Articles dans
le temps
Le Non à l’initiative « Pour la protection contre la violence des armes » signifie « Oui à l’armée »
13.02.2011

Le Non à l’initiative « Pour la protection contre la violence des armes » signifie « Oui à l’armée »

Par leur Non donné aujourd’hui à l’initiative sur les armes, les citoyennes et citoyens se sont clairement prononcés en faveur de la neutralité et donc de l’armée de milice. Ils ont aussi fermement...

Par leur Non donné aujourd'hui à l'initiative sur les armes, les citoyennes et citoyens se sont clairement prononcés en faveur de la neutralité et donc de l'armée de milice. Ils ont aussi fermement rejeté une nouvelle mise sous tutelle du citoyen responsable. L'UDC se félicite de la préservation de la liberté et de la responsabilité individuelle des citoyennes et citoyens.

La neutralité armée durable de notre pays est inconcevable sans l'armée de milice. Elle est l'un des piliers essentiels de la Suisse. Une armée sans armes est une armée affaiblie. Les Suissesses et les Suisses l'ont reconnu. Par leur Non à l'initiative sur les armes, ils ont à nouveau signifié un refus catégorique aux « abolisseurs d'armée ». Ils ont clairement compris que la Suisse ne serait pas plus sûre si seuls les criminels possédaient des armes, acquises illégalement. Le refus de l'initiative sur les armes montre aussi le soutien des Suissesses et des Suisses à la fière tradition du tir. Plus de 85 % des tireurs exercent leur sport avec une arme militaire. Sans elle, c'est la fin du tir en tant que sport populaire. Enfin, les votants ont aujourd'hui donné un signe clair contre la mise sous tutelle croissante des citoyennes et citoyens responsables.

Bern, 13 février 2011

13.02.2011

Le Non à l’initiative « Pour la protection contre la violence des armes » signifie « Oui à l’armée »

Par leur Non donné aujourd’hui à l’initiative sur les armes, les citoyennes et citoyens se sont clairement prononcés en faveur de la neutralité et donc de l’armée de milice. Ils ont aussi fermement...

Par leur Non donné aujourd'hui à l'initiative sur les armes, les citoyennes et citoyens se sont clairement prononcés en faveur de la neutralité et donc de l'armée de milice. Ils ont aussi fermement rejeté une nouvelle mise sous tutelle du citoyen responsable. L'UDC se félicite de la préservation de la liberté et de la responsabilité individuelle des citoyennes et citoyens.

La neutralité armée durable de notre pays est inconcevable sans l'armée de milice. Elle est l'un des piliers essentiels de la Suisse. Une armée sans armes est une armée affaiblie. Les Suissesses et les Suisses l'ont reconnu. Par leur Non à l'initiative sur les armes, ils ont à nouveau signifié un refus catégorique aux « abolisseurs d'armée ». Ils ont clairement compris que la Suisse ne serait pas plus sûre si seuls les criminels possédaient des armes, acquises illégalement. Le refus de l'initiative sur les armes montre aussi le soutien des Suissesses et des Suisses à la fière tradition du tir. Plus de 85 % des tireurs exercent leur sport avec une arme militaire. Sans elle, c'est la fin du tir en tant que sport populaire. Enfin, les votants ont aujourd'hui donné un signe clair contre la mise sous tutelle croissante des citoyennes et citoyens responsables.

Bern, 13 février 2011