Articles dans
le temps
Le Conseil fédéral s'agenouille devant l'UE
25.04.2012

Le Conseil fédéral s'agenouille devant l'UE

Le Conseil fédéral s'est prononcé durant sa séance d'aujourd'hui pour un rattachement institutionnel étroit de la Suisse à l'UE. Il recherche l'"homogénéité" avec l'UE par le biais d'un "espace...

Le Conseil fédéral s'est prononcé durant sa séance d'aujourd'hui pour un rattachement institutionnel étroit de la Suisse à l'UE. Il recherche l'"homogénéité" avec l'UE par le biais d'un "espace juridique commun" avec des "règles aussi uniformes que possible". De fait, le gouvernement admet la reprise obligatoire du droit UE par la Suisse ainsi que la mise en place de nouvelles instances de contrôle et de mesures de compensation pour les cas où le droit suisse s'écarterait du droit UE. En revanche, il n'est plus question des intérêts suisses.

En réalisant les propositions du Conseil fédéral, la Suisse abandonnerait une part importante de sa souveraineté. C'est hors de question pour l'UDC. Il n'y a aucune raison de conclure des accords supplémentaires avec l'UE si ceux-ci ne sont pas dans l'intérêt des deux parties. L'UDC rejette donc avec détermination les idées de politique européennes que le Conseil fédéral a présentées aujourd'hui et elle les combattra avec tous les moyens à sa disposition.

25.04.2012

Le Conseil fédéral s'agenouille devant l'UE

Le Conseil fédéral s'est prononcé durant sa séance d'aujourd'hui pour un rattachement institutionnel étroit de la Suisse à l'UE. Il recherche l'"homogénéité" avec l'UE par le biais d'un "espace...

Le Conseil fédéral s'est prononcé durant sa séance d'aujourd'hui pour un rattachement institutionnel étroit de la Suisse à l'UE. Il recherche l'"homogénéité" avec l'UE par le biais d'un "espace juridique commun" avec des "règles aussi uniformes que possible". De fait, le gouvernement admet la reprise obligatoire du droit UE par la Suisse ainsi que la mise en place de nouvelles instances de contrôle et de mesures de compensation pour les cas où le droit suisse s'écarterait du droit UE. En revanche, il n'est plus question des intérêts suisses.

En réalisant les propositions du Conseil fédéral, la Suisse abandonnerait une part importante de sa souveraineté. C'est hors de question pour l'UDC. Il n'y a aucune raison de conclure des accords supplémentaires avec l'UE si ceux-ci ne sont pas dans l'intérêt des deux parties. L'UDC rejette donc avec détermination les idées de politique européennes que le Conseil fédéral a présentées aujourd'hui et elle les combattra avec tous les moyens à sa disposition.