Articles dans
le temps
Les Socialistes mentent noir sur blanc
14.10.2003

Les Socialistes mentent noir sur blanc

Dans une annonce parue dans "24Heures", le PS qualifie de mensonges certaines affirmations de l'UDC. L'invective retombe sur son auteur. La campagne de diffamation que les socialistes mènent depuis...

(UDC) Dans une annonce parue dans "24Heures", le PS qualifie de mensonges certaines affirmations de l'UDC. L'invective retombe sur son auteur. La campagne de diffamation que les socialistes mènent depuis plusieurs années contre l'UDC ne repose sur rien. Au lieu d'attaquer les autres, le PS serait bien inspiré de balayer devant sa porte. Ce parti nie la hausse massive de la criminalité, trahit donc ses propres adhérents et accepte sans réagir un climat de violence et d'insécurité. Avec sa politique à l'écart de la réalité, le PS ne contribue certainement en rien à la solution des graves problèmes que rencontre la Suisse.

La criminalité a massivement augmenté ces dernières années. Cette progression concerne tout particulièrement les délits graves comme l'homicide, le viol et les blessures corporelles. Le nombre d'étrangers condamnés est disproportionné par rapport à la population étrangère vivant en Suisse. Il atteint 80% dans le trafic de drogues et les actes de violence. Ces faits ressortent du rapport final du groupe de travail "Criminalité des étrangers", donc de ce groupe de travail créé par Ruth Metzler, ministre de la justice, elle-même. Le rapport "Sécurité intérieure 2002" de l'Office fédéral de la police arrive aux mêmes conclusions: les touristes criminels, les requérants d'asile et certains groupes ethniques violent particulièrement souvent la loi.

La politique du laisser-faire pratiquée par les partis du centre et de la gauche, le PS, le PRD et le PDC, a fait de la Suisse le rendez-vous préféré des touristes criminels et autres délinquants. Il est grand temps d'intervenir plus sévèrement et de frapper les malfaiteurs de peines plus lourdes, tout comme il est urgent de combattre les abus dans le droit d'asile et le droit des étrangers: zéro tolérance à l'égard des criminels. Ce n'est pas avec une tolérance mal comprise que l'on parviendra à enrayer la criminalité. Le tourisme criminel doit être combattu par une meilleure protection des frontières. La sécurité de la population est la première des priorités afin que les écoliers, les adolescents et les femmes puissent à nouveau se déplacer sans risquer d'être agressés. La police a besoin d'un appui politique pour travailler efficacement. La gauche est la dernière à lui en offrir un.

L'annonce de l'UDC repose sur des faits tirés du rapport "Sécurité intérieure 2002" de l'Office fédéral de la police, de la statistique criminelle (également de l'OFP) et du rapport du groupe de travail "Criminalité des étrangers" que le DFJP a publié en 2001. Tous les rapports et statistiques cités, de même que l'annonce de l'UDC peuvent être consultés sur le site Internet UDC.

Berne, le 14 octobre 2003

14.10.2003

Les Socialistes mentent noir sur blanc

Dans une annonce parue dans "24Heures", le PS qualifie de mensonges certaines affirmations de l'UDC. L'invective retombe sur son auteur. La campagne de diffamation que les socialistes mènent depuis...

(UDC) Dans une annonce parue dans "24Heures", le PS qualifie de mensonges certaines affirmations de l'UDC. L'invective retombe sur son auteur. La campagne de diffamation que les socialistes mènent depuis plusieurs années contre l'UDC ne repose sur rien. Au lieu d'attaquer les autres, le PS serait bien inspiré de balayer devant sa porte. Ce parti nie la hausse massive de la criminalité, trahit donc ses propres adhérents et accepte sans réagir un climat de violence et d'insécurité. Avec sa politique à l'écart de la réalité, le PS ne contribue certainement en rien à la solution des graves problèmes que rencontre la Suisse.

La criminalité a massivement augmenté ces dernières années. Cette progression concerne tout particulièrement les délits graves comme l'homicide, le viol et les blessures corporelles. Le nombre d'étrangers condamnés est disproportionné par rapport à la population étrangère vivant en Suisse. Il atteint 80% dans le trafic de drogues et les actes de violence. Ces faits ressortent du rapport final du groupe de travail "Criminalité des étrangers", donc de ce groupe de travail créé par Ruth Metzler, ministre de la justice, elle-même. Le rapport "Sécurité intérieure 2002" de l'Office fédéral de la police arrive aux mêmes conclusions: les touristes criminels, les requérants d'asile et certains groupes ethniques violent particulièrement souvent la loi.

La politique du laisser-faire pratiquée par les partis du centre et de la gauche, le PS, le PRD et le PDC, a fait de la Suisse le rendez-vous préféré des touristes criminels et autres délinquants. Il est grand temps d'intervenir plus sévèrement et de frapper les malfaiteurs de peines plus lourdes, tout comme il est urgent de combattre les abus dans le droit d'asile et le droit des étrangers: zéro tolérance à l'égard des criminels. Ce n'est pas avec une tolérance mal comprise que l'on parviendra à enrayer la criminalité. Le tourisme criminel doit être combattu par une meilleure protection des frontières. La sécurité de la population est la première des priorités afin que les écoliers, les adolescents et les femmes puissent à nouveau se déplacer sans risquer d'être agressés. La police a besoin d'un appui politique pour travailler efficacement. La gauche est la dernière à lui en offrir un.

L'annonce de l'UDC repose sur des faits tirés du rapport "Sécurité intérieure 2002" de l'Office fédéral de la police, de la statistique criminelle (également de l'OFP) et du rapport du groupe de travail "Criminalité des étrangers" que le DFJP a publié en 2001. Tous les rapports et statistiques cités, de même que l'annonce de l'UDC peuvent être consultés sur le site Internet UDC.

Berne, le 14 octobre 2003