Articles dans
le temps
Garantir la sécurité
20.02.2016

Garantir la sécurité

Durant la seconde journée de sa séance à Seedorf/UR, le groupe parlementaire UDC a poursuivi l'examen des objets à l'ordre du jour de la session de printemps des Chambres fédérales.

Durant la seconde journée de sa séance à Seedorf/UR, le groupe parlementaire UDC a poursuivi l'examen des objets à l'ordre du jour de la session de printemps des Chambres fédérales. Il invite avec insistance le Conseil des Etats à suivre les décisions que le Conseil national a prises durant la dernière session d'hiver concernant le développement de l'armée. Il s'agit en particulier de mettre à disposition de la défense nationale un cadre de paiement d'au moins 20 milliards de francs pour les années 2017 à 2020.

L'UDC exhorte les autres partis à donner, dans les processus budgétaires à venir, la priorité aux dépenses nécessaires à la sécurité de la Suisse et à l'armée. Elle a déjà concrétisé cet axe politique dans le premier examen du programme de stabilisation de la Confédération qui est actuellement en consultation. C'est avec la même détermination que le groupe invite le Conseil fédéral à prendre enfin toutes les mesures permettant de sécuriser à nouveau les frontières nationales. Il faut également envisager à cet effet une mission de soutien de l'armée. Il est évident que l'afflux de migrants reprendra avec force dans les semaines et mois à venir. Les mesures de protection prises par d'autres pays à leurs frontières (l'Autriche, notamment) augmenteront la pression sur la Suisse. D'autres Etats comme la France ont également établi des contrôles aux frontières pour renforcer leur sécurité.

L'innovation ne peut pas être étatisée
Le groupe parlementaire observe d'un œil critique l'activisme croissant de l'Etat sous le titre de l'"innovation". La nouvelle loi fédérale concernant l'Agence suisse pour l'encouragement de l'innovation (loi Innosuisse) a pour principal effet de gonfler la bureaucratie et de provoquer à moyen terme des frais considérables. La notion d'"innovation" est devenue un prétexte justifiant une foule d'interventions étatiques. Or, il ne suffit pas que le mot innovation figure sur l'étiquette pour que le contenu soit réellement de la recherche utile, de l'innovation entrepreneuriale et de la créativité. Le plus souvent, ce contenu est composé principalement d'argent des contribuables et d'une extension de la bureaucratie. Le groupe UDC ne peut donc pas soutenir ce projet de loi. Il estime que les structures de l'Etat doivent être élaguées et non pas renforcées.

A l'issue de la séance du groupe, plusieurs parlementaires UDC ont participé à la 16e Coupe de jass UDC à Seedorf à laquelle des centaines de joueuses et de joueurs de cartes de toute la Suisse sont attendus.

20.02.2016

Garantir la sécurité

Durant la seconde journée de sa séance à Seedorf/UR, le groupe parlementaire UDC a poursuivi l'examen des objets à l'ordre du jour de la session de printemps des Chambres fédérales.

Durant la seconde journée de sa séance à Seedorf/UR, le groupe parlementaire UDC a poursuivi l'examen des objets à l'ordre du jour de la session de printemps des Chambres fédérales. Il invite avec insistance le Conseil des Etats à suivre les décisions que le Conseil national a prises durant la dernière session d'hiver concernant le développement de l'armée. Il s'agit en particulier de mettre à disposition de la défense nationale un cadre de paiement d'au moins 20 milliards de francs pour les années 2017 à 2020.

L'UDC exhorte les autres partis à donner, dans les processus budgétaires à venir, la priorité aux dépenses nécessaires à la sécurité de la Suisse et à l'armée. Elle a déjà concrétisé cet axe politique dans le premier examen du programme de stabilisation de la Confédération qui est actuellement en consultation. C'est avec la même détermination que le groupe invite le Conseil fédéral à prendre enfin toutes les mesures permettant de sécuriser à nouveau les frontières nationales. Il faut également envisager à cet effet une mission de soutien de l'armée. Il est évident que l'afflux de migrants reprendra avec force dans les semaines et mois à venir. Les mesures de protection prises par d'autres pays à leurs frontières (l'Autriche, notamment) augmenteront la pression sur la Suisse. D'autres Etats comme la France ont également établi des contrôles aux frontières pour renforcer leur sécurité.

L'innovation ne peut pas être étatisée
Le groupe parlementaire observe d'un œil critique l'activisme croissant de l'Etat sous le titre de l'"innovation". La nouvelle loi fédérale concernant l'Agence suisse pour l'encouragement de l'innovation (loi Innosuisse) a pour principal effet de gonfler la bureaucratie et de provoquer à moyen terme des frais considérables. La notion d'"innovation" est devenue un prétexte justifiant une foule d'interventions étatiques. Or, il ne suffit pas que le mot innovation figure sur l'étiquette pour que le contenu soit réellement de la recherche utile, de l'innovation entrepreneuriale et de la créativité. Le plus souvent, ce contenu est composé principalement d'argent des contribuables et d'une extension de la bureaucratie. Le groupe UDC ne peut donc pas soutenir ce projet de loi. Il estime que les structures de l'Etat doivent être élaguées et non pas renforcées.

A l'issue de la séance du groupe, plusieurs parlementaires UDC ont participé à la 16e Coupe de jass UDC à Seedorf à laquelle des centaines de joueuses et de joueurs de cartes de toute la Suisse sont attendus.