Articles dans
le temps
L'UDC exige la levée immédiate de la limitation chicaniÈre à 80 km/h
06.02.2006

L'UDC exige la levée immédiate de la limitation chicaniÈre à 80 km/h

Depuis samedi matin le trafic routier se traîne péniblement à 80 km/h sur les autoroutes de la plupart des cantons alémaniques. Le trafic en est gravement perturbé, et cela au début de la haute...

(UDC) Depuis samedi matin le trafic routier se traîne péniblement à 80 km/h sur les autoroutes de la plupart des cantons alémaniques. Le trafic en est gravement perturbé, et cela au début de la haute saison dans les stations d'hiver. Cette mesure purement chicanière repose sur de vagues hypothèses et non pas sur des bases scientifiques fondées. L'UDC demande que les autorités mettent immédiatement fin à cette action précipitée et irréfléchie.

Qu'il s'agisse de la mort des forêts, de l'ozone, des bostryches, des chiens de combat ou des particules fines: l'hystérie attisée par les médias et la gauche politique se déroule toujours selon le même schéma. Mises sous pression, les autorités politiques se laissent pousser à des réactions précipitées et irréfléchies. Que feront donc les gouvernements cantonaux quand nous aurons un vrai problème?

La problématique des particules fines est fort peu connue. De nombreuses questions attendent toujours une réponse. Par exemple, on ne sait quasiment rien des effets des limitations de vitesse sur les émissions de particules fines. Il n'est même pas exclu que cette mesure ait un effet contraire à celui souhaité, car on sait que les puissants moteurs diesel produisent davantage de particules fines à faible régime. L'abaissement de la limitation de la vitesse sur les autoroutes traversant onze cantons de Suisse est donc non seulement une chicanerie pour les pendulaires, les arts et métiers, les entreprises de transport et le tourisme, mais en plus cette mesure n'apporte rien. Il n'existe aucune base scientifique sérieuse permettant de confirmer l'effet de cette mesure sur les émissions de particules fines. De plus, cette mesure frappe aussi les véhicules ne causant pas cette pollution, soit les voitures à essence, au gaz et électriques. Conclusion: les gouvernements cantonaux concernés ont stupidement cédé à l'hystérie écologiste collective attisée par la gauche.

Les seuls gagnants dans cette affaire, ce sont les caisses publiques qui encaissent des amendes. Un canton a même au le culot d'installer un radar mobile cent mètres après un rader fixe pour encore mieux piéger et arnaquer les conducteurs. Nous rejetons catégoriquement une politique des transports aussi unilatérale menée sur le dos des automobilistes: l'UDC exige l'arrêt de cette limitation spéciale à 80 km/h sur toutes les autoroutes suisses, et cela dans les 24 heures.

Berne, le 6 février 2006

06.02.2006

L'UDC exige la levée immédiate de la limitation chicaniÈre à 80 km/h

Depuis samedi matin le trafic routier se traîne péniblement à 80 km/h sur les autoroutes de la plupart des cantons alémaniques. Le trafic en est gravement perturbé, et cela au début de la haute...

(UDC) Depuis samedi matin le trafic routier se traîne péniblement à 80 km/h sur les autoroutes de la plupart des cantons alémaniques. Le trafic en est gravement perturbé, et cela au début de la haute saison dans les stations d'hiver. Cette mesure purement chicanière repose sur de vagues hypothèses et non pas sur des bases scientifiques fondées. L'UDC demande que les autorités mettent immédiatement fin à cette action précipitée et irréfléchie.

Qu'il s'agisse de la mort des forêts, de l'ozone, des bostryches, des chiens de combat ou des particules fines: l'hystérie attisée par les médias et la gauche politique se déroule toujours selon le même schéma. Mises sous pression, les autorités politiques se laissent pousser à des réactions précipitées et irréfléchies. Que feront donc les gouvernements cantonaux quand nous aurons un vrai problème?

La problématique des particules fines est fort peu connue. De nombreuses questions attendent toujours une réponse. Par exemple, on ne sait quasiment rien des effets des limitations de vitesse sur les émissions de particules fines. Il n'est même pas exclu que cette mesure ait un effet contraire à celui souhaité, car on sait que les puissants moteurs diesel produisent davantage de particules fines à faible régime. L'abaissement de la limitation de la vitesse sur les autoroutes traversant onze cantons de Suisse est donc non seulement une chicanerie pour les pendulaires, les arts et métiers, les entreprises de transport et le tourisme, mais en plus cette mesure n'apporte rien. Il n'existe aucune base scientifique sérieuse permettant de confirmer l'effet de cette mesure sur les émissions de particules fines. De plus, cette mesure frappe aussi les véhicules ne causant pas cette pollution, soit les voitures à essence, au gaz et électriques. Conclusion: les gouvernements cantonaux concernés ont stupidement cédé à l'hystérie écologiste collective attisée par la gauche.

Les seuls gagnants dans cette affaire, ce sont les caisses publiques qui encaissent des amendes. Un canton a même au le culot d'installer un radar mobile cent mètres après un rader fixe pour encore mieux piéger et arnaquer les conducteurs. Nous rejetons catégoriquement une politique des transports aussi unilatérale menée sur le dos des automobilistes: l'UDC exige l'arrêt de cette limitation spéciale à 80 km/h sur toutes les autoroutes suisses, et cela dans les 24 heures.

Berne, le 6 février 2006