Articles dans
le temps
EmpÊcher une catastrophe économique: le Conseil fédéral doit agir avant le 10 juillet!
16.06.2003

EmpÊcher une catastrophe économique: le Conseil fédéral doit agir avant le 10 juillet!

La situation en politique des transports aériens s'aggrave. Les dispositions unilatérales ordonnées par l'Allemagne à partir du 10 juillet touchent le nerf vital de la place économique et...

(UDC) La situation en politique des transports aériens s'aggrave. Les dispositions unilatérales ordonnées par l'Allemagne à partir du 10 juillet touchent le nerf vital de la place économique et industrielle suisse. Si elles ne peuvent pas être empêchées, les transports aériens suisses risquent le collapsus. L'aéroport de Zurich serait menacé dans son existence même et Swiss disparaîtrait. La Suisse dans son ensemble subirait des dommages économique graves.

L'UDC invite Pascal Couchepin, président de la Confédération, et Moritz Leuenberger, conseiller fédéral, de même que le gouvernement du canton de Zurich à assumer leurs responsabilités en vue du 10 juillet prochain. Pour des raisons incompréhensibles, le Conseil fédéral se montre extrêmement passif dans ce dossier et n'a toujours pas recouru à tous les instruments légaux à sa disposition. La Suisse doit enfin prendre une position claire face à l'Allemagne et montrer plus d'assurance.

Le Conseil fédéral doit agir tout de suite s'il veut éviter un effondrement de Swiss et de l'ensemble des transports aériens helvétiques. Les restrictions dont l'Allemagne menace la Suisse doivent être repoussées - par tous les moyens et sans a priori - au moins jusqu'à ce que la situation juridique soit clarifiée. Si nécessaire, le Conseil fédéral doit ordonner des vols d'approche depuis le nord.

Aussi bien le régime de vol dicté unilatéralement après le 10 juillet que le traité d'Etat négocié par le conseiller fédéral Moritz Leuenberger, mais non accepté par le parlement, doivent être rejetés dans l'intérêt de l'économie suisse et aussi dans celui de Swiss et de l'aéroport de Zurich. Le Conseil fédéral et le gouvernement du canton de Zurich doivent tout entreprendre pour éviter à la Suisse ces dispositions nocives et leurs graves conséquences.

Berne, le 16 juin 2003

16.06.2003

EmpÊcher une catastrophe économique: le Conseil fédéral doit agir avant le 10 juillet!

La situation en politique des transports aériens s'aggrave. Les dispositions unilatérales ordonnées par l'Allemagne à partir du 10 juillet touchent le nerf vital de la place économique et...

(UDC) La situation en politique des transports aériens s'aggrave. Les dispositions unilatérales ordonnées par l'Allemagne à partir du 10 juillet touchent le nerf vital de la place économique et industrielle suisse. Si elles ne peuvent pas être empêchées, les transports aériens suisses risquent le collapsus. L'aéroport de Zurich serait menacé dans son existence même et Swiss disparaîtrait. La Suisse dans son ensemble subirait des dommages économique graves.

L'UDC invite Pascal Couchepin, président de la Confédération, et Moritz Leuenberger, conseiller fédéral, de même que le gouvernement du canton de Zurich à assumer leurs responsabilités en vue du 10 juillet prochain. Pour des raisons incompréhensibles, le Conseil fédéral se montre extrêmement passif dans ce dossier et n'a toujours pas recouru à tous les instruments légaux à sa disposition. La Suisse doit enfin prendre une position claire face à l'Allemagne et montrer plus d'assurance.

Le Conseil fédéral doit agir tout de suite s'il veut éviter un effondrement de Swiss et de l'ensemble des transports aériens helvétiques. Les restrictions dont l'Allemagne menace la Suisse doivent être repoussées - par tous les moyens et sans a priori - au moins jusqu'à ce que la situation juridique soit clarifiée. Si nécessaire, le Conseil fédéral doit ordonner des vols d'approche depuis le nord.

Aussi bien le régime de vol dicté unilatéralement après le 10 juillet que le traité d'Etat négocié par le conseiller fédéral Moritz Leuenberger, mais non accepté par le parlement, doivent être rejetés dans l'intérêt de l'économie suisse et aussi dans celui de Swiss et de l'aéroport de Zurich. Le Conseil fédéral et le gouvernement du canton de Zurich doivent tout entreprendre pour éviter à la Suisse ces dispositions nocives et leurs graves conséquences.

Berne, le 16 juin 2003