Articles dans
le temps
Les chômeurs ne rentrent pas dans leurs pays!
06.02.2009

Les chômeurs ne rentrent pas dans leurs pays!

La détérioration de la situation économique ayant déjà provoqué une augmentation du chômage de 25% durant le dernier trimestre 2008, cette tendance s'est poursuivie en 2009: en janvier le taux de...

(UDC) La détérioration de la situation économique ayant déjà provoqué une augmentation du chômage de 25% durant le dernier trimestre 2008, cette tendance s'est poursuivie en 2009: en janvier le taux de chômage a progressé de 8%. Il y a en Suisse de plus en plus de personnes sans travail et la pression sur les institutions sociales augmente. Cela n'empêche pas les associations économiques de poursuivre leur campagne irresponsable en faveur de l'extension de la libre circulation des personnes qui provoquera une nouvelle poussée du chômage.

Le Secrétariat à l'économie (SECO) vient de publier les derniers chiffres sur le marché du travail en janvier 2009. Le nombre de chômeurs a une nouvelle fois augmenté durant le premier mois de 2009, soit de 8% (plus 9668 personnes) par rapport à décembre 2008, mois durant lequel le nombre de personnes en quête d'un emploi avait déjà fait un bond de 10,3%. Le taux de chômage global dépasse ainsi 3,3%. On constate aussi que près d'un chômeur enregistré sur deux (46,1%) est étranger. En l'espace d'un seul mois, le taux de chômage parmi les étrangers a fait un bon de 0,5 point-% pour atteindre 6,6%.

La situation sur le marché du travail s'est donc dramatiquement détériorée depuis l'éclatement de la crise financière. Le taux de chômage a explosé chez les personnes provenant de pays d'où l'immigration est la plus forte grâce à la libre circulation des personnes (Allemagne et Portugal). Si 2882 Allemands étaient annoncés au chômage en septembre 2008, on en comptait 4767 en janvier 2009, ce qui correspond à une progression de 65% en seulement quatre mois. La situation est encore plus grave chez les Portugais où le taux de chômage a augmenté de 108% durant la même période. Cela signifie qu'en janvier 2009 deux fois plus de Portugais percevaient des indemnités de chômage qu'en septembre 2008 (janvier 2009: 9602, septembre 2008: 4604)!

La récession qui vient de commencer met en évidence les conséquences fatales de la libre circulation des personnes. La Suisse accepte dès à présent la libre immigration en provenance de 15 Etats d'Europe occidentale. Or, il s'avère aujourd'hui déjà que le financement des institutions sociales n'est plus garanti parce que les travailleurs étrangers tombant au chômage en Suisse n'ont aucun intérêt à rentrer dans leurs pays. C'est une évidence: la libre circulation des personnes augmente le chômage. Il faut donc tirer le frein de secours en votant NON dimanche prochain!

Berne, 6 février 2009

06.02.2009

Les chômeurs ne rentrent pas dans leurs pays!

La détérioration de la situation économique ayant déjà provoqué une augmentation du chômage de 25% durant le dernier trimestre 2008, cette tendance s'est poursuivie en 2009: en janvier le taux de...

(UDC) La détérioration de la situation économique ayant déjà provoqué une augmentation du chômage de 25% durant le dernier trimestre 2008, cette tendance s'est poursuivie en 2009: en janvier le taux de chômage a progressé de 8%. Il y a en Suisse de plus en plus de personnes sans travail et la pression sur les institutions sociales augmente. Cela n'empêche pas les associations économiques de poursuivre leur campagne irresponsable en faveur de l'extension de la libre circulation des personnes qui provoquera une nouvelle poussée du chômage.

Le Secrétariat à l'économie (SECO) vient de publier les derniers chiffres sur le marché du travail en janvier 2009. Le nombre de chômeurs a une nouvelle fois augmenté durant le premier mois de 2009, soit de 8% (plus 9668 personnes) par rapport à décembre 2008, mois durant lequel le nombre de personnes en quête d'un emploi avait déjà fait un bond de 10,3%. Le taux de chômage global dépasse ainsi 3,3%. On constate aussi que près d'un chômeur enregistré sur deux (46,1%) est étranger. En l'espace d'un seul mois, le taux de chômage parmi les étrangers a fait un bon de 0,5 point-% pour atteindre 6,6%.

La situation sur le marché du travail s'est donc dramatiquement détériorée depuis l'éclatement de la crise financière. Le taux de chômage a explosé chez les personnes provenant de pays d'où l'immigration est la plus forte grâce à la libre circulation des personnes (Allemagne et Portugal). Si 2882 Allemands étaient annoncés au chômage en septembre 2008, on en comptait 4767 en janvier 2009, ce qui correspond à une progression de 65% en seulement quatre mois. La situation est encore plus grave chez les Portugais où le taux de chômage a augmenté de 108% durant la même période. Cela signifie qu'en janvier 2009 deux fois plus de Portugais percevaient des indemnités de chômage qu'en septembre 2008 (janvier 2009: 9602, septembre 2008: 4604)!

La récession qui vient de commencer met en évidence les conséquences fatales de la libre circulation des personnes. La Suisse accepte dès à présent la libre immigration en provenance de 15 Etats d'Europe occidentale. Or, il s'avère aujourd'hui déjà que le financement des institutions sociales n'est plus garanti parce que les travailleurs étrangers tombant au chômage en Suisse n'ont aucun intérêt à rentrer dans leurs pays. C'est une évidence: la libre circulation des personnes augmente le chômage. Il faut donc tirer le frein de secours en votant NON dimanche prochain!

Berne, 6 février 2009