Articles dans
le temps
Jugement politique
30.04.2015

Jugement politique

Ce jugement inquiétant est une atteinte grave à la liberté d'opinion et d'expression en Suisse.

L'UDC est profondément inquiète de voir deux employés du secrétariat général de l'UDC Suisse condamnés en première instance pour une prétendue discrimination raciale. Ces deux personnes auraient violé l'article antiracisme du Code pénal du simple fait que l'UDC Suisse a décrit dans une annonce un crime violent qui a été commis en août 2011. Les adversaires politiques de l'UDC ont ainsi atteint leur objectif: on n'a plus le droit de dire et d'écrire en Suisse ce qui est.

Au mois d'août 2011, deux Kosovars ont insulté deux Suisses assis sur une terrasse d'un restaurant d'Interlaken. A la suite de l'altercation, un des Kosovars a tranché la gorge d'un des Suisses, le blessant grièvement. L'UDC a repris cette grave affaire dans une annonce et l'a décrite sur la base des comptes rendus médiatiques. C'est pour cette annonce que presque quatre années plus tard deux collaborateurs du secrétariat général de l'UDC Suisse sont condamnés à une peine pécuniaire avec sursis pour discrimination raciale.

Ce jugement inquiétant est une atteinte grave à la liberté d'opinion et d'expression en Suisse. Il semble qu'il ne soit plus permis de décrire un événement réel tel qu'il s'est produit. La justice a de surcroît attendu plusieurs années pour arriver à cette conclusion. Dans ce cas encore, la norme pénale contre le racisme a été abusée à des fins politiques pour étouffer des opinions gênantes.

L'UDC décidera d'un éventuel recours lorsqu'elle disposera de la motivation écrite du jugement.

30.04.2015

Jugement politique

Ce jugement inquiétant est une atteinte grave à la liberté d'opinion et d'expression en Suisse.

L'UDC est profondément inquiète de voir deux employés du secrétariat général de l'UDC Suisse condamnés en première instance pour une prétendue discrimination raciale. Ces deux personnes auraient violé l'article antiracisme du Code pénal du simple fait que l'UDC Suisse a décrit dans une annonce un crime violent qui a été commis en août 2011. Les adversaires politiques de l'UDC ont ainsi atteint leur objectif: on n'a plus le droit de dire et d'écrire en Suisse ce qui est.

Au mois d'août 2011, deux Kosovars ont insulté deux Suisses assis sur une terrasse d'un restaurant d'Interlaken. A la suite de l'altercation, un des Kosovars a tranché la gorge d'un des Suisses, le blessant grièvement. L'UDC a repris cette grave affaire dans une annonce et l'a décrite sur la base des comptes rendus médiatiques. C'est pour cette annonce que presque quatre années plus tard deux collaborateurs du secrétariat général de l'UDC Suisse sont condamnés à une peine pécuniaire avec sursis pour discrimination raciale.

Ce jugement inquiétant est une atteinte grave à la liberté d'opinion et d'expression en Suisse. Il semble qu'il ne soit plus permis de décrire un événement réel tel qu'il s'est produit. La justice a de surcroît attendu plusieurs années pour arriver à cette conclusion. Dans ce cas encore, la norme pénale contre le racisme a été abusée à des fins politiques pour étouffer des opinions gênantes.

L'UDC décidera d'un éventuel recours lorsqu'elle disposera de la motivation écrite du jugement.