Articles dans
le temps
Les femmes UDC se battent pour les droits démocratiques
28.03.2008

Les femmes UDC se battent pour les droits démocratiques

Les Femmes UDC Suisse défendent les droits de participation des citoyens et disent clairement oui à l'initiative sur les naturalisations. Réunies en assemblée plénière, les Femmes UDC Suisse ont...

(UDC) Les Femmes UDC Suisse défendent les droits de participation des citoyens et disent clairement oui à l'initiative sur les naturalisations.

Réunies en assemblée plénière, les Femmes UDC Suisse ont dit un oui unanime à l'initiative populaire "pour des naturalisations démocratiques" qui sera soumise au peuple le 1er juin 2008.

Ce oui est aussi un rejet clair et net des tentatives de restreindre les droits de participation des citoyennes et des citoyens, des attaques du Tribunal fédéral contre les droits populaires et l'immixtion déplacée de la cour suprême suisse dans l'autonomie communale. L'interprétation actuelle de la législation laisse trop de place aux naturalisations injustifiées. Le laxisme des autorités, la conduite excessivement souple des procédures de naturalisation et les jugements douteux du Tribunal fédéral provoquent des naturalisations en masse. Entre 1991 et 2007, le nombre annuel de naturalisations a presque triplé; aujourd'hui quelque 50 000 étrangers sont naturalisés chaque année, en majorité des ressortissants des Balkans et des Turcs. A de nombreux endroits, la naturalisation a été dégradée au niveau d'un simple acte administratif et sert pour l'essentiel à enjoliver la statistique des étrangers.

Le droit de cité est pourtant un pilier essentiel de la démocratie directe suisse. Il ne peut être question d'y toucher - aussi et même surtout dans l'intérêt des générations à venir. Les Femmes UDC Suisse invitent donc toutes les citoyennes et tous les citoyens suisses à soutenir le 1er juin prochain l'initiative populaire "pour des naturalisations démocratiques". Il faut bien faire comprendre que le peuple souverain n'accepte pas d'être dépossédé de son pouvoir par les tribunaux et les administrations.

Berne, 28 mars 2008

28.03.2008

Les femmes UDC se battent pour les droits démocratiques

Les Femmes UDC Suisse défendent les droits de participation des citoyens et disent clairement oui à l'initiative sur les naturalisations. Réunies en assemblée plénière, les Femmes UDC Suisse ont...

(UDC) Les Femmes UDC Suisse défendent les droits de participation des citoyens et disent clairement oui à l'initiative sur les naturalisations.

Réunies en assemblée plénière, les Femmes UDC Suisse ont dit un oui unanime à l'initiative populaire "pour des naturalisations démocratiques" qui sera soumise au peuple le 1er juin 2008.

Ce oui est aussi un rejet clair et net des tentatives de restreindre les droits de participation des citoyennes et des citoyens, des attaques du Tribunal fédéral contre les droits populaires et l'immixtion déplacée de la cour suprême suisse dans l'autonomie communale. L'interprétation actuelle de la législation laisse trop de place aux naturalisations injustifiées. Le laxisme des autorités, la conduite excessivement souple des procédures de naturalisation et les jugements douteux du Tribunal fédéral provoquent des naturalisations en masse. Entre 1991 et 2007, le nombre annuel de naturalisations a presque triplé; aujourd'hui quelque 50 000 étrangers sont naturalisés chaque année, en majorité des ressortissants des Balkans et des Turcs. A de nombreux endroits, la naturalisation a été dégradée au niveau d'un simple acte administratif et sert pour l'essentiel à enjoliver la statistique des étrangers.

Le droit de cité est pourtant un pilier essentiel de la démocratie directe suisse. Il ne peut être question d'y toucher - aussi et même surtout dans l'intérêt des générations à venir. Les Femmes UDC Suisse invitent donc toutes les citoyennes et tous les citoyens suisses à soutenir le 1er juin prochain l'initiative populaire "pour des naturalisations démocratiques". Il faut bien faire comprendre que le peuple souverain n'accepte pas d'être dépossédé de son pouvoir par les tribunaux et les administrations.

Berne, 28 mars 2008