Articles dans
le temps
L'UDC exige suffisamment de moyens pour une défense nationale crédible
12.03.2013

L'UDC exige suffisamment de moyens pour une défense nationale crédible

Le groupe parlementaire UDC a examiné aujourd'hui les objets restants de la session de printemps en cours des Chambres fédérales. Il soutient en particulier la motion de la Commission de politique...

Le groupe parlementaire UDC a examiné aujourd'hui les objets restants de la session de printemps en cours des Chambres fédérales. Il soutient en particulier la motion de la Commission de politique de sécurité du Conseil national qui fixe le plafond des dépenses pour l'armée à 5 milliards de francs conformément aux décisions antérieures du Parlement. Par ailleurs, les parlementaires UDC soutiennent l'initiative populaire qui interdit aux pédophiles de travailler avec des enfants.

Les dépenses annuelles pour la défense nationale sont tombées de plus de 6 milliards de francs en 1990 à environ 4,4 milliards de francs aujourd'hui (-20%). Durant cette même période, la totalité des dépenses de la Confédération a plus que doublé. Un plafond de dépenses de 5 milliards de francs comme approuvé par le Parlement dans le rapport 2010 sur l'armée est indispensable pour garantir une défense nationale crédible. L'effectif de l'armée doit-être maintenu à au moins 100 000 hommes et les avions de Combat Tiger, qui sont aujourd'hui surannées, doivent être remplacés. Il est inacceptable aux yeux de l'UDC que le Conseil fédéral refuse d'appliquer la décision prises par le Parlement dans le rapport 2010 sur l'armée, donc de donner à l'armée les moyens dont elle a besoin. Il est temps que le Parlement rappelle le gouvernement à l'ordre.

L'initiative "Pour que des pédophiles ne travaillent plus avec des enfants" exige que toute personne, qui a été condamnée pour avoir porté atteinte à l'intégrité sexuelle d'enfants ou de personnes dépendantes, perde le droit d'exercer une activité professionnelle ou un bénévolat avec des mineurs ou des personnes dépendantes. Le groupe parlementaire UDC soutient cette initiative populaire et rejette le contreprojet indirect.

12.03.2013

L'UDC exige suffisamment de moyens pour une défense nationale crédible

Le groupe parlementaire UDC a examiné aujourd'hui les objets restants de la session de printemps en cours des Chambres fédérales. Il soutient en particulier la motion de la Commission de politique...

Le groupe parlementaire UDC a examiné aujourd'hui les objets restants de la session de printemps en cours des Chambres fédérales. Il soutient en particulier la motion de la Commission de politique de sécurité du Conseil national qui fixe le plafond des dépenses pour l'armée à 5 milliards de francs conformément aux décisions antérieures du Parlement. Par ailleurs, les parlementaires UDC soutiennent l'initiative populaire qui interdit aux pédophiles de travailler avec des enfants.

Les dépenses annuelles pour la défense nationale sont tombées de plus de 6 milliards de francs en 1990 à environ 4,4 milliards de francs aujourd'hui (-20%). Durant cette même période, la totalité des dépenses de la Confédération a plus que doublé. Un plafond de dépenses de 5 milliards de francs comme approuvé par le Parlement dans le rapport 2010 sur l'armée est indispensable pour garantir une défense nationale crédible. L'effectif de l'armée doit-être maintenu à au moins 100 000 hommes et les avions de Combat Tiger, qui sont aujourd'hui surannées, doivent être remplacés. Il est inacceptable aux yeux de l'UDC que le Conseil fédéral refuse d'appliquer la décision prises par le Parlement dans le rapport 2010 sur l'armée, donc de donner à l'armée les moyens dont elle a besoin. Il est temps que le Parlement rappelle le gouvernement à l'ordre.

L'initiative "Pour que des pédophiles ne travaillent plus avec des enfants" exige que toute personne, qui a été condamnée pour avoir porté atteinte à l'intégrité sexuelle d'enfants ou de personnes dépendantes, perde le droit d'exercer une activité professionnelle ou un bénévolat avec des mineurs ou des personnes dépendantes. Le groupe parlementaire UDC soutient cette initiative populaire et rejette le contreprojet indirect.