Articles dans
le temps
La confédération ne doit pas renvoyer le programme d'abandon de certaines tÂches
29.11.2006

La confédération ne doit pas renvoyer le programme d'abandon de certaines tÂches

Lors de sa séance d'aujourd'hui, le Conseil fédéral a confirmé les mises en garde de l'UDC contre le glissement du budget de la Confédération dans les chiffres rouges à moyen terme faute de...

(UDC) Lors de sa séance d'aujourd'hui, le Conseil fédéral a confirmé les mises en garde de l'UDC contre le glissement du budget de la Confédération dans les chiffres rouges à moyen terme faute de mesures de correction. Samedi dernier, le groupe UDC avait donc exigé un programme d'allègement budgétaire 2008. De plus, il est absolument indispensable que le Conseil fédéral poursuive sa planification d'abandon de certaines tâches. Face à la menace d'un nouvel endettement, cette planification ne peut en aucun cas être renvoyée.

Les dépenses de la Confédération continuent d'augmenter excessivement (+4,3% en 2007) et la quote-part de l'Etat ne cesse de croître. Ce développement négatif provient du fait que la Confédération s'est constamment mêlée de nouveaux domaines et qu'elle a multiplié ses tâches. L'appareil étatique se boursoufle et les dépenses s'accroissent sans le moindre espoir de stabilisation.

Manifestement, le Conseil fédéral sait très bien que la Confédération assume aujourd'hui des tâches que l'on peut supprimer purement et simplement ou que d'autres organes rempliraient plus efficacement. Pour définir ces secteurs, il est indispensable de soumettre la totalité des activités de la Confédération à une planification d'abandon de tâches. Lorsque les résultats de cette analyse seront sur la table, il faudra faire des choix politiques. L'UDC est prête à soutenir cette intervention même dans des domaines qui lui sont chers. L'UDC part du principe que les autres partis politiques sont également intéressés à ce que les activités générant des coûts excessifs soient mises au jour. Rien ne serait plus grave que de voir les finances fédérales s'enfoncer à nouveau dans des déficits par milliards. Or, c'est précisément ce qui risque d'arriver en 2008 déjà.

Il serait désastreux que le Conseil fédéral repousse à la fin de l'année prochaine l'adoption de ce programme d'action. Le programme d'allègement budgétaire 2008 demandé par l'UDC et la planification d'abandon de certaines tâches voulue par le Conseil fédéral doivent être mis en œuvre immédiatement.

Berne, le 29 novembre 2006

29.11.2006

La confédération ne doit pas renvoyer le programme d'abandon de certaines tÂches

Lors de sa séance d'aujourd'hui, le Conseil fédéral a confirmé les mises en garde de l'UDC contre le glissement du budget de la Confédération dans les chiffres rouges à moyen terme faute de...

(UDC) Lors de sa séance d'aujourd'hui, le Conseil fédéral a confirmé les mises en garde de l'UDC contre le glissement du budget de la Confédération dans les chiffres rouges à moyen terme faute de mesures de correction. Samedi dernier, le groupe UDC avait donc exigé un programme d'allègement budgétaire 2008. De plus, il est absolument indispensable que le Conseil fédéral poursuive sa planification d'abandon de certaines tâches. Face à la menace d'un nouvel endettement, cette planification ne peut en aucun cas être renvoyée.

Les dépenses de la Confédération continuent d'augmenter excessivement (+4,3% en 2007) et la quote-part de l'Etat ne cesse de croître. Ce développement négatif provient du fait que la Confédération s'est constamment mêlée de nouveaux domaines et qu'elle a multiplié ses tâches. L'appareil étatique se boursoufle et les dépenses s'accroissent sans le moindre espoir de stabilisation.

Manifestement, le Conseil fédéral sait très bien que la Confédération assume aujourd'hui des tâches que l'on peut supprimer purement et simplement ou que d'autres organes rempliraient plus efficacement. Pour définir ces secteurs, il est indispensable de soumettre la totalité des activités de la Confédération à une planification d'abandon de tâches. Lorsque les résultats de cette analyse seront sur la table, il faudra faire des choix politiques. L'UDC est prête à soutenir cette intervention même dans des domaines qui lui sont chers. L'UDC part du principe que les autres partis politiques sont également intéressés à ce que les activités générant des coûts excessifs soient mises au jour. Rien ne serait plus grave que de voir les finances fédérales s'enfoncer à nouveau dans des déficits par milliards. Or, c'est précisément ce qui risque d'arriver en 2008 déjà.

Il serait désastreux que le Conseil fédéral repousse à la fin de l'année prochaine l'adoption de ce programme d'action. Le programme d'allègement budgétaire 2008 demandé par l'UDC et la planification d'abandon de certaines tâches voulue par le Conseil fédéral doivent être mis en œuvre immédiatement.

Berne, le 29 novembre 2006