Articles dans
le temps
Les Suisses de l'étranger n'ont pas besoin de la libre circulation des personnes
24.01.2014

Les Suisses de l'étranger n'ont pas besoin de la libre circulation des personnes

La statistique 2013 des Suisses de l'étranger a paru hier. Il est notam-ment intéressant de constater que le Conseil fédéral attribue tout à coup la mobilité internationale des Suisses à la libre circulation des personnes. 

La statistique 2013 des Suisses de l'étranger a paru hier. Il est notam-ment intéressant de constater que le Conseil fédéral attribue tout à coup la mobilité internationale des Suisses à la libre circulation des personnes. Allégation difficile à défendre quand on compare les chiffres de 2012 et de 2013:

Augmentation du nombre de Suisses dans l'UE: + 2.3% (2011-2013: + 4.1%)
Augmentation du nombre de Suisses en Afrique: + 2.5% (2011-2013: + 5.2%)
Augmentation du nombre de Suisses en Asie: + 5.6%! (2011-2013: + 11.6%)

Les Suisses n'ont donc pas du tout besoin de la libre circulation des personnes pour émigrer et chercher du travail dans un pays lointain. Ils sont les bienvenus dans le monde entier s'ils s'adaptent aux conditions locales, s'ils exercent une activité professionnelle ou s'ils sont utiles d'une autre manière à leur pays hôte.

Il devrait en être ainsi également en Suisse: les personnes qui travaillent et acceptent de s'intégrer sont les bienvenues et elles le resteront après l'acceptation de l'initiative contre l'immigration de masse.

La récente déclaration de l'Organisation des Suisses de l'étranger (OSE), selon laquelle un oui à l'initiative contre l'immigration de masse aurait des "consé-quences dramatiques" pour les Suisses de l'étranger "qui, grâce à la libre circulation des personnes peuvent chercher un emploi dans un pays UE et s'y établir librement" est d'autant plus choquante. En proférant des menaces aussi dénuées de fondement, l'OSE se disqualifie elle-même. Cette organisation n'est nullement le porte-parole des Suisses de l'étranger et elle n'a pas à se mêler de campagnes de votation.

Il est également intéressant d'observer le rapport entre les Suisses qui émigrent et les étrangers qui immigrent: en 2013, le nombre de Suisses de l'étranger a augmenté de 16 463 alors que durant les seuls 11 premiers mois de l'an passé le nombre d'étrangers en Suisse a progressé de 61 361 (chiffres de l'ODM jusqu'à fin novembre). L'immigration en Suisse connait donc une dimension totalement différente de celle des Suisses quittant le pays (qui sont également en augmentation).

Voici le lien vers la statistique des Suisses de l'étranger 2013:
http://www.news.admin.ch/message/index.html?lang=fr&msg-id=51764

24.01.2014

Les Suisses de l'étranger n'ont pas besoin de la libre circulation des personnes

La statistique 2013 des Suisses de l'étranger a paru hier. Il est notam-ment intéressant de constater que le Conseil fédéral attribue tout à coup la mobilité internationale des Suisses à la libre circulation des personnes. 

La statistique 2013 des Suisses de l'étranger a paru hier. Il est notam-ment intéressant de constater que le Conseil fédéral attribue tout à coup la mobilité internationale des Suisses à la libre circulation des personnes. Allégation difficile à défendre quand on compare les chiffres de 2012 et de 2013:

Augmentation du nombre de Suisses dans l'UE: + 2.3% (2011-2013: + 4.1%)
Augmentation du nombre de Suisses en Afrique: + 2.5% (2011-2013: + 5.2%)
Augmentation du nombre de Suisses en Asie: + 5.6%! (2011-2013: + 11.6%)

Les Suisses n'ont donc pas du tout besoin de la libre circulation des personnes pour émigrer et chercher du travail dans un pays lointain. Ils sont les bienvenus dans le monde entier s'ils s'adaptent aux conditions locales, s'ils exercent une activité professionnelle ou s'ils sont utiles d'une autre manière à leur pays hôte.

Il devrait en être ainsi également en Suisse: les personnes qui travaillent et acceptent de s'intégrer sont les bienvenues et elles le resteront après l'acceptation de l'initiative contre l'immigration de masse.

La récente déclaration de l'Organisation des Suisses de l'étranger (OSE), selon laquelle un oui à l'initiative contre l'immigration de masse aurait des "consé-quences dramatiques" pour les Suisses de l'étranger "qui, grâce à la libre circulation des personnes peuvent chercher un emploi dans un pays UE et s'y établir librement" est d'autant plus choquante. En proférant des menaces aussi dénuées de fondement, l'OSE se disqualifie elle-même. Cette organisation n'est nullement le porte-parole des Suisses de l'étranger et elle n'a pas à se mêler de campagnes de votation.

Il est également intéressant d'observer le rapport entre les Suisses qui émigrent et les étrangers qui immigrent: en 2013, le nombre de Suisses de l'étranger a augmenté de 16 463 alors que durant les seuls 11 premiers mois de l'an passé le nombre d'étrangers en Suisse a progressé de 61 361 (chiffres de l'ODM jusqu'à fin novembre). L'immigration en Suisse connait donc une dimension totalement différente de celle des Suisses quittant le pays (qui sont également en augmentation).

Voici le lien vers la statistique des Suisses de l'étranger 2013:
http://www.news.admin.ch/message/index.html?lang=fr&msg-id=51764