Articles dans
le temps
L'UDC dépose une motion d'ordre en faveur d'une CEP sur l'affaire Swissair
14.06.2007

L'UDC dépose une motion d'ordre en faveur d'une CEP sur l'affaire Swissair

L'UDC dépose une motion d'ordre jeudi matin au Conseil national. Il est en effet urgent d'instituer une commission d'enquête parlementaire (CEP) pour déterminer les responsabilités politiques dans...

(UDC) L'UDC dépose une motion d'ordre jeudi matin au Conseil national. Il est en effet urgent d'instituer une commission d'enquête parlementaire (CEP) pour déterminer les responsabilités politiques dans la débâcle Swissair/Swiss. Cela fait longtemps que l'UDC a déposé une intervention parlementaire dans ce sens, mais jusqu'ici cette proposition n'a pas été examinée. Elle risque fort de disparaître au fond d'un tiroir, ce que l'UDC tient à empêcher absolument. Le peuple suisse a le droit de savoir comment quelque trois milliards de francs d'argent des contribuables ont pu être détruits dans cette affaire.

La débâcle Swissair/Swiss a non seulement soulevé d'innombrables questions juridiques, mais elle comporte aussi une importante composante politique. Peu d'autres entreprises suisses ont été aussi étroitement liées à la politique que l'ancienne compagnie aérienne nationale. En dépensant trois milliards de francs pour le démarrage de Swiss, la Confédération est intervenue de manière irresponsable dans l'économie de marché; la fondation de petites compagnies aériennes en a été empêchée et cette action était condamnée d'avance. L'UDC s'y est d'ailleurs toujours opposée. Aujourd'hui, Swissair est en faillite, Swiss a été vendue à l'étranger, trois milliards de francs d'argent des contribuables et plusieurs milliards de francs de capital-actions ont été détruits et des milliers d'emplois ont été perdus. En raison de son intervention et des liens étroits qui existaient entre la politique et cette entreprise privée, la Confédération porte une part de responsabilité dans cette affaire. Il s'agit de tirer enfin au clair cet aspect de l'effondrement de l'ancienne compagnie nationale.

Qui au Conseil fédéral et dans l'administration fédérale savait quoi à quel moment et qui a éventuellement influencé la direction de Swissair? Qui n'a éventuellement pas répondu à son devoir de surveillance? Ces questions et bien d'autres encore attendent toujours une réponse parce que les autres partis font obstruction à une enquête politique. Le peuple a cependant droit à une mise au jour complète des éléments politiques de l'affaire Swissair. Avec sa motion d'ordre, l'UDC veut donner au Parlement la possibilité d'instituer rapidement la CEP Swissair/Swiss.

Berne, 14 juin 2007

14.06.2007

L'UDC dépose une motion d'ordre en faveur d'une CEP sur l'affaire Swissair

L'UDC dépose une motion d'ordre jeudi matin au Conseil national. Il est en effet urgent d'instituer une commission d'enquête parlementaire (CEP) pour déterminer les responsabilités politiques dans...

(UDC) L'UDC dépose une motion d'ordre jeudi matin au Conseil national. Il est en effet urgent d'instituer une commission d'enquête parlementaire (CEP) pour déterminer les responsabilités politiques dans la débâcle Swissair/Swiss. Cela fait longtemps que l'UDC a déposé une intervention parlementaire dans ce sens, mais jusqu'ici cette proposition n'a pas été examinée. Elle risque fort de disparaître au fond d'un tiroir, ce que l'UDC tient à empêcher absolument. Le peuple suisse a le droit de savoir comment quelque trois milliards de francs d'argent des contribuables ont pu être détruits dans cette affaire.

La débâcle Swissair/Swiss a non seulement soulevé d'innombrables questions juridiques, mais elle comporte aussi une importante composante politique. Peu d'autres entreprises suisses ont été aussi étroitement liées à la politique que l'ancienne compagnie aérienne nationale. En dépensant trois milliards de francs pour le démarrage de Swiss, la Confédération est intervenue de manière irresponsable dans l'économie de marché; la fondation de petites compagnies aériennes en a été empêchée et cette action était condamnée d'avance. L'UDC s'y est d'ailleurs toujours opposée. Aujourd'hui, Swissair est en faillite, Swiss a été vendue à l'étranger, trois milliards de francs d'argent des contribuables et plusieurs milliards de francs de capital-actions ont été détruits et des milliers d'emplois ont été perdus. En raison de son intervention et des liens étroits qui existaient entre la politique et cette entreprise privée, la Confédération porte une part de responsabilité dans cette affaire. Il s'agit de tirer enfin au clair cet aspect de l'effondrement de l'ancienne compagnie nationale.

Qui au Conseil fédéral et dans l'administration fédérale savait quoi à quel moment et qui a éventuellement influencé la direction de Swissair? Qui n'a éventuellement pas répondu à son devoir de surveillance? Ces questions et bien d'autres encore attendent toujours une réponse parce que les autres partis font obstruction à une enquête politique. Le peuple a cependant droit à une mise au jour complète des éléments politiques de l'affaire Swissair. Avec sa motion d'ordre, l'UDC veut donner au Parlement la possibilité d'instituer rapidement la CEP Swissair/Swiss.

Berne, 14 juin 2007