Articles dans
le temps
Le Conseil fédéral affaiblit le mariage et la famille
25.03.2015

Le Conseil fédéral affaiblit le mariage et la famille

L'UDC ne peut admettre le rapport que le Conseil fédéral a publié aujourd'hui sur la modernisation du droit de la famille. Elle rejette avec détermination cet égalitarisme et cette étatisation de la cohabitation. 

L'UDC ne peut admettre le rapport que le Conseil fédéral a publié aujourd'hui sur la modernisation du droit de la famille. Par ses propositions, le gouvernement continue d'affaiblir l'institution du mariage et cherche finalement à faire disparaître la famille traditionnelle. Le mariage serait ainsi opposé à une alternative supplémentaire sous la forme d'un "partenariat règlementé par la loi" du type PACS (Pacte civil de solidarité). Cette démarche égalitariste aurait des conséquences massives pour l'organisation de la société et le droit social. Les conséquences en seraient notamment de nouvelles revendications à l'égard de l'Etat, des problèmes juridiques de délimitation et l'abandon d'une conception libérale et responsable de la vie commune. L'UDC rejette avec détermination cet égalitarisme et cette étatisation de la cohabitation. 

Le mariage et la famille sont des fondements essentiels de notre société. Ils garantissent le fonctionnement d'une société basée sur la liberté individuelle, la responsabilité individuelle et la subsidiarité. Le Conseil fédéral, emmené par la ministre socialiste de la justice, Simonetta Sommaruga, a manifestement d'autres objectifs: il veut une société uniforme, contrôlée et règlementée par l'Etat. La grande diversité des formes de cohabitation existant actuellement est en opposition avec le nivellement de la société et le contrôle des comportements voulus par le Conseil fédéral. La famille traditionnelle est de toute évidence un obstacle sur la voie vers une société de type socialiste totalement contrôlée par l'Etat.

Rien ne justifie une intervention politique dans ce domaine. Les problèmes que rencontrait le droit de la famille ont été réglés ces dernières années par diverses réformes (notamment par le biais du partenariat enregistré). Ce nouvel activisme législatif a pour principal effet de provoquer de nouveaux problèmes, par exemple pour les assurances sociales, dans le droit des étrangers et le droit successoral. Il entraînera aussi une extension massive des revendications à l'égard de l'Etat avec des conséquences incalculables. Mais ce n'est pas tout. Le Conseil fédéral veut aussi permettre l'adoption des "enfants du partenaire" par des couples homosexuels qui ont vécu au moins trois ans dans le même ménage.

L'UDC invite avec insistance le Conseil fédéral à renoncer aux idées saugrenues qu'il a présentées aujourd'hui. 

 

25.03.2015

Le Conseil fédéral affaiblit le mariage et la famille

L'UDC ne peut admettre le rapport que le Conseil fédéral a publié aujourd'hui sur la modernisation du droit de la famille. Elle rejette avec détermination cet égalitarisme et cette étatisation de la cohabitation. 

L'UDC ne peut admettre le rapport que le Conseil fédéral a publié aujourd'hui sur la modernisation du droit de la famille. Par ses propositions, le gouvernement continue d'affaiblir l'institution du mariage et cherche finalement à faire disparaître la famille traditionnelle. Le mariage serait ainsi opposé à une alternative supplémentaire sous la forme d'un "partenariat règlementé par la loi" du type PACS (Pacte civil de solidarité). Cette démarche égalitariste aurait des conséquences massives pour l'organisation de la société et le droit social. Les conséquences en seraient notamment de nouvelles revendications à l'égard de l'Etat, des problèmes juridiques de délimitation et l'abandon d'une conception libérale et responsable de la vie commune. L'UDC rejette avec détermination cet égalitarisme et cette étatisation de la cohabitation. 

Le mariage et la famille sont des fondements essentiels de notre société. Ils garantissent le fonctionnement d'une société basée sur la liberté individuelle, la responsabilité individuelle et la subsidiarité. Le Conseil fédéral, emmené par la ministre socialiste de la justice, Simonetta Sommaruga, a manifestement d'autres objectifs: il veut une société uniforme, contrôlée et règlementée par l'Etat. La grande diversité des formes de cohabitation existant actuellement est en opposition avec le nivellement de la société et le contrôle des comportements voulus par le Conseil fédéral. La famille traditionnelle est de toute évidence un obstacle sur la voie vers une société de type socialiste totalement contrôlée par l'Etat.

Rien ne justifie une intervention politique dans ce domaine. Les problèmes que rencontrait le droit de la famille ont été réglés ces dernières années par diverses réformes (notamment par le biais du partenariat enregistré). Ce nouvel activisme législatif a pour principal effet de provoquer de nouveaux problèmes, par exemple pour les assurances sociales, dans le droit des étrangers et le droit successoral. Il entraînera aussi une extension massive des revendications à l'égard de l'Etat avec des conséquences incalculables. Mais ce n'est pas tout. Le Conseil fédéral veut aussi permettre l'adoption des "enfants du partenaire" par des couples homosexuels qui ont vécu au moins trois ans dans le même ménage.

L'UDC invite avec insistance le Conseil fédéral à renoncer aux idées saugrenues qu'il a présentées aujourd'hui.