Articles dans
le temps
L’expérience de la vie commande un OUI au lois sur l’asile et sur les étrangers
16.08.2006

L’expérience de la vie commande un OUI au lois sur l’asile et sur les étrangers

Les Seniors UDC Suisse ont décidé sans voix contraire de recommander l'acceptation de la loi révisée sur l'asile et de la nouvelle loi sur les étrangers. C'est également à l'unanimité avec une...

(Seniors UDC) Les Seniors UDC Suisse ont décidé sans voix contraire de recommander l'acceptation de la loi révisée sur l'asile et de la nouvelle loi sur les étrangers. C'est également à l'unanimité avec une seule abstention que les Seniors UDC soutiennent le non à l'initiative COSA.

L'expérience de la vie des Seniors UDC, qui ont vécu des crises, afflux de réfugiés et l'immigration en Suisse, n'admet qu'une seule réponse lors de la votation du 24 septembre: 2 x oui aux lois sur l'asile et sur les étrangers. Pour la simple et bonne raison que la Suisse a toujours assumé son rôle humanitaire dans les limites de ses possibilités, que ce soit durant la Deuxième Guerre mondiale, pendant la révolte hongroise, la guerre du Vietnam ou les guerres des Balkans. En revanche, la Suisse a dû faire une nouvelle expérience depuis maintenant deux décennies, celle de faux réfugiés abusant de manière ciblée du droit d'asile et de l'hospitalité de la Suisse, donc de gens qui viennent uniquement dans notre pays pour améliorer leurs conditions de vie. Un oui à la loi sur l'asile et à la loi sur les étrangers ne change strictement rien au rôle et à la tradition humanitaires de la Suisse. Cependant, ces nouvelles dispositions légales permettent de corriger les dysfonctionnements qui se sont multipliés ces dernières années.

Quant à l'initiative COSA, elle fait croire aux gens qu'elle assure le financement de l'AVS. Les Seniors UDC rejettent cette tromperie. C'est le contraire qui est vrai. Les problèmes structurels de l'AVS et de l'AI ne sont nullement résolus avec l'initiative COSA, mais celle-ci soutire des fonds à la Banque nationale et aux cantons pour financer de nouvelles revendications de la gauche. Voilà pourquoi les Seniors UDC disent non à l'initiative COSA.

Berne, 16 août 2006

16.08.2006

L’expérience de la vie commande un OUI au lois sur l’asile et sur les étrangers

Les Seniors UDC Suisse ont décidé sans voix contraire de recommander l'acceptation de la loi révisée sur l'asile et de la nouvelle loi sur les étrangers. C'est également à l'unanimité avec une...

(Seniors UDC) Les Seniors UDC Suisse ont décidé sans voix contraire de recommander l'acceptation de la loi révisée sur l'asile et de la nouvelle loi sur les étrangers. C'est également à l'unanimité avec une seule abstention que les Seniors UDC soutiennent le non à l'initiative COSA.

L'expérience de la vie des Seniors UDC, qui ont vécu des crises, afflux de réfugiés et l'immigration en Suisse, n'admet qu'une seule réponse lors de la votation du 24 septembre: 2 x oui aux lois sur l'asile et sur les étrangers. Pour la simple et bonne raison que la Suisse a toujours assumé son rôle humanitaire dans les limites de ses possibilités, que ce soit durant la Deuxième Guerre mondiale, pendant la révolte hongroise, la guerre du Vietnam ou les guerres des Balkans. En revanche, la Suisse a dû faire une nouvelle expérience depuis maintenant deux décennies, celle de faux réfugiés abusant de manière ciblée du droit d'asile et de l'hospitalité de la Suisse, donc de gens qui viennent uniquement dans notre pays pour améliorer leurs conditions de vie. Un oui à la loi sur l'asile et à la loi sur les étrangers ne change strictement rien au rôle et à la tradition humanitaires de la Suisse. Cependant, ces nouvelles dispositions légales permettent de corriger les dysfonctionnements qui se sont multipliés ces dernières années.

Quant à l'initiative COSA, elle fait croire aux gens qu'elle assure le financement de l'AVS. Les Seniors UDC rejettent cette tromperie. C'est le contraire qui est vrai. Les problèmes structurels de l'AVS et de l'AI ne sont nullement résolus avec l'initiative COSA, mais celle-ci soutire des fonds à la Banque nationale et aux cantons pour financer de nouvelles revendications de la gauche. Voilà pourquoi les Seniors UDC disent non à l'initiative COSA.

Berne, 16 août 2006