Articles dans
le temps
Initiative de mise en œuvre: décision antidémocratique du Conseil fédéral
20.11.2013

Initiative de mise en œuvre: décision antidémocratique du Conseil fédéral

L'UDC prend connaissance avec étonnement de l'argumentation absurde avancée par Conseil fédéral pour justifier une invalidation partielle de l'initiative de mise en œuvre. Le gouvernement confirme en effet que l'initiative ne viole ni le principe du non-refoulement, ni d'autres dispositions du droit international public. En recourant à une argumentation constitutionnelle abstruse, il adopte finalement la position selon laquelle le droit international impératif ne peut pas être défini plus concrètement. En agissant de la sorte, le Conseil fédéral affaiblit d'une part une initiative aboutie et, d'autre part, entame massivement les compétences du constituant, donc du peuple et des cantons. L'obstruction contre l'expulsion des étrangers criminels devient toujours plus perfide et plus dangereuse.

L'UDC prend connaissance avec étonnement de l'argumentation absurde avancée par Conseil fédéral pour justifier une invalidation partielle de l'initiative de mise en œuvre. Le gouvernement confirme en effet que l'initiative ne viole ni le principe du non-refoulement, ni d'autres dispositions du droit international public. En recourant à une argumentation constitutionnelle abstruse, il adopte finalement la position selon laquelle le droit international impératif ne peut pas être défini plus concrètement. En agissant de la sorte, le Conseil fédéral affaiblit d'une part une initiative aboutie et, d'autre part, entame massivement les compétences du constituant, donc du peuple et des cantons. L'obstruction contre l'expulsion des étrangers criminels devient toujours plus perfide et plus dangereuse.

Fort de cette argumentation, le Conseil fédéral devrait en fait déclarer partiellement ou totalement invalides certains éléments de la Constitution fédérale en vigueur. En effet, dans tous les domaines où la Constitution touche au droit international impératif, il serait, selon le gouvernement, interdit de procéder à des définitions concrètes. Ce raisonnement affecterait précisément le principe du non-refoulement réglé à l'art. 25 de la Constitution fédérale. Par son argumentation, le Conseil fédéral s'érige de manière dangereuse en constituant, une compétence qui ne lui revient absolument pas. Il semble qu'il veuille à l'avenir décider lui-même ce qu'il faut entendre par droit international public contraignant pour ensuite placer à bien plaire un droit international sans légitimation démocratique, donc un droit formulé par n'importe quels experts, constitutionnalistes ou juges individuels, au-dessus du droit suisse. Ce procédé est extrêmement dangereux pour la démocratie directe et l'Etat de droit.

Une fois de plus, le Conseil fédéral se livre à des jeux de force internationalistes sur le dos de la population. Et une fois de plus la volonté des citoyennes et des citoyens, qui veulent expulser systématiquement les étrangers criminels, est méprisée et écartée par des acrobaties juridiques. Ce comportement est indigne et profondément antidémocratique.

Enfin, notons que la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga tait soigneusement dans toutes ses déclarations d'aujourd'hui qu'elle a reçu le mandat de la Commission des institutions politiques du Conseil national d'appliquer l'initiative sur le renvoi conformément au contenu de l'initiative de mise en œuvre.

20.11.2013

Initiative de mise en œuvre: décision antidémocratique du Conseil fédéral

L'UDC prend connaissance avec étonnement de l'argumentation absurde avancée par Conseil fédéral pour justifier une invalidation partielle de l'initiative de mise en œuvre. Le gouvernement confirme en effet que l'initiative ne viole ni le principe du non-refoulement, ni d'autres dispositions du droit international public. En recourant à une argumentation constitutionnelle abstruse, il adopte finalement la position selon laquelle le droit international impératif ne peut pas être défini plus concrètement. En agissant de la sorte, le Conseil fédéral affaiblit d'une part une initiative aboutie et, d'autre part, entame massivement les compétences du constituant, donc du peuple et des cantons. L'obstruction contre l'expulsion des étrangers criminels devient toujours plus perfide et plus dangereuse.

L'UDC prend connaissance avec étonnement de l'argumentation absurde avancée par Conseil fédéral pour justifier une invalidation partielle de l'initiative de mise en œuvre. Le gouvernement confirme en effet que l'initiative ne viole ni le principe du non-refoulement, ni d'autres dispositions du droit international public. En recourant à une argumentation constitutionnelle abstruse, il adopte finalement la position selon laquelle le droit international impératif ne peut pas être défini plus concrètement. En agissant de la sorte, le Conseil fédéral affaiblit d'une part une initiative aboutie et, d'autre part, entame massivement les compétences du constituant, donc du peuple et des cantons. L'obstruction contre l'expulsion des étrangers criminels devient toujours plus perfide et plus dangereuse.

Fort de cette argumentation, le Conseil fédéral devrait en fait déclarer partiellement ou totalement invalides certains éléments de la Constitution fédérale en vigueur. En effet, dans tous les domaines où la Constitution touche au droit international impératif, il serait, selon le gouvernement, interdit de procéder à des définitions concrètes. Ce raisonnement affecterait précisément le principe du non-refoulement réglé à l'art. 25 de la Constitution fédérale. Par son argumentation, le Conseil fédéral s'érige de manière dangereuse en constituant, une compétence qui ne lui revient absolument pas. Il semble qu'il veuille à l'avenir décider lui-même ce qu'il faut entendre par droit international public contraignant pour ensuite placer à bien plaire un droit international sans légitimation démocratique, donc un droit formulé par n'importe quels experts, constitutionnalistes ou juges individuels, au-dessus du droit suisse. Ce procédé est extrêmement dangereux pour la démocratie directe et l'Etat de droit.

Une fois de plus, le Conseil fédéral se livre à des jeux de force internationalistes sur le dos de la population. Et une fois de plus la volonté des citoyennes et des citoyens, qui veulent expulser systématiquement les étrangers criminels, est méprisée et écartée par des acrobaties juridiques. Ce comportement est indigne et profondément antidémocratique.

Enfin, notons que la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga tait soigneusement dans toutes ses déclarations d'aujourd'hui qu'elle a reçu le mandat de la Commission des institutions politiques du Conseil national d'appliquer l'initiative sur le renvoi conformément au contenu de l'initiative de mise en œuvre.