Articles dans
le temps
Finances fédérales: pas trace d'assainissement
31.01.2006

Finances fédérales: pas trace d'assainissement

Une fois de plus, la Confédération a dépensé en 2005 plus que ce qu'elle a gagné. Le déficit est de 100 millions de francs. Cela dit, les programmes d'économies, la réduction des effectifs du...

(UDC) Une fois de plus, la Confédération a dépensé en 2005 plus que ce qu'elle a gagné. Le déficit est de 100 millions de francs. Cela dit, les programmes d'économies, la réduction des effectifs du personnel fédéral et la politique bourgeoise de diminution des dépenses commencent à porter des fruits. Le compte 2005 de la Confédération se solde par un résultat moins mauvais que prévu, mais il n'y a pas trace d'assainissement des finances fédérales. Une ardoise énorme attend les contribuables. Par exemple, les découverts de l'AI et de l'assurance-chômage, la couverture insuffisante des caisses de pension de la Confédération et des entreprises qui lui sont proches, les problèmes de financement de l'AVS ainsi que les projets de transport.

Le compte 2005 peut tout au plus être considéré comme une embellie passagère dans les finances fédérales. Le ciel s'obscurcira en 2007 au plus tard. Faute de mesures d'économie supplémentaires et d'une planification rigoureuse d'abandon de certaines tâches publiques, nous allons au devant de gros déficits. Celles et ceux qui se satisfont de ce résultat, voir qui saisissent cette occasion pour formuler de nouvelles revendications, agissent en irresponsables. La première des priorités revient à la réduction de la dette.

L'UDC invite le Conseil fédéral à concrétiser rapidement les mandats d'économies que lui a donné le parlement (notamment les motions Schweiger et Löpfe). Le Conseil fédéral doit donc économiser quatre milliards de francs dans le plan financier établi jusqu'en 2008.

Berne, le 31 janvier 2006

31.01.2006

Finances fédérales: pas trace d'assainissement

Une fois de plus, la Confédération a dépensé en 2005 plus que ce qu'elle a gagné. Le déficit est de 100 millions de francs. Cela dit, les programmes d'économies, la réduction des effectifs du...

(UDC) Une fois de plus, la Confédération a dépensé en 2005 plus que ce qu'elle a gagné. Le déficit est de 100 millions de francs. Cela dit, les programmes d'économies, la réduction des effectifs du personnel fédéral et la politique bourgeoise de diminution des dépenses commencent à porter des fruits. Le compte 2005 de la Confédération se solde par un résultat moins mauvais que prévu, mais il n'y a pas trace d'assainissement des finances fédérales. Une ardoise énorme attend les contribuables. Par exemple, les découverts de l'AI et de l'assurance-chômage, la couverture insuffisante des caisses de pension de la Confédération et des entreprises qui lui sont proches, les problèmes de financement de l'AVS ainsi que les projets de transport.

Le compte 2005 peut tout au plus être considéré comme une embellie passagère dans les finances fédérales. Le ciel s'obscurcira en 2007 au plus tard. Faute de mesures d'économie supplémentaires et d'une planification rigoureuse d'abandon de certaines tâches publiques, nous allons au devant de gros déficits. Celles et ceux qui se satisfont de ce résultat, voir qui saisissent cette occasion pour formuler de nouvelles revendications, agissent en irresponsables. La première des priorités revient à la réduction de la dette.

L'UDC invite le Conseil fédéral à concrétiser rapidement les mandats d'économies que lui a donné le parlement (notamment les motions Schweiger et Löpfe). Le Conseil fédéral doit donc économiser quatre milliards de francs dans le plan financier établi jusqu'en 2008.

Berne, le 31 janvier 2006