Articles dans
le temps
Les Femmes UDC rejettent la trompeuse initiative anti-armes
17.01.2011

Les Femmes UDC rejettent la trompeuse initiative anti-armes

Les Femmes UDC Suisse rejettent à l'unanimité l'initiative anti-armes qu'elles considèrent comme trompeuse. Ce projet n'apporte aucune sécurité supplémentaire et vise en fin de compte la...

Les Femmes UDC Suisse rejettent à l'unanimité l'initiative anti-armes qu'elles considèrent comme trompeuse. Ce projet n'apporte aucune sécurité supplémentaire et vise en fin de compte la suppression de l'armée.

L'initiative "pour la protection contre la violence des armes", un projet hautement émotionnel, cherche à remplacer le système actuel d'autorisation et de contrôle des armes par un nouveau. Toutes les armes militaires devraient être déposées dans les arsenaux, toutes les armes à feu devraient être enregistrées par la Confédération et non plus par les cantons. De surcroît, cette initiative exige une preuve du besoin et une attestation de capacité pour le maniement d'armes à feux et de munitions.

Cela fait longtemps que le soldat suisse peut déposer son arme à l'arsenal s'il le souhaite. Depuis 2007, il n'a même plus le droit de conserver les munitions de poche à son domicile. La loi et l'ordonnance actuelles sur les armes règlent de manière complète et détaillée l'acquisition et la détention d'armes. Les bureaux cantonaux des armes saisissent par informatique les données personnelles de la personne qui cède et de la personne qui acquiert l'arme. Les échanges de données entre les cantons sont réglés et garantis. Le seul effet de l'enregistrement fédéral exigé par l'initiative est d'augmenter les coûts et d'alourdir les procédures. L'initiative ne précise pas comment doivent être données la preuve du besoin et l'attestation de capacité. A ce niveau également, cette initiative n'est qu'un exercice alibi et trompe les gens en faisant miroiter une sécurité accrue. Les criminels, qui veulent se procurer une arme par des moyens délictueux, savent et sauront toujours comment ils doivent agir. L'initiative est parfaitement inefficace contre eux. Il faut d'autres moyens pour combattre les actes de violence avec les armes à feu.

Qui donc peut être pour la violence des armes? Aucune personne raisonnable, qu'elle soit homme ou femme. Chaque suicide est un de trop, mais dans la réalité, sur les suicides avec une arme à feu (17% de tous les suicides), seuls 5% sont commis avec un fusil d'assaut et 3% avec un pistolet militaire. 23% des homicides sont commis avec une arme à feu. Personne ne peut garantir une sécurité absolue. Et surtout pas cette initiative avec son titre trompeur. Faire croire à une sécurité qui n'existe pas est hypocrite et démagogique. Il faut donc s'interroger sur les vrais motifs des initiateurs. Ils sont connus: la suppression progressive de l'armée suisse. Cette initiative est un pas supplémentaire dans ce sens. De surcroît, les initiateurs insultent les soldats suisses en les faisant passer pour les irresponsables et des instables.

Les Femmes UDC Suisse opposent donc à l'unanimité un NON clair et net à cette initiative trompeuse.

17.01.2011

Les Femmes UDC rejettent la trompeuse initiative anti-armes

Les Femmes UDC Suisse rejettent à l'unanimité l'initiative anti-armes qu'elles considèrent comme trompeuse. Ce projet n'apporte aucune sécurité supplémentaire et vise en fin de compte la...

Les Femmes UDC Suisse rejettent à l'unanimité l'initiative anti-armes qu'elles considèrent comme trompeuse. Ce projet n'apporte aucune sécurité supplémentaire et vise en fin de compte la suppression de l'armée.

L'initiative "pour la protection contre la violence des armes", un projet hautement émotionnel, cherche à remplacer le système actuel d'autorisation et de contrôle des armes par un nouveau. Toutes les armes militaires devraient être déposées dans les arsenaux, toutes les armes à feu devraient être enregistrées par la Confédération et non plus par les cantons. De surcroît, cette initiative exige une preuve du besoin et une attestation de capacité pour le maniement d'armes à feux et de munitions.

Cela fait longtemps que le soldat suisse peut déposer son arme à l'arsenal s'il le souhaite. Depuis 2007, il n'a même plus le droit de conserver les munitions de poche à son domicile. La loi et l'ordonnance actuelles sur les armes règlent de manière complète et détaillée l'acquisition et la détention d'armes. Les bureaux cantonaux des armes saisissent par informatique les données personnelles de la personne qui cède et de la personne qui acquiert l'arme. Les échanges de données entre les cantons sont réglés et garantis. Le seul effet de l'enregistrement fédéral exigé par l'initiative est d'augmenter les coûts et d'alourdir les procédures. L'initiative ne précise pas comment doivent être données la preuve du besoin et l'attestation de capacité. A ce niveau également, cette initiative n'est qu'un exercice alibi et trompe les gens en faisant miroiter une sécurité accrue. Les criminels, qui veulent se procurer une arme par des moyens délictueux, savent et sauront toujours comment ils doivent agir. L'initiative est parfaitement inefficace contre eux. Il faut d'autres moyens pour combattre les actes de violence avec les armes à feu.

Qui donc peut être pour la violence des armes? Aucune personne raisonnable, qu'elle soit homme ou femme. Chaque suicide est un de trop, mais dans la réalité, sur les suicides avec une arme à feu (17% de tous les suicides), seuls 5% sont commis avec un fusil d'assaut et 3% avec un pistolet militaire. 23% des homicides sont commis avec une arme à feu. Personne ne peut garantir une sécurité absolue. Et surtout pas cette initiative avec son titre trompeur. Faire croire à une sécurité qui n'existe pas est hypocrite et démagogique. Il faut donc s'interroger sur les vrais motifs des initiateurs. Ils sont connus: la suppression progressive de l'armée suisse. Cette initiative est un pas supplémentaire dans ce sens. De surcroît, les initiateurs insultent les soldats suisses en les faisant passer pour les irresponsables et des instables.

Les Femmes UDC Suisse opposent donc à l'unanimité un NON clair et net à cette initiative trompeuse.