Articles dans
le temps
L'enquÊte de la CDG n'est plus crédible
16.12.2005

L'enquÊte de la CDG n'est plus crédible

L'UDC regrette les événements provoqués par le conseiller national Hugo Fasel et qui ont fait un tort considérable à la crédibilité de la Commission de gestion (CdG) du Conseil national. Elle...

(UDC) L'UDC regrette les événements provoqués par le conseiller national Hugo Fasel et qui ont fait un tort considérable à la crédibilité de la Commission de gestion (CdG) du Conseil national. Elle regrette tout autant l'incapacité de la CdG de donner un cadre équitable à cette enquête sur l'affaire Swisscom. Dans ces conditions, l'UDC renonce à siéger dans la sous-commission chargée de cet examen. Elle pourrait revenir sur sa décision si le groupe parlementaire des Verts retire le conseiller national Fasel dont le parti pris est incompatible avec cette fonction.


C'est en tant que président de la CdG que le conseiller national Hugo Fasel a plusieurs fois critiqué publiquement le Conseil fédéral pour son attitude dans l'affaire Swisscom. Il est même allé jusqu'à qualifier le conseiller fédéral Christoph Blocher de "danger pour la Suisse" et à demander sa démission. Par contre, Hugo Fasel a toujours été incapable d'avancer la moindre preuve à l'appui de ses allégations.

Il n'est ni crédible ni sérieux d'ouvrir une enquête sur le Conseil fédéral alors que le président de la CdG a désigné par avance le bouc émissaire. Cette enquête n'est plus qu'une farce. Le conseiller national Fasel a gravement abusé de sa fonction et il a fait un tort énorme au crédit et à la légitimité de la Commission de gestion.

Compte tenu du parti pris évident du président de la CdG, les membres UDC de cette commission ont demandé qu'il se récuse et que la séance d'aujourd'hui soit présidée par son remplaçant. Cette proposition a été refusée, si bien la délégation UDC a quitté la séance en signe de protestation.

Le fait que Hugo Fasel ait ensuite été nommé membre de la sous-commission empêchera définitivement l'ouverture d'une enquête sérieuse et objective dans l'affaire Swisscom. Dans ces conditions, l'UDC préfère renoncer à siéger dans cet organe. Elle ne pourrait revenir sur cette décision que si le groupe parlementaire des Verts choisit un autre représentant et retire le conseiller national Fasel de la commission.

Berne, 15 décembre 2005

16.12.2005

L'enquÊte de la CDG n'est plus crédible

L'UDC regrette les événements provoqués par le conseiller national Hugo Fasel et qui ont fait un tort considérable à la crédibilité de la Commission de gestion (CdG) du Conseil national. Elle...

(UDC) L'UDC regrette les événements provoqués par le conseiller national Hugo Fasel et qui ont fait un tort considérable à la crédibilité de la Commission de gestion (CdG) du Conseil national. Elle regrette tout autant l'incapacité de la CdG de donner un cadre équitable à cette enquête sur l'affaire Swisscom. Dans ces conditions, l'UDC renonce à siéger dans la sous-commission chargée de cet examen. Elle pourrait revenir sur sa décision si le groupe parlementaire des Verts retire le conseiller national Fasel dont le parti pris est incompatible avec cette fonction.


C'est en tant que président de la CdG que le conseiller national Hugo Fasel a plusieurs fois critiqué publiquement le Conseil fédéral pour son attitude dans l'affaire Swisscom. Il est même allé jusqu'à qualifier le conseiller fédéral Christoph Blocher de "danger pour la Suisse" et à demander sa démission. Par contre, Hugo Fasel a toujours été incapable d'avancer la moindre preuve à l'appui de ses allégations.

Il n'est ni crédible ni sérieux d'ouvrir une enquête sur le Conseil fédéral alors que le président de la CdG a désigné par avance le bouc émissaire. Cette enquête n'est plus qu'une farce. Le conseiller national Fasel a gravement abusé de sa fonction et il a fait un tort énorme au crédit et à la légitimité de la Commission de gestion.

Compte tenu du parti pris évident du président de la CdG, les membres UDC de cette commission ont demandé qu'il se récuse et que la séance d'aujourd'hui soit présidée par son remplaçant. Cette proposition a été refusée, si bien la délégation UDC a quitté la séance en signe de protestation.

Le fait que Hugo Fasel ait ensuite été nommé membre de la sous-commission empêchera définitivement l'ouverture d'une enquête sérieuse et objective dans l'affaire Swisscom. Dans ces conditions, l'UDC préfère renoncer à siéger dans cet organe. Elle ne pourrait revenir sur cette décision que si le groupe parlementaire des Verts choisit un autre représentant et retire le conseiller national Fasel de la commission.

Berne, 15 décembre 2005