Articles dans
le temps
L’intégration n’est pas un libre-service
08.08.2013

L’intégration n’est pas un libre-service

L’UDC a aujourd’hui présenté au public et aux médias, dans le cadre d’une conférence de presse, son nouveau document de fond « L’intégration n’est pas un libre-service ». Les parlementaires UDC...

L'UDC a aujourd'hui présenté au public et aux médias, dans le cadre d'une conférence de presse, son nouveau document de fond « L'intégration n'est pas un libre-service ». Les parlementaires UDC soumettront les revendications formulées dans ce document sous forme de propositions relatives au projet de modification de la loi sur les étrangers adopté par le Conseil fédéral. Les délibérations parlementaires concernant cette loi débuteront le 16 août 2013 au sein de la Commission des affaires politiques du Conseil des États. Ce projet antilibéral, bureaucratique et centralisateur, qui coûtera des millions, viole le principe de responsabilité ancré dans la Constitution fédérale et foule aux pieds la volonté populaire clairement exprimée dans la votation concernant l'initiative sur le renvoi.

En 2010, à une claire majorité, le peuple et les cantons ont rejeté l'inscription dans la Constitution d'un article sur l'intégration, confirmant ainsi que l'intégration n'est pas une tâche étatique. Au contraire, nous sommes en droit de l'exiger des immigrés, qui ont le devoir de faire cet effort. Or le Conseil fédéral voudrait, malgré tout, inscrire la promotion de l'intégration comme tâche étatique dans la loi fédérale sur les étrangers. Selon un système d'arrosoir, des centaines de millions de francs prélevés sur nos impôts seraient versés par la Confédération, les cantons et les communes, pour promouvoir l'intégration à travers des programmes de bienvenue, des cours d'intégration gratuits et autres projets de médiation interculturelle.

Pourtant, la plupart des immigrés s'intègrent généralement sans problème dans notre société, apprennent la langue parlée dans leur commune, exercent une activité professionnelle et respectent l'ordre juridique local. Des mesures éta-tiques de soutien n'apportent rien aux immigrés volontaires et motivés à s'intégrer - au contraire, elles pourraient les vexer.

Les immigrés qui refusent d'apprendre la langue, qui ne respectent pas l'ordre juridique suisse, ni les us et coutumes locaux, et vivent aux frais de l'État n'ont aucun désir d'intégration et n'ont rien à faire en Suisse. Si quelqu'un veut vivre comme dans son pays d'origine, ne pas travailler et ne manifeste aucun intérêt pour la population et la culture suisses, alors il ou elle ferait mieux de retourner dans son pays ou simplement de ne pas le quitter. Ce genre d'immigrés, qui ne cherchent en réalité qu'à profiter de notre système social, nuisent non seulement à la cohésion de la population suisse et donc à la paix sociale, mais portent avant tout préjudice à ceux parmi les étrangers qui, comme décrit ci-dessus, se sont intégrés de manière exemplaire et autonome, et qui travaillent. Ils souffrent de la mauvaise réputation des autres et doivent sans cesse se justifier pour leurs compatriotes.

Bien que ces principes jouissent d'un large appui au sein de la population, comme le prouve l'acceptation de l'initiative sur le renvoi et le rejet du contre-projet direct prévoyant article sur l'intégration, les organes politiques fédéraux et de la plupart des cantons nous mènent dans une toute autre direction. Mesures de soutien étatiques basées sur le principe de l'arrosoir, centralisation de la politique d'intégration et mise en place, puis renforcement, d'une industrie étatique de l'intégration en sont les conséquences. Sans se poser la question du caractère arbitraire, on exige en Suisse, et on exécute même déjà par endroits, des mesures de soutien pesant des millions.

L'intégration n'est pas une tâche étatique, mais une conséquence de la décision de choisir la Suisse comme lieu de vie et de travail. C'est pour-quoi l'UDC rejettera fermement le projet de loi au Parlement.

 

Les revendications de l'UDC

 

  1. L'immigration doit être freinée et la Suisse doit en reprendre le contrôle.
  2. L'intégration n'est pas une tâche de l'Etat. Elle doit être exigée des immigrants.
  3. Si un immigrant refuse de s'intégrer, donc d'apprendre la langue de son lieu de domicile, s'il ne respecte pas les lois ainsi que les us et coutumes de la Suisse ou s'il vit aux frais de l'Etat, le permit de séjour ou d'établissement doit lui être retirée.
  4. Un permis d'établissement ne peut être accordé qu'à une personne réellement intégrée. En aucun cas il ne doit exister une prétention fondée en droit à un permis d'établissement.
  5. Les fonds publics doivent être engagés avec retenue dans la promotion de l'inté-gration, car l'intégration n'est pas une tâche de l'Etat et ne peut être dictée par l'Etat. Les éventuelles contributions financières doivent être approuvées au ni-veau des cantons et des communes et engagées de manière ciblée. Une exten-sion de ces mesures selon le principe de l'arrosoir a pour seul effet de dévelop-per l'industrie étatique de l'intégration.
  6. Les dispositions fédérales actuellement en vigueur suffisent amplement. Le pro-jet de révision de la loi sur les étrangers est inutile, centralisateur et contrepro-ductif et doit donc être refusé. Les problèmes d'intégration doivent être résolus au niveau des communes et des cantons.
  7. Toute mesure d'intégration doit être limitée aux étrangers ayant un droit de sé-jour durable. Il est hors de question de soutenir les immigrants clandestins, voire de les légaliser.
  8. Le régime légal et les valeurs chrétiennes et occidentales marquant la Suisse doivent être respectés dans la collectivité, dans la vie publique et à l'école.
  9. Une action déterminée s'impose contre les profiteurs et autres parasites sociaux. Dans cette idée, on approuvera également la sortie de quelques communes de réseau SKOS, car ces communes peuvent ainsi intervenir contre les abus. Celles et ceux qui abusent de nos institutions sociales doivent quitter le pays comme l'exige l'art. 121 de la Constitution fédérale.
08.08.2013

L’intégration n’est pas un libre-service

L’UDC a aujourd’hui présenté au public et aux médias, dans le cadre d’une conférence de presse, son nouveau document de fond « L’intégration n’est pas un libre-service ». Les parlementaires UDC...

L'UDC a aujourd'hui présenté au public et aux médias, dans le cadre d'une conférence de presse, son nouveau document de fond « L'intégration n'est pas un libre-service ». Les parlementaires UDC soumettront les revendications formulées dans ce document sous forme de propositions relatives au projet de modification de la loi sur les étrangers adopté par le Conseil fédéral. Les délibérations parlementaires concernant cette loi débuteront le 16 août 2013 au sein de la Commission des affaires politiques du Conseil des États. Ce projet antilibéral, bureaucratique et centralisateur, qui coûtera des millions, viole le principe de responsabilité ancré dans la Constitution fédérale et foule aux pieds la volonté populaire clairement exprimée dans la votation concernant l'initiative sur le renvoi.

En 2010, à une claire majorité, le peuple et les cantons ont rejeté l'inscription dans la Constitution d'un article sur l'intégration, confirmant ainsi que l'intégration n'est pas une tâche étatique. Au contraire, nous sommes en droit de l'exiger des immigrés, qui ont le devoir de faire cet effort. Or le Conseil fédéral voudrait, malgré tout, inscrire la promotion de l'intégration comme tâche étatique dans la loi fédérale sur les étrangers. Selon un système d'arrosoir, des centaines de millions de francs prélevés sur nos impôts seraient versés par la Confédération, les cantons et les communes, pour promouvoir l'intégration à travers des programmes de bienvenue, des cours d'intégration gratuits et autres projets de médiation interculturelle.

Pourtant, la plupart des immigrés s'intègrent généralement sans problème dans notre société, apprennent la langue parlée dans leur commune, exercent une activité professionnelle et respectent l'ordre juridique local. Des mesures éta-tiques de soutien n'apportent rien aux immigrés volontaires et motivés à s'intégrer - au contraire, elles pourraient les vexer.

Les immigrés qui refusent d'apprendre la langue, qui ne respectent pas l'ordre juridique suisse, ni les us et coutumes locaux, et vivent aux frais de l'État n'ont aucun désir d'intégration et n'ont rien à faire en Suisse. Si quelqu'un veut vivre comme dans son pays d'origine, ne pas travailler et ne manifeste aucun intérêt pour la population et la culture suisses, alors il ou elle ferait mieux de retourner dans son pays ou simplement de ne pas le quitter. Ce genre d'immigrés, qui ne cherchent en réalité qu'à profiter de notre système social, nuisent non seulement à la cohésion de la population suisse et donc à la paix sociale, mais portent avant tout préjudice à ceux parmi les étrangers qui, comme décrit ci-dessus, se sont intégrés de manière exemplaire et autonome, et qui travaillent. Ils souffrent de la mauvaise réputation des autres et doivent sans cesse se justifier pour leurs compatriotes.

Bien que ces principes jouissent d'un large appui au sein de la population, comme le prouve l'acceptation de l'initiative sur le renvoi et le rejet du contre-projet direct prévoyant article sur l'intégration, les organes politiques fédéraux et de la plupart des cantons nous mènent dans une toute autre direction. Mesures de soutien étatiques basées sur le principe de l'arrosoir, centralisation de la politique d'intégration et mise en place, puis renforcement, d'une industrie étatique de l'intégration en sont les conséquences. Sans se poser la question du caractère arbitraire, on exige en Suisse, et on exécute même déjà par endroits, des mesures de soutien pesant des millions.

L'intégration n'est pas une tâche étatique, mais une conséquence de la décision de choisir la Suisse comme lieu de vie et de travail. C'est pour-quoi l'UDC rejettera fermement le projet de loi au Parlement.

 

Les revendications de l'UDC

 

  1. L'immigration doit être freinée et la Suisse doit en reprendre le contrôle.
  2. L'intégration n'est pas une tâche de l'Etat. Elle doit être exigée des immigrants.
  3. Si un immigrant refuse de s'intégrer, donc d'apprendre la langue de son lieu de domicile, s'il ne respecte pas les lois ainsi que les us et coutumes de la Suisse ou s'il vit aux frais de l'Etat, le permit de séjour ou d'établissement doit lui être retirée.
  4. Un permis d'établissement ne peut être accordé qu'à une personne réellement intégrée. En aucun cas il ne doit exister une prétention fondée en droit à un permis d'établissement.
  5. Les fonds publics doivent être engagés avec retenue dans la promotion de l'inté-gration, car l'intégration n'est pas une tâche de l'Etat et ne peut être dictée par l'Etat. Les éventuelles contributions financières doivent être approuvées au ni-veau des cantons et des communes et engagées de manière ciblée. Une exten-sion de ces mesures selon le principe de l'arrosoir a pour seul effet de dévelop-per l'industrie étatique de l'intégration.
  6. Les dispositions fédérales actuellement en vigueur suffisent amplement. Le pro-jet de révision de la loi sur les étrangers est inutile, centralisateur et contrepro-ductif et doit donc être refusé. Les problèmes d'intégration doivent être résolus au niveau des communes et des cantons.
  7. Toute mesure d'intégration doit être limitée aux étrangers ayant un droit de sé-jour durable. Il est hors de question de soutenir les immigrants clandestins, voire de les légaliser.
  8. Le régime légal et les valeurs chrétiennes et occidentales marquant la Suisse doivent être respectés dans la collectivité, dans la vie publique et à l'école.
  9. Une action déterminée s'impose contre les profiteurs et autres parasites sociaux. Dans cette idée, on approuvera également la sortie de quelques communes de réseau SKOS, car ces communes peuvent ainsi intervenir contre les abus. Celles et ceux qui abusent de nos institutions sociales doivent quitter le pays comme l'exige l'art. 121 de la Constitution fédérale.