Articles dans
le temps
La RPLP ne suffit plus: Il faut faire passer l'UE à la caisse
19.04.2006

La RPLP ne suffit plus: Il faut faire passer l'UE à la caisse

L'UDC s'oppose à l'augmentation de la Redevance sur le trafic des poids lourds liée aux prestations (RPLP) prévue pour 2008. Le peuple avait été à l'époque appâté avec l'argument selon lequel la...

(UDC) L'UDC s'oppose à l'augmentation de la Redevance sur le trafic des poids lourds liée aux prestations (RPLP) prévue pour 2008. Le peuple avait été à l'époque appâté avec l'argument selon lequel la RPLP forcerait surtout le transit international de marchandises à passer de la route au rail. C'est le contraire qui s'est produit: de plus en plus de marchandises sont transportées par la route et le trafic de camions ne cesse d'augmenter, bref, la politique de transfert de la route au rail est un échec complet. Par contre, la facture de la RPLP est lourde et elle est surtout réglée par la population suisse. Les recettes de la RPLP ne permettant pas de payer les NLFA, il faut ouvrir des négociations avec l'UE sur une participation de celle-ci au coût de cet ouvrage.

Les trois quarts du produit de la RPLP proviennent des transports intérieurs de marchandises. Ces charges supplémentaires, les transporteurs routiers sont contraints de les reporter sur le prix des transports, les producteurs et commerçant les répercutent sur les prix des produits et, en fin de compte, l'addition est réglée pour l'essentiel par les consommateurs suisses. Pays connaissant des prix élevés, la Suisse est encore plus chère à cause de la RPLP.

La RPLP actuelle est même un triple échec: d'abord, elle ne transfère pas le trafic de la route au rail; ensuite, les quelque 1,2 milliard de francs qu'elle produit par année ne suffisent pas, beaucoup s'en faut, à couvrir les coûts énormes des NLFA; enfin, la RPLP renchérit inutilement les produits suisses.

Au lieu d'augmenter la RPLP et de ponctionner une fois de plus le trafic intérieur lourd, donc pour l'essentiel la population suisse, il serait temps de faire passer à la caisse ceux pour lesquels nous construisons les NLFA. Le Conseil fédéral n'a donc que deux possibilités de tenir les promesses qu'il a faites au peuple avant le vote sur la RPLP:

  1. il baisse la RPLP pour les courses intérieures, maintient au même niveau le tarif pour les courses de transit et négocie avec l'UE une participation au coût des NLFA ou
  2. il baisse la RPLP pour les courses intérieures et augmente le tarif pour le transit des camions étrangers de manière à couvrir le coût des NLFA.

Berne, 19 avril 2006

19.04.2006

La RPLP ne suffit plus: Il faut faire passer l'UE à la caisse

L'UDC s'oppose à l'augmentation de la Redevance sur le trafic des poids lourds liée aux prestations (RPLP) prévue pour 2008. Le peuple avait été à l'époque appâté avec l'argument selon lequel la...

(UDC) L'UDC s'oppose à l'augmentation de la Redevance sur le trafic des poids lourds liée aux prestations (RPLP) prévue pour 2008. Le peuple avait été à l'époque appâté avec l'argument selon lequel la RPLP forcerait surtout le transit international de marchandises à passer de la route au rail. C'est le contraire qui s'est produit: de plus en plus de marchandises sont transportées par la route et le trafic de camions ne cesse d'augmenter, bref, la politique de transfert de la route au rail est un échec complet. Par contre, la facture de la RPLP est lourde et elle est surtout réglée par la population suisse. Les recettes de la RPLP ne permettant pas de payer les NLFA, il faut ouvrir des négociations avec l'UE sur une participation de celle-ci au coût de cet ouvrage.

Les trois quarts du produit de la RPLP proviennent des transports intérieurs de marchandises. Ces charges supplémentaires, les transporteurs routiers sont contraints de les reporter sur le prix des transports, les producteurs et commerçant les répercutent sur les prix des produits et, en fin de compte, l'addition est réglée pour l'essentiel par les consommateurs suisses. Pays connaissant des prix élevés, la Suisse est encore plus chère à cause de la RPLP.

La RPLP actuelle est même un triple échec: d'abord, elle ne transfère pas le trafic de la route au rail; ensuite, les quelque 1,2 milliard de francs qu'elle produit par année ne suffisent pas, beaucoup s'en faut, à couvrir les coûts énormes des NLFA; enfin, la RPLP renchérit inutilement les produits suisses.

Au lieu d'augmenter la RPLP et de ponctionner une fois de plus le trafic intérieur lourd, donc pour l'essentiel la population suisse, il serait temps de faire passer à la caisse ceux pour lesquels nous construisons les NLFA. Le Conseil fédéral n'a donc que deux possibilités de tenir les promesses qu'il a faites au peuple avant le vote sur la RPLP:

  1. il baisse la RPLP pour les courses intérieures, maintient au même niveau le tarif pour les courses de transit et négocie avec l'UE une participation au coût des NLFA ou
  2. il baisse la RPLP pour les courses intérieures et augmente le tarif pour le transit des camions étrangers de manière à couvrir le coût des NLFA.

Berne, 19 avril 2006