Articles dans
le temps
Le conseiller fédéral Burkhalter cimente la hausse de la TVA
13.05.2011

Le conseiller fédéral Burkhalter cimente la hausse de la TVA

Clignoter à droite et bifurquer à gauche – voilà la devise des partis du centre en cette année électorale. Le conseiller fédéral Didier Burkhalter, ministre des affaires sociales et radical-libéral...

Clignoter à droite et bifurquer à gauche - voilà la devise des partis du centre en cette année électorale. Le conseiller fédéral Didier Burkhalter, ministre des affaires sociales et radical-libéral, est contaminé par le même virus. Apeuré par la résistance des milieux rouges-verts et de l'industrie du social, il a affaibli la deuxième partie de la 6e révision de l'AI au point de la rendre méconnaissable. Cette assurance a pourtant un urgent besoin d'un assainissement en profondeur. Conséquence: la TVA augmentée restera en vigueur au-delà de l'année 2018. Une fois de plus les citoyens sont menés en bateau.

Le Parlement ayant examiné en un temps record la première et importante partie de la 6e révision de l'AI, l'étape suivante de cette révision devait lancer un assainissement supplémentaire. Mais en réalité il ne se passera rien. Le conseiller fédéral Didier Burkhalter s'est incliné devant la résistance de l'industrie du social. Alors qu'on clignotait joyeusement à droite il y a encore un an, aujourd'hui, quelques mois avant les élections, on bifurque à gauche. Sur les 800 millions de francs d'économie prévus pour la deuxième partie de la 6e révision de l'AI, il ne restera que 300 millions. Et la majeure partie de cette somme repose sur des pronostics optimistes ou n'est faite que de simulacres d'économie.

Un conseiller fédéral libéral-radical a donc implicitement décidé d'ignorer les promesses faites avant la votation sur la hausse de la TVA et de choisir la voie de la moindre résistance. Les Suissesses et les Suisses devront continuer de payer au-delà de l'année 2018 au moins 8% de TVA pour financer les dysfonctionnements de l'AI. L'UDC continuera de se battre pour éliminer enfin les abus et la mauvaise gestion, qui continuent de marquer cette institution sociale, afin de mettre en place un programme d'assainissement digne de ce nom.

Berne, 13 mai 2011

13.05.2011

Le conseiller fédéral Burkhalter cimente la hausse de la TVA

Clignoter à droite et bifurquer à gauche – voilà la devise des partis du centre en cette année électorale. Le conseiller fédéral Didier Burkhalter, ministre des affaires sociales et radical-libéral...

Clignoter à droite et bifurquer à gauche - voilà la devise des partis du centre en cette année électorale. Le conseiller fédéral Didier Burkhalter, ministre des affaires sociales et radical-libéral, est contaminé par le même virus. Apeuré par la résistance des milieux rouges-verts et de l'industrie du social, il a affaibli la deuxième partie de la 6e révision de l'AI au point de la rendre méconnaissable. Cette assurance a pourtant un urgent besoin d'un assainissement en profondeur. Conséquence: la TVA augmentée restera en vigueur au-delà de l'année 2018. Une fois de plus les citoyens sont menés en bateau.

Le Parlement ayant examiné en un temps record la première et importante partie de la 6e révision de l'AI, l'étape suivante de cette révision devait lancer un assainissement supplémentaire. Mais en réalité il ne se passera rien. Le conseiller fédéral Didier Burkhalter s'est incliné devant la résistance de l'industrie du social. Alors qu'on clignotait joyeusement à droite il y a encore un an, aujourd'hui, quelques mois avant les élections, on bifurque à gauche. Sur les 800 millions de francs d'économie prévus pour la deuxième partie de la 6e révision de l'AI, il ne restera que 300 millions. Et la majeure partie de cette somme repose sur des pronostics optimistes ou n'est faite que de simulacres d'économie.

Un conseiller fédéral libéral-radical a donc implicitement décidé d'ignorer les promesses faites avant la votation sur la hausse de la TVA et de choisir la voie de la moindre résistance. Les Suissesses et les Suisses devront continuer de payer au-delà de l'année 2018 au moins 8% de TVA pour financer les dysfonctionnements de l'AI. L'UDC continuera de se battre pour éliminer enfin les abus et la mauvaise gestion, qui continuent de marquer cette institution sociale, afin de mettre en place un programme d'assainissement digne de ce nom.

Berne, 13 mai 2011