Articles dans
le temps
Les impôts coulent à flot - la négligence financiÈre revient
28.06.2007

Les impôts coulent à flot - la négligence financiÈre revient

Après les dernières élections, le Conseil fédéral avait effectué un retour réjouissant à la discipline en matière de dépenses. Depuis quelques temps cependant, la croissance économique rapporte des...

(UDC) Après les dernières élections, le Conseil fédéral avait effectué un retour réjouissant à la discipline en matière de dépenses. Depuis quelques temps cependant, la croissance économique rapporte des milliards supplémentaires à la caisse fédérale. Du coup, le Conseil fédéral s'écarte des objectifs d'assainissement financier fixés l'an passé. Le risque est grand que la Confédération retombe dans l'insouciance et la négligence financières des années nonante. L'UDC demande un élagage sérieux du budget 2008 de sorte qu'à la fin 2008 la dette fédérale puisse être réduite de trois milliards de francs.

Les principales erreurs de politique financière sont commises en des périodes de vaches grasses. Alors que le Conseil fédéral avait adopté deux programmes d'allègement budgétaire durant cette législature et prévu d'autres mesures pour l'assainissement structurel du ménage fédéral, les conditions économiques actuelles lui font oublier ses bonnes intentions. Le 26 avril 2006, le gouvernement avait décidé de s'imposer une croissance moyenne des dépenses de 3% par an jusqu'en 2015 pour poursuivre l'assainissement du budget fédéral. En outre, il avait prévu une réduction des charges de 700 millions de francs en 2008.

A peine la croissance économique exceptionnelle que nous connaissons aujourd'hui rapporte-t-elle des recettes supplémentaires à l'Etat que le gouvernement oublie ses bonnes intentions. En partageant par la moitié son projet de réduction prévu pour 2008, le Conseil fédéral se désavoue lui-même. Il admet pour 2008 une croissance des dépenses de 3,1% et pour la période 2007 à 2011 même une augmentation annuelle moyenne des dépenses de 3,4%. Pire, 5,3 milliards de francs - fonds d'infrastructure, Publica, RPT, etc. - sont comptabilisés de manière à passer à côté du frein à l'endettement pour éviter au gouvernement la peine de prendre des mesures d'assainissement inconfortables.
Si le Conseil fédéral ne réussit pas à stabiliser la croissance des dépenses en période de haute conjoncture, quand y parviendra-t-il? Quand le Conseil fédéral veut-il réduire la dette? A-t-il vraiment l'intention de désendetter la caisse fédérale ou cédera-t-il cette tâche pénible à la génération à venir?

L'UDC exige que le budget 2008 soit élagué et adapté de sorte qu'à la fin 2008 la dette fédérale puisse être réduite de trois milliards de francs. Même en une année électorale le Conseil fédéral n'a pas le droit de céder à la facilité en politique financière. L'UDC reviendra sur le thème du désendettement lors de la session parlementaire extraordinaire de septembre.

Berne, 28 juin 2007

28.06.2007

Les impôts coulent à flot - la négligence financiÈre revient

Après les dernières élections, le Conseil fédéral avait effectué un retour réjouissant à la discipline en matière de dépenses. Depuis quelques temps cependant, la croissance économique rapporte des...

(UDC) Après les dernières élections, le Conseil fédéral avait effectué un retour réjouissant à la discipline en matière de dépenses. Depuis quelques temps cependant, la croissance économique rapporte des milliards supplémentaires à la caisse fédérale. Du coup, le Conseil fédéral s'écarte des objectifs d'assainissement financier fixés l'an passé. Le risque est grand que la Confédération retombe dans l'insouciance et la négligence financières des années nonante. L'UDC demande un élagage sérieux du budget 2008 de sorte qu'à la fin 2008 la dette fédérale puisse être réduite de trois milliards de francs.

Les principales erreurs de politique financière sont commises en des périodes de vaches grasses. Alors que le Conseil fédéral avait adopté deux programmes d'allègement budgétaire durant cette législature et prévu d'autres mesures pour l'assainissement structurel du ménage fédéral, les conditions économiques actuelles lui font oublier ses bonnes intentions. Le 26 avril 2006, le gouvernement avait décidé de s'imposer une croissance moyenne des dépenses de 3% par an jusqu'en 2015 pour poursuivre l'assainissement du budget fédéral. En outre, il avait prévu une réduction des charges de 700 millions de francs en 2008.

A peine la croissance économique exceptionnelle que nous connaissons aujourd'hui rapporte-t-elle des recettes supplémentaires à l'Etat que le gouvernement oublie ses bonnes intentions. En partageant par la moitié son projet de réduction prévu pour 2008, le Conseil fédéral se désavoue lui-même. Il admet pour 2008 une croissance des dépenses de 3,1% et pour la période 2007 à 2011 même une augmentation annuelle moyenne des dépenses de 3,4%. Pire, 5,3 milliards de francs - fonds d'infrastructure, Publica, RPT, etc. - sont comptabilisés de manière à passer à côté du frein à l'endettement pour éviter au gouvernement la peine de prendre des mesures d'assainissement inconfortables.
Si le Conseil fédéral ne réussit pas à stabiliser la croissance des dépenses en période de haute conjoncture, quand y parviendra-t-il? Quand le Conseil fédéral veut-il réduire la dette? A-t-il vraiment l'intention de désendetter la caisse fédérale ou cédera-t-il cette tâche pénible à la génération à venir?

L'UDC exige que le budget 2008 soit élagué et adapté de sorte qu'à la fin 2008 la dette fédérale puisse être réduite de trois milliards de francs. Même en une année électorale le Conseil fédéral n'a pas le droit de céder à la facilité en politique financière. L'UDC reviendra sur le thème du désendettement lors de la session parlementaire extraordinaire de septembre.

Berne, 28 juin 2007