Articles dans
le temps
Les syndicats accélÈrent la spirale de l'immigration
24.05.2011

Les syndicats accélÈrent la spirale de l'immigration

Les syndicats ont publié aujourd'hui une étude annonçant qu'en 2030 près de 400 000 emplois ne pourraient plus être occupés. On ne sera guère surpris d'apprendre que les organisations syndicales...

Les syndicats ont publié aujourd'hui une étude annonçant qu'en 2030 près de 400 000 emplois ne pourraient plus être occupés. On ne sera guère surpris d'apprendre que les organisations syndicales voient ce besoin de main-d'œuvre surtout dans le secteur public. A côté d'un renforcement de la participation des femmes au processus du travail, ils misent sur une immigration supplémentaire et accélèrent ainsi la spirale migratoire. Une immigration supplémentaire accroît forcément les besoins de main d'œuvre des hôpitaux, écoles, administration, etc. Il est donc urgent de casser cette spirale en contrôlant et en limitant l'immigration afin que celle-ci redevienne supportable pour la Suisse.

Le fait est connu: les syndicats souhaitent gonfler l'appareil étatique. Pour eux, le besoin de main-d'œuvre existe donc surtout dans le secteur public. Mais le plus inquiétant, c'est qu'ils entendent couvrir ce besoin avant tout par de la main-d'œuvre étrangère. Les syndicats déclenchent ainsi une spirale migratoire funeste et lourde de conséquence. L'immigration accroît en effet à son tour la demande de main-d'œuvre des hôpitaux, des écoles, des administrations publiques, etc. Et cette demande sera une fois de plus satisfaite par des immigrants. Les syndicats songent même à confier à ces derniers des tâches policières. Pour l'UDC, cette spirale migratoire nuisible doit enfin être cassée. La Suisse a besoin d'une immigration contrôlable et limitée, d'une immigration supportable pour les infrastructures, le logement, l'environnement et pour la capacité d'intégration de la société. Et la Suisse a surtout besoin d'un Etat svelte et performant et non pas d'un secteur public boursoufflé comme le souhaitent les syndicats.

24.05.2011

Les syndicats accélÈrent la spirale de l'immigration

Les syndicats ont publié aujourd'hui une étude annonçant qu'en 2030 près de 400 000 emplois ne pourraient plus être occupés. On ne sera guère surpris d'apprendre que les organisations syndicales...

Les syndicats ont publié aujourd'hui une étude annonçant qu'en 2030 près de 400 000 emplois ne pourraient plus être occupés. On ne sera guère surpris d'apprendre que les organisations syndicales voient ce besoin de main-d'œuvre surtout dans le secteur public. A côté d'un renforcement de la participation des femmes au processus du travail, ils misent sur une immigration supplémentaire et accélèrent ainsi la spirale migratoire. Une immigration supplémentaire accroît forcément les besoins de main d'œuvre des hôpitaux, écoles, administration, etc. Il est donc urgent de casser cette spirale en contrôlant et en limitant l'immigration afin que celle-ci redevienne supportable pour la Suisse.

Le fait est connu: les syndicats souhaitent gonfler l'appareil étatique. Pour eux, le besoin de main-d'œuvre existe donc surtout dans le secteur public. Mais le plus inquiétant, c'est qu'ils entendent couvrir ce besoin avant tout par de la main-d'œuvre étrangère. Les syndicats déclenchent ainsi une spirale migratoire funeste et lourde de conséquence. L'immigration accroît en effet à son tour la demande de main-d'œuvre des hôpitaux, des écoles, des administrations publiques, etc. Et cette demande sera une fois de plus satisfaite par des immigrants. Les syndicats songent même à confier à ces derniers des tâches policières. Pour l'UDC, cette spirale migratoire nuisible doit enfin être cassée. La Suisse a besoin d'une immigration contrôlable et limitée, d'une immigration supportable pour les infrastructures, le logement, l'environnement et pour la capacité d'intégration de la société. Et la Suisse a surtout besoin d'un Etat svelte et performant et non pas d'un secteur public boursoufflé comme le souhaitent les syndicats.