Articles dans
le temps
L'UDC dit non à la politique déficitaire de la Confédération
22.11.2003

L'UDC dit non à la politique déficitaire de la Confédération

L'UDC rejette avec détermination le budget 2004 de la Confédération. Nonobstant le programme d'allègement budgétaire, les dépenses ne cessent d'augmenter. La politique financière fédérale s'enlise...

(UDC) L'UDC rejette avec détermination le budget 2004 de la Confédération. Nonobstant le programme d'allègement budgétaire, les dépenses ne cessent d'augmenter. La politique financière fédérale s'enlise de plus en plus. Les électeurs UDC ne se sont pas rendus aux urnes le 19 octobre dernier pour soutenir une politique produisant des déficits et des dettes. L'UDC assume donc une fois de plus le mandat de ses électeurs: elle estime qu'il serait irresponsable d'approuver un tel budget.

Le budget fédéral 2004 prévoit des dépenses de 51,4 milliards de francs et des recettes de 47,9 milliards, soit un déficit de 3,5 milliards. Bien que les recettes baissent de presque 6%, les dépenses continuent d'augmenter. La dette augmentera l'an prochain d'au moins six milliards de francs en raison des engagements de la Confédération dans les caisses de pension. Le Conseil fédéral a dû recourir aux combines les plus grossières pour que le budget 2004 respecte en apparence le frein à l'endettement que 85% du peuple suisse a soutenu. En d'autres termes, le budget 2004 est dans la droite ligne de la désastreuse politique financière menée depuis 15 ans. L'assainissement du ménage fédéral est une fois de plus reporté à plus tard. Pendant ce temps, on augmente joyeusement la dette sans se préoccuper des générations à venir qui devront payer la facture des erreurs commises aujourd'hui. Et le développement économique continuera d'être affaibli par les effets de cette politique déficitaire.

Durant les délibérations des commissions, les représentants de l'UDC ont proposé des coupes pour un montant total de quelque 500 millions de francs qui, ajoutées au deuxième programme d'économies, auraient permis de redresser lentement la barre. Malheureusement, ces amendements n'ont guère été soutenus par les autres partis, si bien que le groupe UDC devra s'opposer au budget lors du vote final.

Le groupe UDC a soutenu à l'unanimité les interventions parlementaires en faveur de l'inscription du secret bancaire dans la Constitution fédérale. Il est d'une importance capitale, notamment en vue des négociations bilatérales Suisse-UE, de soutenir le Conseil fédéral en s'engageant clairement en faveur du secret protégeant les clients des banques et la place financière suisse.

Lors de cette même séance, le groupe UDC a en outre souhaité la bienvenue au nouveau conseiller aux Etats schwytzois Alex Kuprecht et accueilli dans ses rangs le conseiller national tessinois élu sur la liste de la Lega, Attilio Bignasca. Les organes du groupe - comité et présidence - ont été réélus pour une nouvelle période.

Berne, le 22 novembre 2003

22.11.2003

L'UDC dit non à la politique déficitaire de la Confédération

L'UDC rejette avec détermination le budget 2004 de la Confédération. Nonobstant le programme d'allègement budgétaire, les dépenses ne cessent d'augmenter. La politique financière fédérale s'enlise...

(UDC) L'UDC rejette avec détermination le budget 2004 de la Confédération. Nonobstant le programme d'allègement budgétaire, les dépenses ne cessent d'augmenter. La politique financière fédérale s'enlise de plus en plus. Les électeurs UDC ne se sont pas rendus aux urnes le 19 octobre dernier pour soutenir une politique produisant des déficits et des dettes. L'UDC assume donc une fois de plus le mandat de ses électeurs: elle estime qu'il serait irresponsable d'approuver un tel budget.

Le budget fédéral 2004 prévoit des dépenses de 51,4 milliards de francs et des recettes de 47,9 milliards, soit un déficit de 3,5 milliards. Bien que les recettes baissent de presque 6%, les dépenses continuent d'augmenter. La dette augmentera l'an prochain d'au moins six milliards de francs en raison des engagements de la Confédération dans les caisses de pension. Le Conseil fédéral a dû recourir aux combines les plus grossières pour que le budget 2004 respecte en apparence le frein à l'endettement que 85% du peuple suisse a soutenu. En d'autres termes, le budget 2004 est dans la droite ligne de la désastreuse politique financière menée depuis 15 ans. L'assainissement du ménage fédéral est une fois de plus reporté à plus tard. Pendant ce temps, on augmente joyeusement la dette sans se préoccuper des générations à venir qui devront payer la facture des erreurs commises aujourd'hui. Et le développement économique continuera d'être affaibli par les effets de cette politique déficitaire.

Durant les délibérations des commissions, les représentants de l'UDC ont proposé des coupes pour un montant total de quelque 500 millions de francs qui, ajoutées au deuxième programme d'économies, auraient permis de redresser lentement la barre. Malheureusement, ces amendements n'ont guère été soutenus par les autres partis, si bien que le groupe UDC devra s'opposer au budget lors du vote final.

Le groupe UDC a soutenu à l'unanimité les interventions parlementaires en faveur de l'inscription du secret bancaire dans la Constitution fédérale. Il est d'une importance capitale, notamment en vue des négociations bilatérales Suisse-UE, de soutenir le Conseil fédéral en s'engageant clairement en faveur du secret protégeant les clients des banques et la place financière suisse.

Lors de cette même séance, le groupe UDC a en outre souhaité la bienvenue au nouveau conseiller aux Etats schwytzois Alex Kuprecht et accueilli dans ses rangs le conseiller national tessinois élu sur la liste de la Lega, Attilio Bignasca. Les organes du groupe - comité et présidence - ont été réélus pour une nouvelle période.

Berne, le 22 novembre 2003