Articles dans
le temps
Le rapport sur l'armée remet en question la défense nationale
01.10.2010

Le rapport sur l'armée remet en question la défense nationale

L'UDC rejette le rapport sur l'armée que le Conseil fédéral a adopté aujourd'hui. La réduction proposée des effectifs et le projet d'augmenter massivement le nombre de militaires en service long...

L'UDC rejette le rapport sur l'armée que le Conseil fédéral a adopté aujourd'hui. La réduction proposée des effectifs et le projet d'augmenter massivement le nombre de militaires en service long minent le principe de la milice et l'obligation générale de servir. Le doublement envisagé des engagements à l'étranger est tout aussi inacceptable. L'UDC combattra ce rapport et les éventuels projets de loi qui en résulteront. Il serait grand temps de planifier et de constituer une armée de milice crédible et moderne sur la base d'une mission de défense clairement définie.

Le rapport sur l'armée présenté aujourd'hui est truffé de contradictions et révèle surtout que le Conseil fédéral empêche le chef du DDPS, Ueli Maurer, de faire son travail. La première chose à faire aujourd'hui est de résoudre les déficiences et les problèmes aigus résultant des réformes ratées de ces vingt dernières années. Nul besoin à cet effet d'un nouveau "développement de l'armée" qui n'est en réalité qu'une fuite devant les problèmes, comme ce fut le cas pour Armée XXI et l'étape de développement 2008/2011. Ce qu'il faut, c'est un programme d'assainissement qui doit être appliqué rigoureusement ainsi qu'une concentration des moyens disponibles sur les tâches-clés de l'armée.

Le rapport sur l'armée ne donne pas de réponses satisfaisantes concernant les tâches futures de l'armée et les défis qu'elle devra relever. La réduction proposée de l'effectif à 80 000 hommes et l'augmentation de la proportion de militaires en service long à 30% minent aussi bien le principe de la milice que l'obligation générale de servir. En réalité, ce projet viole la Constitution fédérale. L'augmentation massive du nombre d'engagements à l'étranger prolonge les concepts et réformes ratés de ces dernières années et doit également être rejetée.

L'UDC s'engage pour une défense nationale crédible et une armée performante qui garantit la souveraineté et la neutralité de la Suisse.

L'UDC présentera mardi prochain, 5 octobre 2010 à 11.00 heures dans le cadre d'une conférence de presse ses idées et propositions en faveur d'une armée de milice forte.

01.10.2010

Le rapport sur l'armée remet en question la défense nationale

L'UDC rejette le rapport sur l'armée que le Conseil fédéral a adopté aujourd'hui. La réduction proposée des effectifs et le projet d'augmenter massivement le nombre de militaires en service long...

L'UDC rejette le rapport sur l'armée que le Conseil fédéral a adopté aujourd'hui. La réduction proposée des effectifs et le projet d'augmenter massivement le nombre de militaires en service long minent le principe de la milice et l'obligation générale de servir. Le doublement envisagé des engagements à l'étranger est tout aussi inacceptable. L'UDC combattra ce rapport et les éventuels projets de loi qui en résulteront. Il serait grand temps de planifier et de constituer une armée de milice crédible et moderne sur la base d'une mission de défense clairement définie.

Le rapport sur l'armée présenté aujourd'hui est truffé de contradictions et révèle surtout que le Conseil fédéral empêche le chef du DDPS, Ueli Maurer, de faire son travail. La première chose à faire aujourd'hui est de résoudre les déficiences et les problèmes aigus résultant des réformes ratées de ces vingt dernières années. Nul besoin à cet effet d'un nouveau "développement de l'armée" qui n'est en réalité qu'une fuite devant les problèmes, comme ce fut le cas pour Armée XXI et l'étape de développement 2008/2011. Ce qu'il faut, c'est un programme d'assainissement qui doit être appliqué rigoureusement ainsi qu'une concentration des moyens disponibles sur les tâches-clés de l'armée.

Le rapport sur l'armée ne donne pas de réponses satisfaisantes concernant les tâches futures de l'armée et les défis qu'elle devra relever. La réduction proposée de l'effectif à 80 000 hommes et l'augmentation de la proportion de militaires en service long à 30% minent aussi bien le principe de la milice que l'obligation générale de servir. En réalité, ce projet viole la Constitution fédérale. L'augmentation massive du nombre d'engagements à l'étranger prolonge les concepts et réformes ratés de ces dernières années et doit également être rejetée.

L'UDC s'engage pour une défense nationale crédible et une armée performante qui garantit la souveraineté et la neutralité de la Suisse.

L'UDC présentera mardi prochain, 5 octobre 2010 à 11.00 heures dans le cadre d'une conférence de presse ses idées et propositions en faveur d'une armée de milice forte.