Articles dans
le temps
Les élections au Conseil des Etats sont éminemment politiques
07.04.2011

Les élections au Conseil des Etats sont éminemment politiques

Le Conseil des Etats était autrefois un bastion bourgeois de la stabilité politique. Cela a bien changé. Aujourd'hui, la Petite Chambre se distingue surtout par son excessive europhilie et son...

» Lire les exposés de la conférence de presse

Le Conseil des Etats était autrefois un bastion bourgeois de la stabilité politique. Cela a bien changé. Aujourd'hui, la Petite Chambre se distingue surtout par son excessive europhilie et son désintérêt de la Suisse. L'UDC entend faire toute la lumière sur la politique réelle du Conseil des Etats. Cela exige pour commencer que les prises de positions et votes des élus soient transparents. L'UDC vise en outre à moyen terme une représentation au Conseil des Etats qui soit proportionnelle à sa force électorale. Elle présentera donc cette année déjà des personnalités profilées dans un maximum de cantons et mènera une campagne nationale axée sur les thèmes pour les élections au Conseil des Etats.

Le Conseil des Etats a fortement glissé à gauche ces dernières années. Autrefois un bastion bourgeois de la stabilité politique, la Petite Chambre pratique aujourd'hui une europhilie forcenée et se détourne des intérêts de la Suisse. Les sénateurs avaient dans le temps la réputation d'être une "valeur sûre" et de savoir corriger dans le sens de la politique bourgeoise les erreurs commises par le Conseil national. Cela a complètement changé. Les conséquences de ce développement navrant se révèlent dans de nombreux dossiers traités durant cette législature. Par exemple, le Conseil des Etats s'est systématiquement opposé aux tentatives de durcir le droit pénal ou d'endiguer l'immigration. Parallèlement, il a accepté d'augmenter le 30 ct. par litre le prix de l'essence, voulait envoyer l'armée suisse combattre les pirates à la Corne de l'Afrique et cherchait à légaliser les personnes séjournant clandestinement en Suisse.

La législature à venir sera avant tout marquée par une question essentielle: la Suisse garde-t-elle son avenir en main ou se soumet-elle à l'UE? Tous les autres partis évitent soigneusement de prendre une position claire face à l'UE. L'UDC, en revanche, estime que sa tâche prioritaire est de veiller à ce que la Suisse ne conclue pas d'accord de type colonial avec l'UE. Mais pour atteindre cet objectif, elle doit renforcer sa présence au Conseil des Etats.

Pour donner de la lumière dans la "chambre noire" du Conseil des Etats, le groupe parlementaire UDC a exigé que les votes des membres du Conseil des Etats soient affichés. Les citoyennes et les citoyens doivent pouvoir constater eux-mêmes ce que défendent les sénateurs qu'ils ont élus. L'UDC se bat pour plus d'ouverture et de transparence au Conseil des Etats afin qu'il cesse de glisser à gauche et en direction de l'UE.

L'UDC mènera une campagne nationale thématique en vue des élections au Conseil des Etats de l'automne 2011. Ce ne sont pas seulement les têtes, mais avant tout les comportements et prises de position politiques qui comptent. Les candidats UDC au Conseil des Etats sont attachés à leur patrie et leur politique vise avant tout à préserver l'indépendance de la Suisse.

07.04.2011

Les élections au Conseil des Etats sont éminemment politiques

Le Conseil des Etats était autrefois un bastion bourgeois de la stabilité politique. Cela a bien changé. Aujourd'hui, la Petite Chambre se distingue surtout par son excessive europhilie et son...

» Lire les exposés de la conférence de presse

Le Conseil des Etats était autrefois un bastion bourgeois de la stabilité politique. Cela a bien changé. Aujourd'hui, la Petite Chambre se distingue surtout par son excessive europhilie et son désintérêt de la Suisse. L'UDC entend faire toute la lumière sur la politique réelle du Conseil des Etats. Cela exige pour commencer que les prises de positions et votes des élus soient transparents. L'UDC vise en outre à moyen terme une représentation au Conseil des Etats qui soit proportionnelle à sa force électorale. Elle présentera donc cette année déjà des personnalités profilées dans un maximum de cantons et mènera une campagne nationale axée sur les thèmes pour les élections au Conseil des Etats.

Le Conseil des Etats a fortement glissé à gauche ces dernières années. Autrefois un bastion bourgeois de la stabilité politique, la Petite Chambre pratique aujourd'hui une europhilie forcenée et se détourne des intérêts de la Suisse. Les sénateurs avaient dans le temps la réputation d'être une "valeur sûre" et de savoir corriger dans le sens de la politique bourgeoise les erreurs commises par le Conseil national. Cela a complètement changé. Les conséquences de ce développement navrant se révèlent dans de nombreux dossiers traités durant cette législature. Par exemple, le Conseil des Etats s'est systématiquement opposé aux tentatives de durcir le droit pénal ou d'endiguer l'immigration. Parallèlement, il a accepté d'augmenter le 30 ct. par litre le prix de l'essence, voulait envoyer l'armée suisse combattre les pirates à la Corne de l'Afrique et cherchait à légaliser les personnes séjournant clandestinement en Suisse.

La législature à venir sera avant tout marquée par une question essentielle: la Suisse garde-t-elle son avenir en main ou se soumet-elle à l'UE? Tous les autres partis évitent soigneusement de prendre une position claire face à l'UE. L'UDC, en revanche, estime que sa tâche prioritaire est de veiller à ce que la Suisse ne conclue pas d'accord de type colonial avec l'UE. Mais pour atteindre cet objectif, elle doit renforcer sa présence au Conseil des Etats.

Pour donner de la lumière dans la "chambre noire" du Conseil des Etats, le groupe parlementaire UDC a exigé que les votes des membres du Conseil des Etats soient affichés. Les citoyennes et les citoyens doivent pouvoir constater eux-mêmes ce que défendent les sénateurs qu'ils ont élus. L'UDC se bat pour plus d'ouverture et de transparence au Conseil des Etats afin qu'il cesse de glisser à gauche et en direction de l'UE.

L'UDC mènera une campagne nationale thématique en vue des élections au Conseil des Etats de l'automne 2011. Ce ne sont pas seulement les têtes, mais avant tout les comportements et prises de position politiques qui comptent. Les candidats UDC au Conseil des Etats sont attachés à leur patrie et leur politique vise avant tout à préserver l'indépendance de la Suisse.