Articles dans
le temps
Le Conseil fédéral pénalise les familles qui assument leurs responsabilités
12.11.2008

Le Conseil fédéral pénalise les familles qui assument leurs responsabilités

Le Conseil fédéral a annoncé aujourd'hui son intention de réduire la charge fiscale grevant les familles. Le principe mérite d'être soutenu, mais la manière dont le Conseil fédéral entend le...

(UDC) Le Conseil fédéral a annoncé aujourd'hui son intention de réduire la charge fiscale grevant les familles. Le principe mérite d'être soutenu, mais la manière dont le Conseil fédéral entend le concrétiser est hautement contestable. En effet, le Conseil fédéral s'apprête à privilégier fiscalement avant tout les familles qui délèguent leurs responsabilités éducatives à des tiers, alors que les familles traditionnelles, qui s'occupent elles-mêmes de leurs enfants, sont moins soutenues.

Pour une majorité de politiques, les parents qui ont des enfants, mais qui continuent de travailler à plein temps, méritent toute la sympathie de l'Etat, alors que ceux qui renoncent à un deuxième revenu pour s'occuper de l'éducation de leurs enfants sont de moins en moins respectés par le Conseil fédéral et le Parlement. Pire, ces parents doivent même payer la facture des subventions accordées à la garde extrafamiliale des enfants, donc financer l'aide de l'Etat qui profite aux parents qui n'assument pas ou que partiellement leurs responsabilités éducatives.

Aujourd'hui, le Conseil fédéral a présenté sa vision de la future politique familiale de la Confédération. Son intention de décharger fiscalement les familles avec enfants est bonne. Elle correspond d'ailleurs à une revendication politique fort ancienne de l'UDC (06.3459 motion Jasmin Hutter, allègements fiscaux pour la garde des enfants à l'intérieur des familles). En revanche, le Conseil fédéral a pris la fausse direction.

Selon les propositions présentées aujourd'hui par le Conseil fédéral, les parents qui s'occupent eux-mêmes de l'éducation de leurs enfants pourront déduire 8000 francs du revenu imposable alors que cette déduction sera de 18 000 francs pour les parents qui confient la garde de leurs enfants à des tiers. Cette pratique favorise les parents qui font garder leurs enfants à l'extérieur alors qu'elle est une véritable gifle au visage des pères et des mères qui, dans l'intérêt de leurs enfants, renoncent à un revenu supplémentaire. Pour l'UDC, ce choix du Conseil fédéral est intolérable. Elle exige que les parents, qui assument toutes leurs responsabilités éducatives, ne soient au moins pas discriminés fiscalement. Ces parents rendent en effet un service énorme à la société. L'UDC a aussi déposé des interventions parlementaires dans plusieurs cantons pour demander un allègement fiscal en faveur des parents qui éduquent eux-mêmes leurs enfants.

Berne, 12 novembre 2008

12.11.2008

Le Conseil fédéral pénalise les familles qui assument leurs responsabilités

Le Conseil fédéral a annoncé aujourd'hui son intention de réduire la charge fiscale grevant les familles. Le principe mérite d'être soutenu, mais la manière dont le Conseil fédéral entend le...

(UDC) Le Conseil fédéral a annoncé aujourd'hui son intention de réduire la charge fiscale grevant les familles. Le principe mérite d'être soutenu, mais la manière dont le Conseil fédéral entend le concrétiser est hautement contestable. En effet, le Conseil fédéral s'apprête à privilégier fiscalement avant tout les familles qui délèguent leurs responsabilités éducatives à des tiers, alors que les familles traditionnelles, qui s'occupent elles-mêmes de leurs enfants, sont moins soutenues.

Pour une majorité de politiques, les parents qui ont des enfants, mais qui continuent de travailler à plein temps, méritent toute la sympathie de l'Etat, alors que ceux qui renoncent à un deuxième revenu pour s'occuper de l'éducation de leurs enfants sont de moins en moins respectés par le Conseil fédéral et le Parlement. Pire, ces parents doivent même payer la facture des subventions accordées à la garde extrafamiliale des enfants, donc financer l'aide de l'Etat qui profite aux parents qui n'assument pas ou que partiellement leurs responsabilités éducatives.

Aujourd'hui, le Conseil fédéral a présenté sa vision de la future politique familiale de la Confédération. Son intention de décharger fiscalement les familles avec enfants est bonne. Elle correspond d'ailleurs à une revendication politique fort ancienne de l'UDC (06.3459 motion Jasmin Hutter, allègements fiscaux pour la garde des enfants à l'intérieur des familles). En revanche, le Conseil fédéral a pris la fausse direction.

Selon les propositions présentées aujourd'hui par le Conseil fédéral, les parents qui s'occupent eux-mêmes de l'éducation de leurs enfants pourront déduire 8000 francs du revenu imposable alors que cette déduction sera de 18 000 francs pour les parents qui confient la garde de leurs enfants à des tiers. Cette pratique favorise les parents qui font garder leurs enfants à l'extérieur alors qu'elle est une véritable gifle au visage des pères et des mères qui, dans l'intérêt de leurs enfants, renoncent à un revenu supplémentaire. Pour l'UDC, ce choix du Conseil fédéral est intolérable. Elle exige que les parents, qui assument toutes leurs responsabilités éducatives, ne soient au moins pas discriminés fiscalement. Ces parents rendent en effet un service énorme à la société. L'UDC a aussi déposé des interventions parlementaires dans plusieurs cantons pour demander un allègement fiscal en faveur des parents qui éduquent eux-mêmes leurs enfants.

Berne, 12 novembre 2008