Articles dans
le temps
Impressionnant soulÈvement paysan à Sempach - au Conseil fédéral d'agir!
29.08.2009

Impressionnant soulÈvement paysan à Sempach - au Conseil fédéral d'agir!

Plus de 10 000 paysannes et paysans ainsi que de nombreux citoyens proches de l'agriculture venus de toute la Suisse se sont réunis aujourd'hui devant la chapelle commémorant la bataille de Sempach...

Plus de 10 000 paysannes et paysans ainsi que de nombreux citoyens proches de l'agriculture venus de toute la Suisse se sont réunis aujourd'hui devant la chapelle commémorant la bataille de Sempach. Répondant à l'appel de l'UDC ainsi que des organisations agricoles Bäuerliches Zentrum Schweiz et BIG-M, les participants à ce soulèvement paysan ont exprimé leur inquiétude et leur colère devant la situation inacceptable qui règne sur le marché laitier et dans l'agriculture en général. Il est urgent de changer de système sur le marché du lait. Les manifestants ont adopté une résolution demandant au Conseil fédéral de présenter un arrêté fédéral urgent instituant un contrôle de la quantité sur la base du droit privé, effectué par les producteurs et contraignant pour tous les producteurs de lait. De plus, le Conseil fédéral est invité à abandonner les négociations sur un accord de libre-échange agricole avec l'UE.

Voici l'énoncé de la résolution adoptée:

Soulèvement paysan de Sempach
Résolution à l'intention du Conseil fédéral

Le développement extraordinaire que connaît le marché laitier et la ruineuse chute des prix à la production exigent une intervention rapide et déterminée. Il serait irresponsable d'attendre encore plus longtemps. Des mesures ciblées afin de modifier le système du marché laitier sont aujourd'hui indispensables. Nous invitons les responsables au niveau de la politique et de l'administration à respecter les lois et à tout entreprendre pour redonner une base économique aux producteurs laitiers.

L'article 7 de la loi sur l'agriculture stipule ce qui suit: La Confédération fixe les conditions-cadres de la production et de l'écoulement des produits agricoles de sorte que la production soit assurée de manière durable et peu coûteuse et que l'agriculture tire de la vente des produits des recettes aussi élevées que possible.

Nous avons besoin d'un prix du lait équitable pour réaliser un revenu comparable!

Le prix du lait a baissé de 30% en moyenne durant les mois écoulés. Ce développement provient surtout du fait que les paysans ont été privés de la possibilité d'adapter leur production laitière à la demande. Le Département fédéral de l'économie et l'Office fédéral de l'agriculture sont coresponsables des excédents et prix de dumping qui menacent l'existence de milliers de familles paysannes.

Nous en avons ras-le-bol d'être constamment poussés dans le rôle de mendiants alors que nous réclamons une juste rétribution de notre travail. Les familles paysannes suisses ont autant de droits que tous les autres citoyens de ce pays. Nous voulons avoir la possibilité d'agir en citoyens responsables face aux défis que nous devons relever. Mais pour cela nous avons besoin d'une réglementation dont l'application soit étendue à tout le pays comme cela existe dans beaucoup d'autres branches.

Voilà pourquoi nous nous réunissons aujourd'hui, samedi 29 août 2009, à la chapelle commémorant la bataille de Sempach pour notre soulèvement paysan. Des producteurs de lait, des paysannes et paysans, des collaborateurs des branches en amont et en aval ainsi que des citoyennes et des citoyens inquiets se défendent et adoptent la résolution à la teneur suivante:

Ayant la volonté d'approvisionner la population en denrées alimentaires indigènes et saines,
conscients que la souveraineté alimentaire jouera un rôle croissant à l'avenir,
convaincus que le mandat constitutionnel est à la base de notre action,

  • nous invitons le Conseil fédéral à adopter un arrêté fédéral urgent instituant un contrôle de droit privé de la quantité par les producteurs et auquel sont soumis tous les producteurs de lait.
  • nous exigeons du Conseil fédéral qu'il abandonne les négociations avec l'UE sur un accord de libre-échange agricole.

Si les organes responsables refusent de mettre en place les conditions-cadres permettant au marché laitier de fonctionner, ils porteront seuls la responsabilité des conséquences graves qui en découleront pour l'agriculture et notre pays.

29.08.2009

Impressionnant soulÈvement paysan à Sempach - au Conseil fédéral d'agir!

Plus de 10 000 paysannes et paysans ainsi que de nombreux citoyens proches de l'agriculture venus de toute la Suisse se sont réunis aujourd'hui devant la chapelle commémorant la bataille de Sempach...

Plus de 10 000 paysannes et paysans ainsi que de nombreux citoyens proches de l'agriculture venus de toute la Suisse se sont réunis aujourd'hui devant la chapelle commémorant la bataille de Sempach. Répondant à l'appel de l'UDC ainsi que des organisations agricoles Bäuerliches Zentrum Schweiz et BIG-M, les participants à ce soulèvement paysan ont exprimé leur inquiétude et leur colère devant la situation inacceptable qui règne sur le marché laitier et dans l'agriculture en général. Il est urgent de changer de système sur le marché du lait. Les manifestants ont adopté une résolution demandant au Conseil fédéral de présenter un arrêté fédéral urgent instituant un contrôle de la quantité sur la base du droit privé, effectué par les producteurs et contraignant pour tous les producteurs de lait. De plus, le Conseil fédéral est invité à abandonner les négociations sur un accord de libre-échange agricole avec l'UE.

Voici l'énoncé de la résolution adoptée:

Soulèvement paysan de Sempach
Résolution à l'intention du Conseil fédéral

Le développement extraordinaire que connaît le marché laitier et la ruineuse chute des prix à la production exigent une intervention rapide et déterminée. Il serait irresponsable d'attendre encore plus longtemps. Des mesures ciblées afin de modifier le système du marché laitier sont aujourd'hui indispensables. Nous invitons les responsables au niveau de la politique et de l'administration à respecter les lois et à tout entreprendre pour redonner une base économique aux producteurs laitiers.

L'article 7 de la loi sur l'agriculture stipule ce qui suit: La Confédération fixe les conditions-cadres de la production et de l'écoulement des produits agricoles de sorte que la production soit assurée de manière durable et peu coûteuse et que l'agriculture tire de la vente des produits des recettes aussi élevées que possible.

Nous avons besoin d'un prix du lait équitable pour réaliser un revenu comparable!

Le prix du lait a baissé de 30% en moyenne durant les mois écoulés. Ce développement provient surtout du fait que les paysans ont été privés de la possibilité d'adapter leur production laitière à la demande. Le Département fédéral de l'économie et l'Office fédéral de l'agriculture sont coresponsables des excédents et prix de dumping qui menacent l'existence de milliers de familles paysannes.

Nous en avons ras-le-bol d'être constamment poussés dans le rôle de mendiants alors que nous réclamons une juste rétribution de notre travail. Les familles paysannes suisses ont autant de droits que tous les autres citoyens de ce pays. Nous voulons avoir la possibilité d'agir en citoyens responsables face aux défis que nous devons relever. Mais pour cela nous avons besoin d'une réglementation dont l'application soit étendue à tout le pays comme cela existe dans beaucoup d'autres branches.

Voilà pourquoi nous nous réunissons aujourd'hui, samedi 29 août 2009, à la chapelle commémorant la bataille de Sempach pour notre soulèvement paysan. Des producteurs de lait, des paysannes et paysans, des collaborateurs des branches en amont et en aval ainsi que des citoyennes et des citoyens inquiets se défendent et adoptent la résolution à la teneur suivante:

Ayant la volonté d'approvisionner la population en denrées alimentaires indigènes et saines,
conscients que la souveraineté alimentaire jouera un rôle croissant à l'avenir,
convaincus que le mandat constitutionnel est à la base de notre action,

Si les organes responsables refusent de mettre en place les conditions-cadres permettant au marché laitier de fonctionner, ils porteront seuls la responsabilité des conséquences graves qui en découleront pour l'agriculture et notre pays.