Articles dans
le temps
Femmes UDC: espace aérien sÛr et PME fortes aussi pour les générations à venir
14.02.2008

Femmes UDC: espace aérien sÛr et PME fortes aussi pour les générations à venir

Les Femmes UDC Suisse s'engagent pour un espace aérien sûr et une armée de l'air forte, car celle-ci est l'expression la plus visible de la volonté de défense et de la neutralité suisses...

(Femmes UDC) Les Femmes UDC Suisse s'engagent pour un espace aérien sûr et une armée de l'air forte, car celle-ci est l'expression la plus visible de la volonté de défense et de la neutralité suisses.
Les Femmes UDC Suisse soutiennent aussi toutes les mesures visant à renforcer les PME qui sont un élément essentiel de notre prospérité.

Réunies en assemblée plénière le 13 février 2008, les Femmes UDC Suisse ont rejeté l'initiative "contre le bruit des avions de combat à réaction dans les zones touristiques", mais approuvé la réforme de l'imposition des entreprises II. Les générations à venir ont également le droit de vivre dans la sécurité et la prospérité, estiment les Femmes UDC.

Les Femmes UDC Suisse veulent des forces aériennes capables d'intervenir efficacement dans toutes les situations et sans perte de temps pour garantir la sécurité de l'espace aérien suisse, c'est-à-dire la sécurité de tout le pays. Les pilotes militaires ont donc besoin des possibilités de formation et d'entraînement adéquates.
La Suisse doit pouvoir veiller dans toutes les situations à sa souveraineté et sa sécurité. L'expression la plus visible de cette capacité est précisément la protection de l'espace aérien national par une armée de l'air forte. Des pilotes formés uniquement sur des simulateurs ne peuvent remplir leur mandat au service de la sécurité nationale. La Suisse possédant des zones touristiques non seulement dans les Alpes mais aussi sur le Plateau, les forces aériennes ne pourraient plus s'entraîner dans la réalité. Impossible, dans ces conditions, de maintenir la capacité opérationnelle de l'armée de l'air. De plus, la Suisse perdrait sa réputation d'être le pays le plus sûr du monde. Voilà pourquoi les Femmes UDC Suisse recommandent à l'unanimité le rejet de cette initiative.

Les Femmes UDC Suisse souhaitent de meilleures conditions-cadres pour les petites et moyennes entreprises suisses, car celles-ci forment l'épine dorsale de l'économie nationale.
Grâce à la réforme de l'imposition des entreprises I, un nombre croissant de sociétés holding ont choisi de s'installer en Suisse en créant des emplois et en augmentant les recettes publiques. Les couples mariés et les ménages à deux revenus ont été fiscalement déchargés. Il est grand temps maintenant d'offrir aussi des allègements fiscaux aux petites et moyennes entreprises, les PME, qui emploient plus des deux tiers des salariés suisses. Pour sauvegarder ces emplois et les engagements financiers dans les PME, il faut supprimer l'injustifiable double imposition qui résulte de l'impôt sur le bénéfice réalisé par l'entreprise, puis sur le revenu du propriétaire de l'entreprise. Il n'est pas acceptable que les PME soient entravées dans leur développement par des mesures fiscales indéfendables et excessives au point de les empêcher d'investir dans le développement, la production, le renouvellement et la force de travail humaine. Les Femmes UDC Suisse disent à l'unanimité OUI à la réforme de l'imposition des entreprises II, car seul des PME souples peuvent s'adapter assez rapidement à la demande changeante du marché pour conserver ou créer des emplois et de formations.

Berne, 14 février 2008

14.02.2008

Femmes UDC: espace aérien sÛr et PME fortes aussi pour les générations à venir

Les Femmes UDC Suisse s'engagent pour un espace aérien sûr et une armée de l'air forte, car celle-ci est l'expression la plus visible de la volonté de défense et de la neutralité suisses...

(Femmes UDC) Les Femmes UDC Suisse s'engagent pour un espace aérien sûr et une armée de l'air forte, car celle-ci est l'expression la plus visible de la volonté de défense et de la neutralité suisses.
Les Femmes UDC Suisse soutiennent aussi toutes les mesures visant à renforcer les PME qui sont un élément essentiel de notre prospérité.

Réunies en assemblée plénière le 13 février 2008, les Femmes UDC Suisse ont rejeté l'initiative "contre le bruit des avions de combat à réaction dans les zones touristiques", mais approuvé la réforme de l'imposition des entreprises II. Les générations à venir ont également le droit de vivre dans la sécurité et la prospérité, estiment les Femmes UDC.

Les Femmes UDC Suisse veulent des forces aériennes capables d'intervenir efficacement dans toutes les situations et sans perte de temps pour garantir la sécurité de l'espace aérien suisse, c'est-à-dire la sécurité de tout le pays. Les pilotes militaires ont donc besoin des possibilités de formation et d'entraînement adéquates.
La Suisse doit pouvoir veiller dans toutes les situations à sa souveraineté et sa sécurité. L'expression la plus visible de cette capacité est précisément la protection de l'espace aérien national par une armée de l'air forte. Des pilotes formés uniquement sur des simulateurs ne peuvent remplir leur mandat au service de la sécurité nationale. La Suisse possédant des zones touristiques non seulement dans les Alpes mais aussi sur le Plateau, les forces aériennes ne pourraient plus s'entraîner dans la réalité. Impossible, dans ces conditions, de maintenir la capacité opérationnelle de l'armée de l'air. De plus, la Suisse perdrait sa réputation d'être le pays le plus sûr du monde. Voilà pourquoi les Femmes UDC Suisse recommandent à l'unanimité le rejet de cette initiative.

Les Femmes UDC Suisse souhaitent de meilleures conditions-cadres pour les petites et moyennes entreprises suisses, car celles-ci forment l'épine dorsale de l'économie nationale.
Grâce à la réforme de l'imposition des entreprises I, un nombre croissant de sociétés holding ont choisi de s'installer en Suisse en créant des emplois et en augmentant les recettes publiques. Les couples mariés et les ménages à deux revenus ont été fiscalement déchargés. Il est grand temps maintenant d'offrir aussi des allègements fiscaux aux petites et moyennes entreprises, les PME, qui emploient plus des deux tiers des salariés suisses. Pour sauvegarder ces emplois et les engagements financiers dans les PME, il faut supprimer l'injustifiable double imposition qui résulte de l'impôt sur le bénéfice réalisé par l'entreprise, puis sur le revenu du propriétaire de l'entreprise. Il n'est pas acceptable que les PME soient entravées dans leur développement par des mesures fiscales indéfendables et excessives au point de les empêcher d'investir dans le développement, la production, le renouvellement et la force de travail humaine. Les Femmes UDC Suisse disent à l'unanimité OUI à la réforme de l'imposition des entreprises II, car seul des PME souples peuvent s'adapter assez rapidement à la demande changeante du marché pour conserver ou créer des emplois et de formations.

Berne, 14 février 2008