Articles dans
le temps
L'UDC demande une concordance numérique claire
10.11.2003

L'UDC demande une concordance numérique claire

L'UDC maintient la stratégie que son groupe parlementaire a arrêtée le 24 octobre dernier: le Conseil fédéral doit être composé selon les principes de la véritable concordance. Cela signifie que les g

(UDC) L'UDC maintient la stratégie que son groupe parlementaire a arrêtée le 24 octobre dernier: le Conseil fédéral doit être composé selon les principes de la véritable concordance. Cela signifie que les grandes forces politiques doivent être représentées au gouvernement en fonction de leurs parts électorales (2 sièges UDC, PS et PRD, 1 siège PDC). L'UDC propose à cet effet les candidatures du conseiller fédéral Samuel Schmid et du conseiller national Christoph Blocher. Inversement, le groupe parlementaire UDC élira également les candidats proposés par les autres partis. Au cas où le Parlement n'élit pas les deux candidats proposés par le groupe UDC, élit d'autres personnes ou n'élit qu'un des deux candidats, l'UDC part dans l'opposition. Il est hors de question pour l'UDC de dévier de cette stratégie.

Les déclarations faites aujourd'hui à midi par Ueli Maurer dans des interviews accordées à des médias SSR ont été mal interprétées de divers côtés. Les réflexions du président de l'UDC concernaient des questions purement hypothétiques qui ne se posent pas en réalité. Pour l'UDC, il est évident que le PDC, qui est le parti le plus faible des quatre, doit céder un siège. L'UDC n'accepterait pas un siège au détriment des radicaux. En pareil cas, l'UDC devrait passer dans l'opposition puisque les principes de la véritable concordance, sur lesquels se base la stratégie UDC, ne seraient plus respectés.

L'UDC part également dans l'opposition si le Parlement n'élit pas au Conseil fédéral les deux candidats nommés par elle, à savoir Samuel Schmid et Christoph Blocher, mais s'il n'élit qu'un des deux candidats ou s'il élit une autre personne. Dans les deux cas, l'UDC deviendrait parti d'opposition et se considérerait dégagée de toute responsabilité gouvernementale.

Décision du groupe parlementaire UDC du 24 octobre 2003

L'UDC soutient une véritable concordance. Elle revendique deux sièges au Conseil fédéral et propose à cet effet les candidatures de Samuel Schmid et de Christoph Blocher. Au cas où le Parlement n'élit pas les deux candidats proposés par le groupe, en élit d'autres ou n'en élit qu'un seul, l'UDC part dans l'opposition. Les personnes non nommées qui accepteraient leur élection ne seraient plus membres du groupe.

Berne, le 10 novembre 2003

10.11.2003

L'UDC demande une concordance numérique claire

L'UDC maintient la stratégie que son groupe parlementaire a arrêtée le 24 octobre dernier: le Conseil fédéral doit être composé selon les principes de la véritable concordance. Cela signifie que les g

(UDC) L'UDC maintient la stratégie que son groupe parlementaire a arrêtée le 24 octobre dernier: le Conseil fédéral doit être composé selon les principes de la véritable concordance. Cela signifie que les grandes forces politiques doivent être représentées au gouvernement en fonction de leurs parts électorales (2 sièges UDC, PS et PRD, 1 siège PDC). L'UDC propose à cet effet les candidatures du conseiller fédéral Samuel Schmid et du conseiller national Christoph Blocher. Inversement, le groupe parlementaire UDC élira également les candidats proposés par les autres partis. Au cas où le Parlement n'élit pas les deux candidats proposés par le groupe UDC, élit d'autres personnes ou n'élit qu'un des deux candidats, l'UDC part dans l'opposition. Il est hors de question pour l'UDC de dévier de cette stratégie.

Les déclarations faites aujourd'hui à midi par Ueli Maurer dans des interviews accordées à des médias SSR ont été mal interprétées de divers côtés. Les réflexions du président de l'UDC concernaient des questions purement hypothétiques qui ne se posent pas en réalité. Pour l'UDC, il est évident que le PDC, qui est le parti le plus faible des quatre, doit céder un siège. L'UDC n'accepterait pas un siège au détriment des radicaux. En pareil cas, l'UDC devrait passer dans l'opposition puisque les principes de la véritable concordance, sur lesquels se base la stratégie UDC, ne seraient plus respectés.

L'UDC part également dans l'opposition si le Parlement n'élit pas au Conseil fédéral les deux candidats nommés par elle, à savoir Samuel Schmid et Christoph Blocher, mais s'il n'élit qu'un des deux candidats ou s'il élit une autre personne. Dans les deux cas, l'UDC deviendrait parti d'opposition et se considérerait dégagée de toute responsabilité gouvernementale.

Décision du groupe parlementaire UDC du 24 octobre 2003

L'UDC soutient une véritable concordance. Elle revendique deux sièges au Conseil fédéral et propose à cet effet les candidatures de Samuel Schmid et de Christoph Blocher. Au cas où le Parlement n'élit pas les deux candidats proposés par le groupe, en élit d'autres ou n'en élit qu'un seul, l'UDC part dans l'opposition. Les personnes non nommées qui accepteraient leur élection ne seraient plus membres du groupe.

Berne, le 10 novembre 2003