Articles dans
le temps
Le Conseil fédéral doit mettre fin à ses cachotteries en politique européenne
26.10.2011

Le Conseil fédéral doit mettre fin à ses cachotteries en politique européenne

L'UDC est une fois de plus désagréablement surprise par l'attitude du Conseil fédéral en politique européenne. Ni avant ni après sa séance spéciale d'aujourd'hui sur les relations avec l'UE le...

L'UDC est une fois de plus désagréablement surprise par l'attitude du Conseil fédéral en politique européenne. Ni avant ni après sa séance spéciale d'aujourd'hui sur les relations avec l'UE le gouvernement n'a jugé nécessaire de faire toute la lumière sur ses intentions concrètes. De quoi a-t-on discuté? Que prépare-t-on dans l'ombre? Que dit l'avis d'expert que le Conseil fédéral a demandé au printemps dernier? Qu'entend le Département fédéral des affaires étrangères par cette nouvelle notion de "politique d'intégration bilatérale" qu'il vient de créer? De quoi la Suisse négocie-t-elle actuellement avec l'UE? L'UDC exige que la situation soit rapidement clarifiée et que le Conseil fédéral mette fin à ses cachotteries dans un domaine central pour notre pays.

L'UDC s'oppose avec détermination à un rattachement institutionnel de la Suisse à l'UE. L'obligation de reprendre le droit UE constituerait une grave perte de souveraineté pour la Suisse. Le même constat vaut pour des instances judiciaires et de contrôles étrangères. On ne voit pas non plus dans quels domaines la Suisse aurait réellement intérêt à conclure de nouveaux accords bilatéraux et encore moins de lier certains accords existants entre eux. Le Conseil fédéral doit enfin clarifier la situation face à la population suisse et dire ouvertement ce qu'il entend par cette fameuse "démarche globale et coordonnée" et quelles négociations sont éventuellement en cours à ce propos entre la Suisse et l'UE. Les constantes dissimulations de la réalité créent un climat de méfiance et constituent certainement la fausse voie dans cet important dossier.

Le Conseil fédéral doit obligatoirement défendre les intérêts de la Suisse, notamment face aux problèmes énormes dans lesquels s'enfoncent les membres de l'UE.

Berne, 26 octobre 2011

26.10.2011

Le Conseil fédéral doit mettre fin à ses cachotteries en politique européenne

L'UDC est une fois de plus désagréablement surprise par l'attitude du Conseil fédéral en politique européenne. Ni avant ni après sa séance spéciale d'aujourd'hui sur les relations avec l'UE le...

L'UDC est une fois de plus désagréablement surprise par l'attitude du Conseil fédéral en politique européenne. Ni avant ni après sa séance spéciale d'aujourd'hui sur les relations avec l'UE le gouvernement n'a jugé nécessaire de faire toute la lumière sur ses intentions concrètes. De quoi a-t-on discuté? Que prépare-t-on dans l'ombre? Que dit l'avis d'expert que le Conseil fédéral a demandé au printemps dernier? Qu'entend le Département fédéral des affaires étrangères par cette nouvelle notion de "politique d'intégration bilatérale" qu'il vient de créer? De quoi la Suisse négocie-t-elle actuellement avec l'UE? L'UDC exige que la situation soit rapidement clarifiée et que le Conseil fédéral mette fin à ses cachotteries dans un domaine central pour notre pays.

L'UDC s'oppose avec détermination à un rattachement institutionnel de la Suisse à l'UE. L'obligation de reprendre le droit UE constituerait une grave perte de souveraineté pour la Suisse. Le même constat vaut pour des instances judiciaires et de contrôles étrangères. On ne voit pas non plus dans quels domaines la Suisse aurait réellement intérêt à conclure de nouveaux accords bilatéraux et encore moins de lier certains accords existants entre eux. Le Conseil fédéral doit enfin clarifier la situation face à la population suisse et dire ouvertement ce qu'il entend par cette fameuse "démarche globale et coordonnée" et quelles négociations sont éventuellement en cours à ce propos entre la Suisse et l'UE. Les constantes dissimulations de la réalité créent un climat de méfiance et constituent certainement la fausse voie dans cet important dossier.

Le Conseil fédéral doit obligatoirement défendre les intérêts de la Suisse, notamment face aux problèmes énormes dans lesquels s'enfoncent les membres de l'UE.

Berne, 26 octobre 2011