Articles dans
le temps
L'immigration de masse incontrôlée se poursuit au détriment de la qualité de la vie
07.04.2017

L'immigration de masse incontrôlée se poursuit au détriment de la qualité de la vie

L'Office fédéral de la statistique a publié la statistique des étrangers 2016. Qui s'en étonnera? L'immigration a continué de progresser l'an passé, nonobstant les déclarations inverses du département Sommaruga. La population de la Suisse s'est accrue en 2016 de 90 600 personnes au total.

Le 26 janvier 2017, le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) a écrit textuellement ce qui suit dans un communiqué de presse: "Pour la troisième année consécutive, l’immigration étrangère en Suisse est à la baisse. L’année passée, le solde migratoire était de 60 262 personnes, soit 15 % de moins qu’en 2015."

La réalité est différente

L'Office fédéral de la statistique (OFS) chiffre en revanche le solde migratoire de 2016 à 81 600 personnes[1]. La différence est simple à expliquer: l'OFS fait un compte correct en incluant les personnes du secteur de l'asile qui séjournent depuis plus d'une année en Suisse. Le SEM, lui, exclut tout simplement ces personnes comme s'il ne s'agissait pas d'étranger. Une preuve de plus que le département Sommaruga prend les citoyens pour des imbéciles.

Croissance de la population égale immigration

Dans la statistique de l'excédent de naissances (différence entre les naissances et les décès), à peine 2800 sur le total de 21 000 sont à mettre sur le compte des Suissesses et des Suisses[2]. En prenant également en considération le solde migratoire négatif des Suisses, on constate que la croissance démographique de 90 600 personnes enregistrée l'an passé provient exclusivement de l'immigration. Les 39 200 Suisses supplémentaires sont quasiment tous des naturalisés.

Nous vivons tous les jours les conséquences de cette immigration de masse: stress dû à la promiscuité, bouchons, hôpitaux et classes d'école bondés, explosion des charges de l'assurance-maladie et de l'aide sociale et de plus en plus de Suisses de plus de 50 ans au chômage.

Il est grand temps de démasquer le mensonge de la nécessité économique d'une immigration aussi exorbitante alors que la qualité de la vie ne cesse de baisser. La politique confuse et irresponsable menée dans le domaine de l'asile et des étrangers nuit à la Suisse. L'immigration provenant principalement de la "libre circulation des personnes" avec l'UE, cet accord nuisible doit être adapté ou résilié. L'UDC y travaille et elle présentera ses propositions cet été.

07.04.2017

L'immigration de masse incontrôlée se poursuit au détriment de la qualité de la vie

L'Office fédéral de la statistique a publié la statistique des étrangers 2016. Qui s'en étonnera? L'immigration a continué de progresser l'an passé, nonobstant les déclarations inverses du département Sommaruga. La population de la Suisse s'est accrue en 2016 de 90 600 personnes au total.

Le 26 janvier 2017, le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) a écrit textuellement ce qui suit dans un communiqué de presse: "Pour la troisième année consécutive, l’immigration étrangère en Suisse est à la baisse. L’année passée, le solde migratoire était de 60 262 personnes, soit 15 % de moins qu’en 2015."

La réalité est différente

L'Office fédéral de la statistique (OFS) chiffre en revanche le solde migratoire de 2016 à 81 600 personnes[1]. La différence est simple à expliquer: l'OFS fait un compte correct en incluant les personnes du secteur de l'asile qui séjournent depuis plus d'une année en Suisse. Le SEM, lui, exclut tout simplement ces personnes comme s'il ne s'agissait pas d'étranger. Une preuve de plus que le département Sommaruga prend les citoyens pour des imbéciles.

Croissance de la population égale immigration

Dans la statistique de l'excédent de naissances (différence entre les naissances et les décès), à peine 2800 sur le total de 21 000 sont à mettre sur le compte des Suissesses et des Suisses[2]. En prenant également en considération le solde migratoire négatif des Suisses, on constate que la croissance démographique de 90 600 personnes enregistrée l'an passé provient exclusivement de l'immigration. Les 39 200 Suisses supplémentaires sont quasiment tous des naturalisés.

Nous vivons tous les jours les conséquences de cette immigration de masse: stress dû à la promiscuité, bouchons, hôpitaux et classes d'école bondés, explosion des charges de l'assurance-maladie et de l'aide sociale et de plus en plus de Suisses de plus de 50 ans au chômage.

Il est grand temps de démasquer le mensonge de la nécessité économique d'une immigration aussi exorbitante alors que la qualité de la vie ne cesse de baisser. La politique confuse et irresponsable menée dans le domaine de l'asile et des étrangers nuit à la Suisse. L'immigration provenant principalement de la "libre circulation des personnes" avec l'UE, cet accord nuisible doit être adapté ou résilié. L'UDC y travaille et elle présentera ses propositions cet été.