Articles dans
le temps
Le Conseil fédéral abuse des étudiants pour cacher sa défaillance
06.03.2014

Le Conseil fédéral abuse des étudiants pour cacher sa défaillance

Rendus publics hier et aujourd'hui, les dessous de l'affaire de la participation suisse au programme de formation UE "Erasmus" sont proprement scandaleux. Le gouvernement a en effet dissimulé jusqu'ici le fait que les négociations sur ce programme allaient à l'échec bien avant la votation du 9 février.

Rendus publics hier et aujourd'hui, les dessous de l'affaire de la participation suisse au programme de formation UE "Erasmus" sont proprement scandaleux. Le gouvernement a en effet dissimulé jusqu'ici le fait que les négociations sur ce programme allaient à l'échec bien avant la votation du 9 février. Ces informations jettent également une lumière nouvelle sur réaction de Bruxelles de stopper ce programme pour la Suisse après le vote populaire: il s'avère aujourd'hui que cette réaction n'est qu'une perfide tricherie des autorités UE. De son côté, le Conseil fédéral, en cachant la réalité des faits, a lui aussi trompé le peuple en admettant que des milliers d'étudiants descendent dans la rue pour protester contre le résultat du scrutin alors que celui-ci n'avait aucun rapport avec "Erasmus". Cette attitude est profondément condamnable.

Le Conseil fédéral a aussi refusé jusqu'ici de faire toute la lumière sur les programmes "Horizon 2020" et "MEDIA". Le fait est que les négociations sur ces projets n'ont pas pu être achevées avec succès avant le 9 février alors qu'elles courent depuis le début de l'année. Donc là encore, il y a eu sans doute une entente sournoise entre le Conseil fédéral et l'UE sur la réaction de cette dernière, alors qu'il n'y a pas de rapport ou qu'il y a seulement un rapport indirect entre ces projets et la votation.

Les comptes rendus parus dans la presse indiquent aussi que seule une petite partie des 300 millions de francs approuvés par le Parlement pour le programme Erasme profite réellement à l'échange d'étudiants. Rappelons que le programme qui a précédé Erasmus était une sorte de libre-service finançant tout et n'importe quoi, du Forum Pinocchio au Yoga, en passant par des cours de cirque. Cela confirme l'absurdité des ces programmes monstrueux et anonymes et cela indique aussi à quel point la bureaucratie dépensière de l'UE s'est déjà installée en Suisse. Un encouragement ciblé de certaines activités, comme précisément l'échange d'étudiants, serait infiniment plus utile. Il est grand temps que le Conseil fédéral et le Parlement revoient leur copie.

L'UDC exige que le Conseil fédéral fasse désormais toute la lumière sur les négociations et l'état actuel du programme de formation UE "Erasmus pour tous" ainsi que des programmes "Horizon 2020" et "MEDIA". Ces deux derniers projets ont été approuvés par le Conseil fédéral l'an passé, soit le même jour que le programme "Erasmus". Il est hors de question que le Conseil fédéral cède aux exigences financières excessives de l'UE. Le gouvernement doit au contraire appliquer rigoureusement les décisions du Parlement.
 

06.03.2014

Le Conseil fédéral abuse des étudiants pour cacher sa défaillance

Rendus publics hier et aujourd'hui, les dessous de l'affaire de la participation suisse au programme de formation UE "Erasmus" sont proprement scandaleux. Le gouvernement a en effet dissimulé jusqu'ici le fait que les négociations sur ce programme allaient à l'échec bien avant la votation du 9 février.

Rendus publics hier et aujourd'hui, les dessous de l'affaire de la participation suisse au programme de formation UE "Erasmus" sont proprement scandaleux. Le gouvernement a en effet dissimulé jusqu'ici le fait que les négociations sur ce programme allaient à l'échec bien avant la votation du 9 février. Ces informations jettent également une lumière nouvelle sur réaction de Bruxelles de stopper ce programme pour la Suisse après le vote populaire: il s'avère aujourd'hui que cette réaction n'est qu'une perfide tricherie des autorités UE. De son côté, le Conseil fédéral, en cachant la réalité des faits, a lui aussi trompé le peuple en admettant que des milliers d'étudiants descendent dans la rue pour protester contre le résultat du scrutin alors que celui-ci n'avait aucun rapport avec "Erasmus". Cette attitude est profondément condamnable.

Le Conseil fédéral a aussi refusé jusqu'ici de faire toute la lumière sur les programmes "Horizon 2020" et "MEDIA". Le fait est que les négociations sur ces projets n'ont pas pu être achevées avec succès avant le 9 février alors qu'elles courent depuis le début de l'année. Donc là encore, il y a eu sans doute une entente sournoise entre le Conseil fédéral et l'UE sur la réaction de cette dernière, alors qu'il n'y a pas de rapport ou qu'il y a seulement un rapport indirect entre ces projets et la votation.

Les comptes rendus parus dans la presse indiquent aussi que seule une petite partie des 300 millions de francs approuvés par le Parlement pour le programme Erasme profite réellement à l'échange d'étudiants. Rappelons que le programme qui a précédé Erasmus était une sorte de libre-service finançant tout et n'importe quoi, du Forum Pinocchio au Yoga, en passant par des cours de cirque. Cela confirme l'absurdité des ces programmes monstrueux et anonymes et cela indique aussi à quel point la bureaucratie dépensière de l'UE s'est déjà installée en Suisse. Un encouragement ciblé de certaines activités, comme précisément l'échange d'étudiants, serait infiniment plus utile. Il est grand temps que le Conseil fédéral et le Parlement revoient leur copie.

L'UDC exige que le Conseil fédéral fasse désormais toute la lumière sur les négociations et l'état actuel du programme de formation UE "Erasmus pour tous" ainsi que des programmes "Horizon 2020" et "MEDIA". Ces deux derniers projets ont été approuvés par le Conseil fédéral l'an passé, soit le même jour que le programme "Erasmus". Il est hors de question que le Conseil fédéral cède aux exigences financières excessives de l'UE. Le gouvernement doit au contraire appliquer rigoureusement les décisions du Parlement.