Articles dans
le temps
Immigration sans limite et socialisme ou comment appauvrir la Suisse dans les plus brefs délais
10.05.2011

Immigration sans limite et socialisme ou comment appauvrir la Suisse dans les plus brefs délais

Après un long silence, le Parti socialiste suisse (PS) est revenu au débat sur la libre circulation des personnes et l'immigration incontrôlée. Il fait bien comprendre que l'immigration sans limite...

Après un long silence, le Parti socialiste suisse (PS) est revenu au débat sur la libre circulation des personnes et l'immigration incontrôlée. Il fait bien comprendre que l'immigration sans limite est pour lui un prétexte pour appliquer les recettes socialistes. Si elle s'inspirait des propositions du PS, la Suisse n'assumerait pas seulement les conséquences négatives d'une immigration devenue incontrôlable, mais elle abandonnerait aussi la majeure partie de ses atouts dans la concurrence économique internationale. Expropriations, augmentation du chômage, explosion des déficits publics consécutivement à la suppression de la concurrence fiscale et mise en place d'une énorme machine de subventionnement et d'intégration, voilà les effets de la politique socialiste. En fait, le PS indique la voie la plus rapide vers la perte de la compétitivité et l'appauvrissement de la Suisse.

En proposant des recettes qui ont échoué partout, le PS cherche uniquement à profiter des conséquences négatives de la libre circulation des personnes. Ce parti se moque complètement de la forte immigration que subit la Suisse. Il veut abandonner les avantages d'un marché du travail souple, tout comme le droit de disposer de la propriété privée et le principe de la performance individuelle. Parallèlement, l'appareil étatique serait gonflé par la suppression de la concurrence fiscale et l'introduction de nouvelles subventions. Il est évident que les mesures présentées par le PS entraîneraient une baisse massive de la prospérité. L'UDC mettra tout en œuvre pour empêcher que cette forme sournoise de "combat contre les symptômes" suggérée par le PS ne devienne réalité.

Au moins le PS est-il contraint pour la première fois d'avouer qu'il existe une immigration dans le système social suisse. C'est là encore une conséquence de la libre circulation des personnes. Les nombreux problèmes qui résultent d'une l'immigration sans borne n'autorisent qu'une conclusion: la Suisse doit retrouver aussi rapidement que possible sa capacité d'intervenir dans le domaine de la migration. Les clés en sont la libre circulation des personnes avec l'UE ainsi que les frontières ouvertes à la suite de l'accord de Schengen. Ces deux traités doivent enfin être réexaminés et renégociés sans parti pris.

Berne, 10 mai 2011

10.05.2011

Immigration sans limite et socialisme ou comment appauvrir la Suisse dans les plus brefs délais

Après un long silence, le Parti socialiste suisse (PS) est revenu au débat sur la libre circulation des personnes et l'immigration incontrôlée. Il fait bien comprendre que l'immigration sans limite...

Après un long silence, le Parti socialiste suisse (PS) est revenu au débat sur la libre circulation des personnes et l'immigration incontrôlée. Il fait bien comprendre que l'immigration sans limite est pour lui un prétexte pour appliquer les recettes socialistes. Si elle s'inspirait des propositions du PS, la Suisse n'assumerait pas seulement les conséquences négatives d'une immigration devenue incontrôlable, mais elle abandonnerait aussi la majeure partie de ses atouts dans la concurrence économique internationale. Expropriations, augmentation du chômage, explosion des déficits publics consécutivement à la suppression de la concurrence fiscale et mise en place d'une énorme machine de subventionnement et d'intégration, voilà les effets de la politique socialiste. En fait, le PS indique la voie la plus rapide vers la perte de la compétitivité et l'appauvrissement de la Suisse.

En proposant des recettes qui ont échoué partout, le PS cherche uniquement à profiter des conséquences négatives de la libre circulation des personnes. Ce parti se moque complètement de la forte immigration que subit la Suisse. Il veut abandonner les avantages d'un marché du travail souple, tout comme le droit de disposer de la propriété privée et le principe de la performance individuelle. Parallèlement, l'appareil étatique serait gonflé par la suppression de la concurrence fiscale et l'introduction de nouvelles subventions. Il est évident que les mesures présentées par le PS entraîneraient une baisse massive de la prospérité. L'UDC mettra tout en œuvre pour empêcher que cette forme sournoise de "combat contre les symptômes" suggérée par le PS ne devienne réalité.

Au moins le PS est-il contraint pour la première fois d'avouer qu'il existe une immigration dans le système social suisse. C'est là encore une conséquence de la libre circulation des personnes. Les nombreux problèmes qui résultent d'une l'immigration sans borne n'autorisent qu'une conclusion: la Suisse doit retrouver aussi rapidement que possible sa capacité d'intervenir dans le domaine de la migration. Les clés en sont la libre circulation des personnes avec l'UE ainsi que les frontières ouvertes à la suite de l'accord de Schengen. Ces deux traités doivent enfin être réexaminés et renégociés sans parti pris.

Berne, 10 mai 2011