Articles dans
le temps
Les Suisses de l'étranger UDC veulent participer
17.08.2007

Les Suisses de l'étranger UDC veulent participer

Aujourd'hui vendredi a lieu à Genève le Congrès des suisses de l'étranger. Fort de dix personnes, le comité de l'Organisation des Suisses de l'étranger (OSE) ne comporte pas un seul membre de...

(UDC International) Aujourd'hui vendredi a lieu à Genève le Congrès des suisses de l'étranger. Fort de dix personnes, le comité de l'Organisation des Suisses de l'étranger (OSE) ne comporte pas un seul membre de l'UDC. Cela doit changer. L'UDC propose au congrès d'élire le conseiller national Hans Kaufmann (ZH). Le premier parti de Suisse par le nombre de ses électeurs doit être représenté au comité de l'OSE.

L'Organisation des Suisses de l'étranger est importante parce qu'elle défend les intérêts des quelque 645 000 Suisses vivant à l'étranger. Or, le principal parti de Suisse n'est pas représenté au comité de cette organisation. Comme cela est la coutume au Conseil fédéral suisse, où les quatre plus grands partis sont représentés selon le principe de la concordance, soit en fonction de leur force électorale, le comité de l'ASO doit comprendre au moins un représentant de chacun des principaux partis.

Aujourd'hui, il s'agit d'occuper un siège vacant au comité de l'ASO. L'UDC n'a pas été contactée par le comité de l'ASO pour éventuellement présenter un candidat. En lieu et place, le président sortant a proposé son favori, le conseiller aux Etats radical Peter Briner. Ce choix a indisposé Remo Gysin, membre du comité, qui a proposé à son tour son collègue du groupe parlementaire socialiste, Carlo Sommaruga. Or, une élection au comité de l'OSE ne doit pas se faire par cooptation, mais par le truchement une décision démocratique du plénum. Voilà pourquoi UDC International présente aujourd'hui à l'assemblée la candidature du conseiller national Hans Kaufmann (ZH) au comité de l'ASO.

Avec Hans Kaufmann, l'UDC présente un candidat convaincant qui peut faire état d'une riche expérience professionnelle à l'étranger. Il a commencé sa carrière en 1973 comme analyste financier auprès de la Banque cantonale de Zurich. Il a ensuite approfondi son expérience comme analyste de mines d'or en Afrique du Sud avant de travailler à New York. En 1996 il s'est marié en Slovaquie. Durant ses vingt ans d'activité auprès de la banque Julius Bär, finalement comme économiste en chef, Hans Kaufmann a visité régulièrement les grandes places financières de Suisse. Aujourd'hui, il dirige sa propre entreprise et travaille comme conseiller économique indépendant dans le monde entier.

L'UDC est persuadée qu'il est dans l'intérêt de l'OSE que les principales forces politiques de la Suisse soient présentes dans son comité - ce qui vaut surtout pour le premier parti de Suisse par le nombre de ses électeurs. Il en va également de l'intérêt des Suissesses et des Suisses de l'étranger.

Genève, 17 août 2007

17.08.2007

Les Suisses de l'étranger UDC veulent participer

Aujourd'hui vendredi a lieu à Genève le Congrès des suisses de l'étranger. Fort de dix personnes, le comité de l'Organisation des Suisses de l'étranger (OSE) ne comporte pas un seul membre de...

(UDC International) Aujourd'hui vendredi a lieu à Genève le Congrès des suisses de l'étranger. Fort de dix personnes, le comité de l'Organisation des Suisses de l'étranger (OSE) ne comporte pas un seul membre de l'UDC. Cela doit changer. L'UDC propose au congrès d'élire le conseiller national Hans Kaufmann (ZH). Le premier parti de Suisse par le nombre de ses électeurs doit être représenté au comité de l'OSE.

L'Organisation des Suisses de l'étranger est importante parce qu'elle défend les intérêts des quelque 645 000 Suisses vivant à l'étranger. Or, le principal parti de Suisse n'est pas représenté au comité de cette organisation. Comme cela est la coutume au Conseil fédéral suisse, où les quatre plus grands partis sont représentés selon le principe de la concordance, soit en fonction de leur force électorale, le comité de l'ASO doit comprendre au moins un représentant de chacun des principaux partis.

Aujourd'hui, il s'agit d'occuper un siège vacant au comité de l'ASO. L'UDC n'a pas été contactée par le comité de l'ASO pour éventuellement présenter un candidat. En lieu et place, le président sortant a proposé son favori, le conseiller aux Etats radical Peter Briner. Ce choix a indisposé Remo Gysin, membre du comité, qui a proposé à son tour son collègue du groupe parlementaire socialiste, Carlo Sommaruga. Or, une élection au comité de l'OSE ne doit pas se faire par cooptation, mais par le truchement une décision démocratique du plénum. Voilà pourquoi UDC International présente aujourd'hui à l'assemblée la candidature du conseiller national Hans Kaufmann (ZH) au comité de l'ASO.

Avec Hans Kaufmann, l'UDC présente un candidat convaincant qui peut faire état d'une riche expérience professionnelle à l'étranger. Il a commencé sa carrière en 1973 comme analyste financier auprès de la Banque cantonale de Zurich. Il a ensuite approfondi son expérience comme analyste de mines d'or en Afrique du Sud avant de travailler à New York. En 1996 il s'est marié en Slovaquie. Durant ses vingt ans d'activité auprès de la banque Julius Bär, finalement comme économiste en chef, Hans Kaufmann a visité régulièrement les grandes places financières de Suisse. Aujourd'hui, il dirige sa propre entreprise et travaille comme conseiller économique indépendant dans le monde entier.

L'UDC est persuadée qu'il est dans l'intérêt de l'OSE que les principales forces politiques de la Suisse soient présentes dans son comité - ce qui vaut surtout pour le premier parti de Suisse par le nombre de ses électeurs. Il en va également de l'intérêt des Suissesses et des Suisses de l'étranger.

Genève, 17 août 2007