Articles dans
le temps
Le Conseil fédéral s'incline encore en signant l'accord sur le trafic aérien avec l'Allemagne
15.08.2012

Le Conseil fédéral s'incline encore en signant l'accord sur le trafic aérien avec l'Allemagne

Le Conseil fédéral a décidé aujourd'hui de signer l'accord sur le trafic aérien négocié entre la Suisse et l'Allemagne concernant les effets de l'exploitation de l'aéroport de Zurich. Une fois de...

Le Conseil fédéral a décidé aujourd'hui de signer l'accord sur le trafic aérien négocié entre la Suisse et l'Allemagne concernant les effets de l'exploitation de l'aéroport de Zurich. Une fois de plus, il prend une décision au niveau international sans tenir compte des intérêts de la Suisse. L'UDC l'invite à revenir sur ce choix. Dans la situation actuelle, alors que les autorités et élus politiques allemands multiplient les attaques contre la souveraineté helvétique, il ne saurait être question que la Suisse conclue de nouveaux accords avec son voisin du nord. D'autant moins que ce traité aérien est encore une fois à l'avantage du signataire étranger. Jamais il n'aurait dû être conclu sous cette forme et il est hors de question qu'il soit signé.

 Ce traité restreint massivement les horaires et, partant, le nombre de mouvements aériens sur le sol allemand. Les nuisances supplémentaires qui en découlent sont entièrement à la charge de la Suisse. Le trafic aérien allemand est pour une bonne part déviée au-dessus du territoire suisse. De plus, la Suisse renonce à sa souveraineté concernant les procédures d'autorisation et les immissions sonores provenant du trafic aérien. Cet accord n'est absolument pas équilibré et constitue une nouvelle complaisance incompréhensible et irresponsable envers l'Allemagne.

 Une fois de plus, la Suisse s'est inclinée devant l'Allemagne. Il est pourtant évident que la Suisse n'a pas à conclure des accords avec un pays qui encourage le vol de données bancaires en Suisse et dont les autorités multiplient les attaques contre la souveraineté helvétique. L'UDC demande que tous les processus et négociations en cours concernant des traités existants ou nouveaux avec l'Allemagne soient stoppés ou suspendus.

15.08.2012

Le Conseil fédéral s'incline encore en signant l'accord sur le trafic aérien avec l'Allemagne

Le Conseil fédéral a décidé aujourd'hui de signer l'accord sur le trafic aérien négocié entre la Suisse et l'Allemagne concernant les effets de l'exploitation de l'aéroport de Zurich. Une fois de...

Le Conseil fédéral a décidé aujourd'hui de signer l'accord sur le trafic aérien négocié entre la Suisse et l'Allemagne concernant les effets de l'exploitation de l'aéroport de Zurich. Une fois de plus, il prend une décision au niveau international sans tenir compte des intérêts de la Suisse. L'UDC l'invite à revenir sur ce choix. Dans la situation actuelle, alors que les autorités et élus politiques allemands multiplient les attaques contre la souveraineté helvétique, il ne saurait être question que la Suisse conclue de nouveaux accords avec son voisin du nord. D'autant moins que ce traité aérien est encore une fois à l'avantage du signataire étranger. Jamais il n'aurait dû être conclu sous cette forme et il est hors de question qu'il soit signé.

 Ce traité restreint massivement les horaires et, partant, le nombre de mouvements aériens sur le sol allemand. Les nuisances supplémentaires qui en découlent sont entièrement à la charge de la Suisse. Le trafic aérien allemand est pour une bonne part déviée au-dessus du territoire suisse. De plus, la Suisse renonce à sa souveraineté concernant les procédures d'autorisation et les immissions sonores provenant du trafic aérien. Cet accord n'est absolument pas équilibré et constitue une nouvelle complaisance incompréhensible et irresponsable envers l'Allemagne.

 Une fois de plus, la Suisse s'est inclinée devant l'Allemagne. Il est pourtant évident que la Suisse n'a pas à conclure des accords avec un pays qui encourage le vol de données bancaires en Suisse et dont les autorités multiplient les attaques contre la souveraineté helvétique. L'UDC demande que tous les processus et négociations en cours concernant des traités existants ou nouveaux avec l'Allemagne soient stoppés ou suspendus.