Articles dans
le temps
Le Parlement mine l'Etat de droit
14.09.2010

Le Parlement mine l'Etat de droit

L'UDC est choquée par la décision prise aujourd'hui par le Conseil des Etats d'autoriser les sans-papiers à faire un apprentissage professionnel. Le Parlement fait ainsi un pas de plus vers la...

L'UDC est choquée par la décision prise aujourd'hui par le Conseil des Etats d'autoriser les sans-papiers à faire un apprentissage professionnel. Le Parlement fait ainsi un pas de plus vers la légalisation de personnes séjournant illégalement en Suisse. Cette décision mine l'Etat de droit et rend absurde tout effort de mener une politique de migration crédible. La responsabilité de cette erreur politique fondamentale incombe aux partis du centre qui ont apporté leur soutien à la gauche. L'UDC n'accepte pas que l'Etat de droit soit ainsi bafoué. Elle déposera des interventions parlementaires pour demander une analyse détaillée des conséquences de ce choix intolérable et combattra si nécessaire par référendum le projet de loi que le Conseil fédéral a été chargé de préparer.

L'UDC combat avec véhémence les tentatives de tolérer l'immigration clandestine. Les personnes qui entrent illégalement en Suisse violent notre Etat de droit. Par sa décision d'aujourd'hui le Parlement méprise le régime légal suisse et trompe de surcroît tous les étrangers qui font l'effort d'obtenir légalement un droit de séjour en Suisse. En soutenant cette proposition, les partis du centre tournent définitivement le dos à une politique de migration crédible. Ils tolèrent une immigration incontrôlée et devront assumer la responsabilité des problèmes qui en résultent.

 

Berne, 14 septembre 2010

14.09.2010

Le Parlement mine l'Etat de droit

L'UDC est choquée par la décision prise aujourd'hui par le Conseil des Etats d'autoriser les sans-papiers à faire un apprentissage professionnel. Le Parlement fait ainsi un pas de plus vers la...

L'UDC est choquée par la décision prise aujourd'hui par le Conseil des Etats d'autoriser les sans-papiers à faire un apprentissage professionnel. Le Parlement fait ainsi un pas de plus vers la légalisation de personnes séjournant illégalement en Suisse. Cette décision mine l'Etat de droit et rend absurde tout effort de mener une politique de migration crédible. La responsabilité de cette erreur politique fondamentale incombe aux partis du centre qui ont apporté leur soutien à la gauche. L'UDC n'accepte pas que l'Etat de droit soit ainsi bafoué. Elle déposera des interventions parlementaires pour demander une analyse détaillée des conséquences de ce choix intolérable et combattra si nécessaire par référendum le projet de loi que le Conseil fédéral a été chargé de préparer.

L'UDC combat avec véhémence les tentatives de tolérer l'immigration clandestine. Les personnes qui entrent illégalement en Suisse violent notre Etat de droit. Par sa décision d'aujourd'hui le Parlement méprise le régime légal suisse et trompe de surcroît tous les étrangers qui font l'effort d'obtenir légalement un droit de séjour en Suisse. En soutenant cette proposition, les partis du centre tournent définitivement le dos à une politique de migration crédible. Ils tolèrent une immigration incontrôlée et devront assumer la responsabilité des problèmes qui en résultent.

 

Berne, 14 septembre 2010