Articles dans
le temps
Indéfendable prolongation de l'engagement militaire suisse au Kosovo
17.11.2010

Indéfendable prolongation de l'engagement militaire suisse au Kosovo

La prolongation de l'engagement SWISSCOY au Kosovo, que le Conseil fédéral a approuvé aujourd'hui, est incompréhensible et indéfendable. L'UDC s'oppose tout particulièrement au renforcement du...

La prolongation de l'engagement SWISSCOY au Kosovo, que le Conseil fédéral a approuvé aujourd'hui, est incompréhensible et indéfendable. L'UDC s'oppose tout particulièrement au renforcement du contingent helvétique. Cette décision va à l'encontre de la politique d'autres pays et de l'OTAN qui ont décidé de réduire leur présence au Kosovo. Depuis l'indépendance de cette région, cet engagement n'a plus aucun sens. Il viole la neutralité suisse et doit donc être immédiatement stoppé. L'UDC défendra cette position au Parlement fédéral et combattra toute prolongation du mandat Swisscoy.

Au fil des mois l'intervention de l'armée suisse au Kosovo devient de plus en plus douteuse et absurde. Les militaires n'ont plus guère l'occasion de faire un travail utile. Rien d'étonnant dans ces conditions que les manquements à la discipline se multiplient depuis quelques temps. Nombre de pays, mais aussi l'OTAN, réduisent leur engagement et diminuent leurs contingents. La Suisse doit en faire autant et mettre fin à cette action. Depuis l'indépendance du Kosovo, la résolution 1244 du 10 juin 1999 de l'ONU, qui qualifie le Kosovo de partie de la Serbie, n'est plus applicable. Or, sans résolution valable de l'ONU, cet engagement est encore plus délicat et en opposition évidente avec la neutralité suisse. En aucun cas il ne faut augmenter ce contingent comme le souhaite le Conseil fédéral.

L'UDC refuse par principe des engagements militaires à l'étranger qui violent la neutralité suisse et absorbent des moyens dont l'armée à un urgent besoin dans d'autres domaines.

17.11.2010

Indéfendable prolongation de l'engagement militaire suisse au Kosovo

La prolongation de l'engagement SWISSCOY au Kosovo, que le Conseil fédéral a approuvé aujourd'hui, est incompréhensible et indéfendable. L'UDC s'oppose tout particulièrement au renforcement du...

La prolongation de l'engagement SWISSCOY au Kosovo, que le Conseil fédéral a approuvé aujourd'hui, est incompréhensible et indéfendable. L'UDC s'oppose tout particulièrement au renforcement du contingent helvétique. Cette décision va à l'encontre de la politique d'autres pays et de l'OTAN qui ont décidé de réduire leur présence au Kosovo. Depuis l'indépendance de cette région, cet engagement n'a plus aucun sens. Il viole la neutralité suisse et doit donc être immédiatement stoppé. L'UDC défendra cette position au Parlement fédéral et combattra toute prolongation du mandat Swisscoy.

Au fil des mois l'intervention de l'armée suisse au Kosovo devient de plus en plus douteuse et absurde. Les militaires n'ont plus guère l'occasion de faire un travail utile. Rien d'étonnant dans ces conditions que les manquements à la discipline se multiplient depuis quelques temps. Nombre de pays, mais aussi l'OTAN, réduisent leur engagement et diminuent leurs contingents. La Suisse doit en faire autant et mettre fin à cette action. Depuis l'indépendance du Kosovo, la résolution 1244 du 10 juin 1999 de l'ONU, qui qualifie le Kosovo de partie de la Serbie, n'est plus applicable. Or, sans résolution valable de l'ONU, cet engagement est encore plus délicat et en opposition évidente avec la neutralité suisse. En aucun cas il ne faut augmenter ce contingent comme le souhaite le Conseil fédéral.

L'UDC refuse par principe des engagements militaires à l'étranger qui violent la neutralité suisse et absorbent des moyens dont l'armée à un urgent besoin dans d'autres domaines.