Articles dans
le temps
Le Conseil fédéral sacrifie l'agriculture pour adhérer à l'UE
10.03.2006

Le Conseil fédéral sacrifie l'agriculture pour adhérer à l'UE

Faisant preuve d'un zèle aveugle, le gouvernement, sous la direction du conseiller fédéral Deiss, fait avancer à un rythme dément l'accord de libre-échange agricole avec l'UE. Il a, aujourd'hui..

(UDC) Faisant preuve d'un zèle aveugle, le gouvernement, sous la direction du conseiller fédéral Deiss, fait avancer à un rythme dément l'accord de libre-échange agricole avec l'UE. Il a, aujourd'hui déjà, pris connaissance d'un rapport sur la faisabilité et les avantages économiques d'un tel accord. Le but est clair: le Conseil fédéral veut à tout prix entrer dans l'UE. Et pour arriver à ses fins, il est même prêt à sacrifier l'agriculture. L'UDC exige la publication du texte intégral du rapport ainsi que la cessation immédiate des efforts visant à conclure un nouvel accord avec l'UE.


En octobre dernier encore, le gouvernement déclarait que le besoin d'accords bilatéraux avec l'UE état couvert et que seuls quelques détails restaient encore à régler. Il a précisé que, sur le plan économique, on allait se tourner maintenant aussi vers les zones économiques d'Amérique et d'Asie et non plus seulement vers l'Europe. Six mois plus tard, tout a changé.

Le Conseil fédéral travaille déjà à fond à un nouvel accord avec l'UE. Voilà la récompense des agriculteurs qui, l'an dernier, ont cru aux promesses du conseiller fédéral Deiss et se sont prononcés en faveur de l'extension de la libre circulation des personnes avec l'UE. A peine se sont-ils à nouveau tournés vers leurs préoccupations quotidiennes, qu'on leur tire dans le dos avec le tout nouvel accord avec l'UE. L'adaptation des prix, des coûts et des salaires au niveau de l'UE ferait perdre leur emploi à des dizaines de milliers de familles de paysans et entraînerait la disparition de centaines de milliers de places de travail dans entreprises qui vivent de l'agriculture en amont et en aval de celle-ci.

Le véritable objectif de la majorité de notre gouvernement reste l'adhésion à l'UE. Pour ce faire, le conseiller fédéral Deiss et la majorité de centre gauche au gouvernement s'accommodent sans peine de la ruine de toute une branche de l'économie.

C'en est trop! L'UDC exige la publication, dans son texte intégral, du rapport sur la faisabilité de l'accord de libre-échange agricole prévu avec l'UE. De plus, il prie le Conseil fédéral de cesser immédiatement les travaux visant à un conclure un tel accord avec l'UE.

Berne, 10 mars 2006

10.03.2006

Le Conseil fédéral sacrifie l'agriculture pour adhérer à l'UE

Faisant preuve d'un zèle aveugle, le gouvernement, sous la direction du conseiller fédéral Deiss, fait avancer à un rythme dément l'accord de libre-échange agricole avec l'UE. Il a, aujourd'hui..

(UDC) Faisant preuve d'un zèle aveugle, le gouvernement, sous la direction du conseiller fédéral Deiss, fait avancer à un rythme dément l'accord de libre-échange agricole avec l'UE. Il a, aujourd'hui déjà, pris connaissance d'un rapport sur la faisabilité et les avantages économiques d'un tel accord. Le but est clair: le Conseil fédéral veut à tout prix entrer dans l'UE. Et pour arriver à ses fins, il est même prêt à sacrifier l'agriculture. L'UDC exige la publication du texte intégral du rapport ainsi que la cessation immédiate des efforts visant à conclure un nouvel accord avec l'UE.


En octobre dernier encore, le gouvernement déclarait que le besoin d'accords bilatéraux avec l'UE état couvert et que seuls quelques détails restaient encore à régler. Il a précisé que, sur le plan économique, on allait se tourner maintenant aussi vers les zones économiques d'Amérique et d'Asie et non plus seulement vers l'Europe. Six mois plus tard, tout a changé.

Le Conseil fédéral travaille déjà à fond à un nouvel accord avec l'UE. Voilà la récompense des agriculteurs qui, l'an dernier, ont cru aux promesses du conseiller fédéral Deiss et se sont prononcés en faveur de l'extension de la libre circulation des personnes avec l'UE. A peine se sont-ils à nouveau tournés vers leurs préoccupations quotidiennes, qu'on leur tire dans le dos avec le tout nouvel accord avec l'UE. L'adaptation des prix, des coûts et des salaires au niveau de l'UE ferait perdre leur emploi à des dizaines de milliers de familles de paysans et entraînerait la disparition de centaines de milliers de places de travail dans entreprises qui vivent de l'agriculture en amont et en aval de celle-ci.

Le véritable objectif de la majorité de notre gouvernement reste l'adhésion à l'UE. Pour ce faire, le conseiller fédéral Deiss et la majorité de centre gauche au gouvernement s'accommodent sans peine de la ruine de toute une branche de l'économie.

C'en est trop! L'UDC exige la publication, dans son texte intégral, du rapport sur la faisabilité de l'accord de libre-échange agricole prévu avec l'UE. De plus, il prie le Conseil fédéral de cesser immédiatement les travaux visant à un conclure un tel accord avec l'UE.

Berne, 10 mars 2006