pas pour autant l'endettement de la caisse fédérale. La Confédération continue de dépenser plus d'argent qu'elle en encaisse. Cela ne peut pas continuer ainsi. L'UDC présente donc un document stratégique de politique financière qui se conclut par dix commandements pour l'assainissement du budget fédéral. Elle invite le Conseil fédéral et les autres partis politiques à concrétiser ces mesures avant les élections 2007. L'allègement du fardeau fiscal grevant les classes moyennes et la réduction des interventions étatiques sont au cœur de ces propositions.

Il a fallu la pression permanente de l'UDC pour que la Confédération s'impose enfin un frein à l'endettement et deux programmes d'allègement budgétaires. Depuis que l'UDC occupe deux sièges au Conseil fédéral, le gouvernement examine plus concrètement la nécessité d'assainir les finances de la Confédération. Mais il manque toujours de rigueur dans ses décisions de politique financière. L'excédent positif budgétisé pour 2007 n'est en effet pas le résultat de mesures de consolidation du côté des dépenses, mais avant tout le fruit d'une conjoncture économique favorable. Bien qu'elle ait adopté le nouveau modèle comptable, la Confédération pratique toujours une comptabilité "à double fond" via le compte des résultats. Il en ressort que la Confédération continue de dépenser plus d'argent qu'elle en gagne malgré l'excédent de recettes affiché dans le compte financier, si bien que l'endettement persiste.

L'UDC s'oppose de toutes ces forces à cette politique déficitaire. Elle exige un renforcement de la responsabilité individuelle, la concentration de l'Etat sur ses tâches essentielles et l'abandon de l'onéreux système de l'arrosoir dans le domaine social. La Confédération doit enfin équilibrer ses finances et rembourser ses dettes. Compte tenu du développement positif de l'économie et des obligations financières qui attendent la Confédération (à elles seules, les institutions sociales exigeront un financement supplémentaire qui menace d'atteindre 40 milliards de francs d'ici à 2030), il est urgent de prendre de nouvelles mesures de consolidation. Les classes moyennes doivent être déchargées. L'Etat doit absolument renoncer à prélever de nouveaux impôts, taxes et redevances. Aujourd'hui déjà, les contribuables suisses travaillent chaque année jusqu'au 3 juillet uniquement pour satisfaire la boulimie de l'Etat.

L'UDC invite le Conseil fédéral et les autres partis politiques à participer à cet effort et à réaliser les mesures proposées avant les élections 2007. En octobre 2007, les électrices et les électeurs pourront alors décider à quels politiciens et à quels partis ils entendent donner leur confiance.

Berne, 15 août 2006

15.08.2006

Dix commandements pour assainir le budget d'état

Le Conseil fédéral présentera la semaine prochaine le budget 2007 qui prévoit certes un excédent de recettes de 900 millions de francs, mais qui n'arrête pas pour autant l'endettement de la caisse...

(UDC) Le Conseil fédéral présentera la semaine prochaine le budget 2007 qui prévoit certes un excédent de recettes de 900 millions de francs, mais qui n'arrête pas pour autant l'endettement de la caisse fédérale. La Confédération continue de dépenser plus d'argent qu'elle en encaisse. Cela ne peut pas continuer ainsi. L'UDC présente donc un document stratégique de politique financière qui se conclut par dix commandements pour l'assainissement du budget fédéral. Elle invite le Conseil fédéral et les autres partis politiques à concrétiser ces mesures avant les élections 2007. L'allègement du fardeau fiscal grevant les classes moyennes et la réduction des interventions étatiques sont au cœur de ces propositions.

Il a fallu la pression permanente de l'UDC pour que la Confédération s'impose enfin un frein à l'endettement et deux programmes d'allègement budgétaires. Depuis que l'UDC occupe deux sièges au Conseil fédéral, le gouvernement examine plus concrètement la nécessité d'assainir les finances de la Confédération. Mais il manque toujours de rigueur dans ses décisions de politique financière. L'excédent positif budgétisé pour 2007 n'est en effet pas le résultat de mesures de consolidation du côté des dépenses, mais avant tout le fruit d'une conjoncture économique favorable. Bien qu'elle ait adopté le nouveau modèle comptable, la Confédération pratique toujours une comptabilité "à double fond" via le compte des résultats. Il en ressort que la Confédération continue de dépenser plus d'argent qu'elle en gagne malgré l'excédent de recettes affiché dans le compte financier, si bien que l'endettement persiste.

L'UDC s'oppose de toutes ces forces à cette politique déficitaire. Elle exige un renforcement de la responsabilité individuelle, la concentration de l'Etat sur ses tâches essentielles et l'abandon de l'onéreux système de l'arrosoir dans le domaine social. La Confédération doit enfin équilibrer ses finances et rembourser ses dettes. Compte tenu du développement positif de l'économie et des obligations financières qui attendent la Confédération (à elles seules, les institutions sociales exigeront un financement supplémentaire qui menace d'atteindre 40 milliards de francs d'ici à 2030), il est urgent de prendre de nouvelles mesures de consolidation. Les classes moyennes doivent être déchargées. L'Etat doit absolument renoncer à prélever de nouveaux impôts, taxes et redevances. Aujourd'hui déjà, les contribuables suisses travaillent chaque année jusqu'au 3 juillet uniquement pour satisfaire la boulimie de l'Etat.

L'UDC invite le Conseil fédéral et les autres partis politiques à participer à cet effort et à réaliser les mesures proposées avant les élections 2007. En octobre 2007, les électrices et les électeurs pourront alors décider à quels politiciens et à quels partis ils entendent donner leur confiance.

Berne, 15 août 2006