Articles dans
le temps
La CdG doit examiner l'immixtion des CFF dans la campagne de votation
28.01.2004

La CdG doit examiner l'immixtion des CFF dans la campagne de votation

L'annonce des dirigeants des CFF de faire enlever immédiatement les autocollants anti-Avanti appliquées sur les locomotives n'a guère été suivie d'effets jusqu'ici. Soit la direction des CFF...

(UDC) L'annonce des dirigeants des CFF de faire enlever immédiatement les autocollants anti-Avanti appliquées sur les locomotives n'a guère été suivie d'effets jusqu'ici. Soit la direction des CFF collabore en cachette avec les syndicats et la gauche, soit il y a un gros problème d'autorité au sein des Chemins de fer fédéraux. L'UDC demandera à la Commission de gestion du Conseil national d'examiner cette affaire.

Les CFF sont pourtant parmi les bénéficiaires du contreprojet à l'initiative Avanti. En effet, ils profiteraient, en plus des subventions massives que la Confédération leur verse chaque année, de nouvelles contributions provenant des droits sur les carburants, donc du trafic routier, pour réaliser les projets d'infrastructure dans les agglomérations prévus dans le contreprojet à l'initiative Avanti. Cette perspective ne semble guère intéresser les syndicats CFF qui préfèrent s'inspirer de l'idéologie socialiste. De surcroît, bon nombre de leurs membres abusent de leur position professionnelle pour afficher de la propagande politique sur le matériel roulant des CFF.

Lundi dernier, la direction des CFF a réagi devant cette propagande malhonnête et annoncé que les autocollants anti-Avanti seraient immédiatement enlevés des locomotives. Dans les faits, cependant, rien n'a changé et de nombreuses locomotives CFF maculées continuent de sillonner le pays. De deux choses l'une: soit la direction des CFF n'a pas été sincère en annonçant sa décision et collabore derrière le dos de la population avec les adversaires d'Avanti, soit cette même direction n'a pas la force de s'imposer face aux syndicats. De toute manière, le fait d'avoir été surpris par cette action préparée longtemps à l'avance n'est guère flatteur pour la direction des chemins de fer.

L'UDC demandera à la Commission de gestion (CdG) du Conseil national d'ouvrir une enquête sur les dysfonctionnements dans les CFF. Par ailleurs, le groupe UDC adressera durant la session de mars une interpellation urgente au Conseil fédéral pour l'interroger sur la crise de direction au sein des CFF ainsi que sur le chaos qui a entouré le Forum économique mondial.

Berne, 28 janvier 2004

28.01.2004

La CdG doit examiner l'immixtion des CFF dans la campagne de votation

L'annonce des dirigeants des CFF de faire enlever immédiatement les autocollants anti-Avanti appliquées sur les locomotives n'a guère été suivie d'effets jusqu'ici. Soit la direction des CFF...

(UDC) L'annonce des dirigeants des CFF de faire enlever immédiatement les autocollants anti-Avanti appliquées sur les locomotives n'a guère été suivie d'effets jusqu'ici. Soit la direction des CFF collabore en cachette avec les syndicats et la gauche, soit il y a un gros problème d'autorité au sein des Chemins de fer fédéraux. L'UDC demandera à la Commission de gestion du Conseil national d'examiner cette affaire.

Les CFF sont pourtant parmi les bénéficiaires du contreprojet à l'initiative Avanti. En effet, ils profiteraient, en plus des subventions massives que la Confédération leur verse chaque année, de nouvelles contributions provenant des droits sur les carburants, donc du trafic routier, pour réaliser les projets d'infrastructure dans les agglomérations prévus dans le contreprojet à l'initiative Avanti. Cette perspective ne semble guère intéresser les syndicats CFF qui préfèrent s'inspirer de l'idéologie socialiste. De surcroît, bon nombre de leurs membres abusent de leur position professionnelle pour afficher de la propagande politique sur le matériel roulant des CFF.

Lundi dernier, la direction des CFF a réagi devant cette propagande malhonnête et annoncé que les autocollants anti-Avanti seraient immédiatement enlevés des locomotives. Dans les faits, cependant, rien n'a changé et de nombreuses locomotives CFF maculées continuent de sillonner le pays. De deux choses l'une: soit la direction des CFF n'a pas été sincère en annonçant sa décision et collabore derrière le dos de la population avec les adversaires d'Avanti, soit cette même direction n'a pas la force de s'imposer face aux syndicats. De toute manière, le fait d'avoir été surpris par cette action préparée longtemps à l'avance n'est guère flatteur pour la direction des chemins de fer.

L'UDC demandera à la Commission de gestion (CdG) du Conseil national d'ouvrir une enquête sur les dysfonctionnements dans les CFF. Par ailleurs, le groupe UDC adressera durant la session de mars une interpellation urgente au Conseil fédéral pour l'interroger sur la crise de direction au sein des CFF ainsi que sur le chaos qui a entouré le Forum économique mondial.

Berne, 28 janvier 2004