Articles dans
le temps
Les Femmes UDC ne seront pas au congrÈs des femmes
06.02.2004

Les Femmes UDC ne seront pas au congrÈs des femmes

Les Femmes UDC condamnent les prises de position unilatérales de femmes de gauche après la rencontre interpartis du 4 février dernier. Ces déclarations ont été faites sans consultation préalable...

(Femmes UDC) Les Femmes UDC condamnent les prises de position unilatérales de femmes de gauche après la rencontre interpartis du 4 février dernier. Ces déclarations ont été faites sans consultation préalable des Femmes UDC. Ces dernières maintiennent évidemment leur opposition à l'assurance-maternité. La confiance ayant ainsi été rompue, les Femmes UDC ne participeront ni au congrès des femmes prévu, ni à d'autres rencontres interpartis.

Des femmes de gauche ont tenté d'abuser de la rencontre interpartis du 4 février pour alimenter leur propagande socialiste. Les Femmes UDC se voient ainsi contraintes de corriger les déclarations de Mme Scheidegger, secrétaire générale adjointe du PS. Jamais il ne viendrait à l'idée des Femmes UDC de changer de camp et de soutenir une assurance-maternité de type socialiste. Elles restent au contraire fidèles à leur ligne et continuent de se battre pour la responsabilité individuelle des parents et des employeurs. Les Femmes UDC se distancient également de l'idée insensée d'imposer des quotas féminins. Elles tiennent en outre à relever que toutes les déclarations publiques entendues après la séance du 4 février ont été faites sans leur connaissance et sans leur assentiment.

Les Femmes UDC se distancient catégoriquement des attitudes hypocrites de politiciennes de gauche de divers partis qui se lamentent bruyamment de la présence d'une seule femme au Conseil fédéral. Ces femmes n'ont pas donné leur voix en l'an 2000 à Rita Fuhrer, pas plus qu'elles n'ont soutenu le 10 décembre 2003 Ruth Metzler lors du quatrième tour décisif des élections au Conseil fédéral. Deux fois, donc, ces élues ont volontairement empêché l'accès au Conseil fédéral d'une femme soutenue par la droite et qui, à leurs yeux, n'était pas assez à gauche. Ces femmes de gauche sont responsables du fait qu'il n'y a pas plus de femmes au Conseil fédéral.

En réponse à ces tentatives de politiciennes de gauche d'accaparer l'opinion des Femmes UDC, ces dernières renoncent à participer au congrès des femmes prévu et à toute autre réunion du comité féminin interpartis. La confiance indispensable à une collaboration fructueuse est rompue.

Berne, 6 février 2004

06.02.2004

Les Femmes UDC ne seront pas au congrÈs des femmes

Les Femmes UDC condamnent les prises de position unilatérales de femmes de gauche après la rencontre interpartis du 4 février dernier. Ces déclarations ont été faites sans consultation préalable...

(Femmes UDC) Les Femmes UDC condamnent les prises de position unilatérales de femmes de gauche après la rencontre interpartis du 4 février dernier. Ces déclarations ont été faites sans consultation préalable des Femmes UDC. Ces dernières maintiennent évidemment leur opposition à l'assurance-maternité. La confiance ayant ainsi été rompue, les Femmes UDC ne participeront ni au congrès des femmes prévu, ni à d'autres rencontres interpartis.

Des femmes de gauche ont tenté d'abuser de la rencontre interpartis du 4 février pour alimenter leur propagande socialiste. Les Femmes UDC se voient ainsi contraintes de corriger les déclarations de Mme Scheidegger, secrétaire générale adjointe du PS. Jamais il ne viendrait à l'idée des Femmes UDC de changer de camp et de soutenir une assurance-maternité de type socialiste. Elles restent au contraire fidèles à leur ligne et continuent de se battre pour la responsabilité individuelle des parents et des employeurs. Les Femmes UDC se distancient également de l'idée insensée d'imposer des quotas féminins. Elles tiennent en outre à relever que toutes les déclarations publiques entendues après la séance du 4 février ont été faites sans leur connaissance et sans leur assentiment.

Les Femmes UDC se distancient catégoriquement des attitudes hypocrites de politiciennes de gauche de divers partis qui se lamentent bruyamment de la présence d'une seule femme au Conseil fédéral. Ces femmes n'ont pas donné leur voix en l'an 2000 à Rita Fuhrer, pas plus qu'elles n'ont soutenu le 10 décembre 2003 Ruth Metzler lors du quatrième tour décisif des élections au Conseil fédéral. Deux fois, donc, ces élues ont volontairement empêché l'accès au Conseil fédéral d'une femme soutenue par la droite et qui, à leurs yeux, n'était pas assez à gauche. Ces femmes de gauche sont responsables du fait qu'il n'y a pas plus de femmes au Conseil fédéral.

En réponse à ces tentatives de politiciennes de gauche d'accaparer l'opinion des Femmes UDC, ces dernières renoncent à participer au congrès des femmes prévu et à toute autre réunion du comité féminin interpartis. La confiance indispensable à une collaboration fructueuse est rompue.

Berne, 6 février 2004